21 septembre 2011

Bien lire Aimer lire - BM - La méthode Borel-Maisonny


La méthode phonétique et gestuelle de lecture Borel-Maisonny est la descendante de la méthode phonomimique de Grosselin.
 
La méthode Borel-Maisonny correspond aux théories les plus solides sur la lecture
D'autres méthodes cohérentes et progressives d'apprentissage existent qui ont des petits plus et des petits moins par rapport à celles-ci et qui sont différentes ne serait-ce que par la mise en page, les illustrations, la progression des sons ou le choix des mots. J'ai fait une petite liste ici.
 
Une méthode complète
par C. Silvestre de Sacy

Devant le nombre croissant d’enfants se trouvant handicapés dans leurs études — non seulement dans les petites classes, mais bien au-delà ­par une lecture ou une orthographe pénible sinon tout à fait déficiente, il nous a paru utile d’en étudier les raisons et d’aider les familles et les enseignants à y remédier.

En effet, à côté des dyslexiques notoires, qui doivent être confiés à des rééducateurs spécialisés, il y a un très grand nombre d’enfants qui pei­nent ; et les résultats décourageants, les mauvaises notes en toutes matières (comment réussir un problème dont on n’a pas compris, à la lecture, la donnée ?), ne sont qu’un aspect du drame de ces enfants : incompréhension, moqueries, punitions entraînent souvent révoltes, troubles affectifs et réactions caractérielles qui laissent les familles déroutées par les échecs d’enfants qui sont manifestement intelligents.

La méthode complète que nous vous présentons regroupe deux livres utilisables à la fois par les enseignants et par les élèves. Ces ouvrages correspondent aux âges de l’enfant et c’est dans cet ordre d’utilisation que nous les analysons ci-dessous.

BM sur le blog : 
1) Méthode Borel Maisonny : présentation et conseils d'utilisation (fichier en cours de lecture)

Table des matières de l'article en cours :

- Bien Lire et Aimer Lire : Livre 1 (apprentissage de la lecture, CP)
- Bien Lire et Aimer Lire : Livre 2 (lecture courante)
- Bien Lire et Aimer Lire : Livre 3 (exercices)
- Bien Lire et Aimer Lire : Livre 4 (Grande section)
- Préface de Suzanne Borel-Maisonny
- Comment utiliser cet ouvrage ? (conseils d'utilisation au début de l'ouvrage)
-  Avantages du geste Borel-Maisonny, par Isabelle Breil


BIEN LIRE ET AIMER LIRE : Livre 1

Le présent tome de Bien lire et aimer lire a pour ambition de limiter les nombreuses catastrophes dues simplement à une erreur « au départ » :

·    ou bien de fréquentes absences au cours de la première année de scolarité ont laissé des lacunes dont personne n’a songé à s’inquiéter ;
·     
·    ou bien les méthodes utilisées pour tels ou tels enfants ne leur convenaient pas et ont accentué leurs difficultés initiales au lieu de les réduire : syllabes inversées, difficultés d’orientation par lesquelles passent la plupart des enfants — et d’autant plus qu’ils sont plus jeunes — mais qui auraient dû disparaître rapidement ou cours d’un apprentissage approprié et minutieux.

Ces troubles légers, qui passent inaperçus aux yeux des personnes non spécialisées, ne doivent pas persister. Et pourquoi, afin de les éviter, ne pas employer dès le début une méthode qui a fait ses preuves en rééducation auprès d’enfants dyslexiques ?

Nous avons voulu en faire l’expérience dans une classe de CP (enfants de 5 à 6 ans) en notant au jour le jour les résultats de la méthode phonétique et gestuelle, en comparant ces résultats à ceux des méthodes utilisées jusqu’alors dans cette même classe, en rectifiant la technique chaque fois que c’était nécessaire, et ceci pendant plusieurs années. La mise au point nous paraissant complète maintenant, nous croyons être utiles en présentant ce livre et en faisant profiter d’une longue et concluante expérience les enfants et leurs éducateurs.

En effet, « Mieux vaut prévenir que guérir ». Madame Borel-Maisonny a créé cette méthode pour « guérir », mais elle nous a autorisés — et encouragés — à l’utiliser pour « prévenir », après l’avoir mise à la portée des débutants, de ces tout-petits pour qui le geste est à la fois le soutien et le propulseur de l’activité intellectuelle. Associé au son et à la graphie des lettres et des phonèmes, le geste entraîne facilité, exactitude, rapidité de la lecture et, très rapidement, compréhension de la phrase lue.

Deux objections viennent tout de suite à l’esprit ; comment les enfants perdront-ils, plus tard, l’habitude de ces gestes ? Comment les enseignants les apprendront-ils ? Ces objections nous apparaissent sans force réelle. D’une part, les gestes sont tout naturellement abandonnés lorsque les enfants n’en ressentent plus le besoin : jamais il ne s’avère nécessaire de les inciter à ne plus les faire. D’autre part, les adultes imaginent mal l’aisance avec laquelle ils s’adaptent eux-mêmes à ces gestes.

D’ailleurs les résultats obtenus, dès les premières leçons, sont tellement encourageants, et même spectaculaires, qu’aucun professeur ne résiste au plaisir de continuer à voir se dérouler un apprentissage de lecture aussi efficace, aussi surprenant.

Autre avantage pour les professeurs : la leçon collective de lecture profite intégralement à tous : le geste entraîne le geste et chaque enfant bénéficie à fond de l’exercice quotidien.

BIEN LIRE ET AIMER LIRE : Livre 2

Pour certains enfants le passage du livre d’apprentissage à un premier recueil de textes choisis demande un nouvel effort d’adaptation ; en effet la longueur des phrases, la diversité des caractères, la densité des pages les déconcertent.

Livre 2 - Il est le prolongement logique et cohérent du livre I, sous la forme d'un recueil méthodique des premiers textes de lecture courante, à destination des élèves en fin de cours préparatoire, début de cours élémentaire. Il permet aux enfants - ayant acquis, grâce au premier tome de la méthode, la technique exacte et les automatismes sûrs de la lecture - d'arriver à la compréhension parfaite du texte. Les histoires que propose ce livre sont, bien sûr, écrites et adaptées pour les enfants. Les premières comportent des phrases courtes et espacées, imprimées en gros caractères. Puis, insensiblement, les lignes s'allongent, les caractères deviennent plus fins, l'enfant apprend à lire une histoire sur plusieurs jours. Une place est donnée aux contes traditionnels et aux refrains, ces derniers répondant au besoin de l'enfant de trouver la répétition dans la lecture. Simultanément, interviennent la ponctuation et les mots de liaison pour rythmer la phrase. Les détails de cet entraînement progressif sont donnés sous forme de notes pédagogiques au début de chaque histoire.
Il nous a donc paru utile de leur donner la possibilité de faire ce nouveau pas, presque insensiblement, au troisième trimestre du cours préparatoire ou au cours élémentaire, à l’aide d’histoires, encore très enfantines, mais où les difficultés techniques n’ont plus à être graduées.

Dans ce deuxième tome de Bien lire et aimer lire les caractères changent peu à peu, devenant plus fins, plus serrés ; en même temps les phrases sont plus complexes : c’est le moment d’initier les enfants à la nécessité trop souvent négligée d’utiliser la ponctuation et les mots de liaison, car une phrase mal scindée devient de ce fait incompréhensible.

C. SILVESTRE DE SACY



BIEN LIRE ET AIMER LIRE : Livre 3
Livre 3 - recueil d'exercices


Ce cahier d’exercices est destiné aux cours préparatoire et élémentaire. Il constitue une nouvelle application de la méthode Borel-Maisonny.

Cet ouvrage complète le livre 1 en l’approfondissant et en le détaillant, et en respectant exactement la même progression dans l’apprentissage des sons. À chaque leçon du livre 1 correspond une séquence du livre 3, de même qu’on retrouve, aux mêmes étapes, des fiches bilan. Il propose de nombreux exercices illustrés reposant sur l’assemblage et le découpage syllabiques des mots.

Ce livre a aussi la particularité de proposer à l’enfant des consignes dessinées qui, dans un premier temps, donnent de façon ludique les instructions nécessaires à la réalisation de l’exercice.

Dans la continuité des précédents Bien lire et aimer lire, ce cahier d’exercices constitue un nouvel outil indispensable pour prévenir l’illettrisme, la dyslexie et l’échec scolaire - les exercices proposés ont déjà été testés en classe avec succès - et procure à l’enfant une méthode très efficace pour lire couramment.

BIEN LIRE ET AIMER LIRE : Livre 4

Livre 4 - Ce livre d'exercices de lecture est conçu à partir de la méthode phonétique et gestuelle exposée dans le livre 1 de Bien lire et Aimer lire de Suzanne Borel-Maisonny. Il en constitue un complément indispensable pour toute personne souhaitant réellement mettre en œuvre une démarche complète d'apprentissage de la lecture. Destiné aux élèves de 5/6 ans qui entrent dans l'écrit, il peut donc être utilisé en Grande Section de maternelle comme en début de CP. Sa progression, semblable à celle du livre 1, aborde les voyelles, consonnes et syllabes simples. Pour chaque son étudié, l'enfant dispose de 4 fiches d'exercices différents. Des fiches-bilans finalisent les acquisitions. Un rappel des photos des gestes utilisés, ainsi que plus de 120 dessins permettent à l'enfant d'acquérir du vocabulaire tout en faisant des premiers pas aisés en lecture. L'ensemble des activités proposées ici a fait l'objet d'expérimentations dans différentes classes de GS et de CP qui ont conforté les choix de l'auteur. Ce quatrième volume achève de couvrir l'ensemble des apprentissages du cycle 2 et complète en ce sens les trois premiers volumes de la série Bien lire et Aimer lire.

Préface de Suzanne BOREL-MAISONNY

Une méthode de lecture, même excellente, n’a son plein effet que lorsqu’elle va jusqu’au bout, c’est-à-dire rend l’enfant capable de lire couramment et d’aimer lire. L’abandonner au niveau du déchiffrage, c’est risquer de le voir s’en tenir durant des années aux légendes des petits journaux.

Chacun sait qu’il s’écoule parfois bien longtemps entre le moment où l’enfant peut lire et celui où il prend un livre pour son plaisir. Amener les enfants normaux, mais aussi la plupart des « dyslexiques »* à bien lire et aimer lire, c’est à quoi tend et réussit le manuel de Mademoiselle Silvestre de Sacy, guide sûr qui préviendra les troubles des premiers et corrigera les déformations des autres.

Ce livre précieux mêle intimement la technique et le plaisir de l’appliquer en aplanissant de réelles difficultés trop méconnues... sinon des intéressés.

C’est avec une grande satisfaction que je vois paraître cet ouvrage destiné surtout aux enfants du premier âge scolaire. Je souhaite que cette méthode très illustrée soit choisie par les maîtres dans les établissements scolaires, mais aussi que les parents en prennent connaissance et en suivent l’application.

Suzanne BOREL-MAISONNY

* On appelle « dyslexiques » les enfants qui éprouvent de grandes difficultés à apprendre à lire.
Les caractéristiques les plus marquantes de la dyslexie sont :
                  les confusions visuelles entre des lettres dont les graphies sont voisines (m et n ; b et d, etc.) ou les confusions auditives lorsque les sons paraissent voisins (d et t ; f et v, etc.) ;
                  des inversions de lettres dans les syllabes (« clo » pour « col ») ;
             ou encore des inversions de syllabes dans les mots (« branche » pour « chambre »).


Voir : Dyslexie et pseudo-dyslexie, élèves en difficulté

- Vraie dyslexie et fausse dyslexie (Ouzilou, Sommer, Nuyts, Wettstein-Badour, etc.)

- Le Spectre de la dyslexie

- Dyslexiques ou ... "dyspédagogiques" ?

- Why Johnny Can’t Read ? / Pourquoi Johnny ne sait pas lire ?

 



Comment utiliser cet ouvrage ?


1.      — Nous conseillons de reproduire au tableau la page qui présente la nouvelle lettre à étudier, en adoptant la couleur rouge pour toutes les voyelles et les diphtongues (imprimées en rouge dans l’ouvrage).
Les premières consonnes étudiées sont celles dont le son se prolonge, et elles sont, de ce fait, mieux perçues par les enfants.

2.      — Le professeur doit se placer en face des enfants et faire avec eux tous les gestes, en se servant de sa main gauche afin que les enfants, en imitant, utilisent leur main droite. De l’autre main, et à l’aide d’une baguette, le professeur désigne les lettres du tableau.

3.      — Les indications propres à chaque leçon sont données dans les « notes » qu’il est indispensable de lire attentivement.

4.      — La lettre (ou la diphtongue) est apprise collectivement et en même temps que le geste, tel qu’il est reproduit sur la photographie d’accom­pagnement. Puis, associée à d’autres, la lettre est lue en syllabes et en mots (reproduits en deux couleurs).

5.      — Quand ceci est bien acquis, au cours d’une deuxième leçon, la nou­velle difficulté est revue et associée aux difficultés précédemment apprises et déjà lues avec aisance (en utilisant alors une seule couleur).

6.      — Pour lire les textes dans le livre, nous recommandons l’emploi habi­tuel d’une réglette de carton qui, maintenue de la main gauche, se place sous la ligne à lire. Ainsi la main droite reste libre pour répéter tous les gestes.

7.      — Certaines notes indiquent de déchiffrer la page suivante en fin de leçon de lecture ; c’est un conseil pédagogique important : une nouvelle lettre, un nouveau son vont être introduits, le fait de les avoir perçus visuellement et auditivement facilite beaucoup la leçon du lendemain.

8.      — Nous conseillons également l’emploi fréquent de lettres mobiles. La leçon se déroule alors à l’inverse : l’enseignant annonce la syllabe à écrire pour que les enfants cherchent et fassent les gestes correspon­dants ; ils ne choisissent et n’assemblent les lettres qu’ensuite.

Lorsque cet exercice est pratiqué habituellement, les débuts de l’ortho­graphe ne présentent plus aucune difficulté.


·              Les phrases courtes sont nombreuses dans chaque leçon ; ces phrases sont « coupées » selon le rythme du langage.

·              Des pages de lecture courante sont présentées entre les difficultés les plus sérieuses pour amener l’enfant à plus d’aisance et de désir de lire.

·              Les photographies des gestes d’accompagnement de certains sons sont reproduites plusieurs fois tout au long de l’ouvrage : un rappel des gestes connus aidera l’enfant à surmonter les difficultés nou­velles d’associations encore inconnues de lui.

Dans l’apprentissage de la lecture, la technique ne suffit pas et on l’ou­blie trop souvent : il faut acquérir un certain rythme ; il faut comprendre le texte, ce qui provoque le désir de lire. C’est à quoi vise la présentation de ce livre : chaque ligne peut être comprise en soi, la phrase étant cou­pée au rythme même du langage. Ainsi l’enfant comprend vite ce qu’il lit : le mot n’est jamais déformé par aucune prononciation intempestive des lettres muettes et l’idée est captée au fur et à mesure du déroule­ment de la « petite histoire » que représente une phrase.

Au manuel proprement dit, et sans attendre que toutes les difficultés soient sues, nous avons ajouté beaucoup de pages pour favoriser le désir et la joie de lire : souvent l’enfant les lira seul pour son plaisir.

C’est alors que l’on pourra dire : « Il sait lire »


La méthode Borel-Maisonny est une méthode d’apprentissage de la lecture qui depuis 1962 est devenue un ouvrage de référence sans équivalent : 400 000 exemplaires diffusés, 26 éditions successives témoignent de son succès.
Une méthode utilisant des gestes symbolisant et matérialisant des phonèmes (= sons)
A l'origine, la méthode Borel-Maisonny est un ensemble de gestes ayant pour but de faciliter l'entrée dans le langage. D'abord, utilisée auprès des enfants sourds, cette méthode est également reprise par des enseignants ordinaires qui sont en contact avec de jeunes enfants connaissant des difficultés d'expression. La méthode Borel-Maisonny utilise le canal visuel. Il s'agit de gestes symboliques utilisés au cours de l'apprentissage de la lecture.  Il y a un geste par son et non par graphie. 
Ex : Il y a un geste pour le son O . Le même geste vaut pour les différentes graphies au, eau, os, ot, aut, aud, aux, ault, eaux.
Ces gestes permettent de fixer rapidement la mémoire des formes graphiques et l'abstraction qui doit en être faite relativement au son. Ils ne peuvent par conséquent être dissociés de l'apprentissage de la lecture.


BM sur le blog (rappel)
1) Méthode Borel Maisonny : présentation et conseils d'utilisation (fichier en cours de lecture)

Table des matières de l'article en cours (rappel)
- Bien Lire et Aimer Lire : Livre 1 (apprentissage de la lecture, CP)
- Bien Lire et Aimer Lire : Livre 2 (lecture courante)
- Bien Lire et Aimer Lire : Livre 3 (exercices)
- Bien Lire et Aimer Lire : Livre 4 (Grande section)
- Préface de Suzanne Borel-Maisonny
- Comment utiliser cet ouvrage ? (conseils d'utilisation au début de l'ouvrage)
-  Avantages du geste Borel-Maisonny, par Isabelle Breil

Avantages du geste Borel-Maisonny, par Isabelle Breil

a) Accompagne et poursuit la conscience de la position articulatoire


L'apprentissage de la lecture se fait en plusieurs étapes. Avant de découvrir le phonème puis par la suite son graphème, il convient de faire prendre conscience à l'enfant de ce qu'est un son et d'où il vient. Pour cela, un premier travail de gymnastique phonatoire est essentiel à tout approche de l'apprentissage de la lecture : on apprend à respirer et à maîtriser sa respiration (on fait expulser l'air des poumons en l'économisant...). Puis, on commence le travail phonatoire proprement dit en travaillant sur les caractères phonatoires de chaque phonème : vibrations glottales ou non, vibrations orales ou nasales, position de la langue …
La conscience de la position articulatoire est pour Mme Borel-Maisonny est une condition sine qua non à l'émission d'un phonème. Le geste associé au phonème permet de créer un conditionnement à l'identification de la lettre écrite et de l'articulation correspondante qui doit être d'une solidité parfaite. 


b) Le geste permet aussi de travailler la tension, l'intensité et la durée du phonème.



c) Aide à la mémorisation
Le geste, en outre, est très utile chez les enfants présentant des troubles de mémorisation. Le phonème n'est plus un élément sonore isolé. Il a, en plus, une image visuelle qui facilitera à la fois la mémorisation mais aussi par la suite la relation phonème-graphème. Il est à noter que ces gestes disparaissent d’eux-mêmes dès que l'enfant a acquis les automatismes lui permettant de fixer phonème et graphème donc de déchiffrer.

La méthode Borel-Maisonny est une aide au déchiffrage. Pour que l’acte lire soit complet, il convient de travailler en parallèle sur le sens.


La méthode Borel-Maisonny suit une progression très précise :
-          l’identification de l’ensemble des lettres : chaque lettre est étudiée en association avec son son et son geste. Les consonnes sont prononcées comme dans le langage courant (on dit p et non pé). Les gestes utilisés peuvent reprendre la forme de la lettre (M, S, Z) ou son image articulatoire (L, R..).


-          l’association consonnes-voyelles : on utilise un cache pour lire les syllabes. En syllabant, on n’oublie de travailler la réversibilité (ca-ac).
-          l’association de trois lettres tantôt la voyelle entre 2 consonnes (pil), les consonnes en succession (pli), le travail en opposition (pil – pli), les digraphes (ou, oi)et les trigraphes (eau, ein), les consonnes spéciales( c-g ; gue-geon) et les sons complexes (ail, eil, ouille…)
-          l’introduction de l’écrit : lecture et orthographe sont liés au niveau de l’apprentissage. Progressivement, on amènera la grammaire et les fonctions des mots.
Professeur Spécialisé CAPEJS - Albi

Voir aussi sur le site d'Isabelle Breil : 
La méthode Borel Maisonny Fiches format A 4
La méthode Borel Maisonny Format A 6
La méthode Borel Maisonny - Explication
Gestes en image

Présentation de la 27e édition de Bien lire et aimer lire (1997)


Depuis 1962, Bien lire et aimer lire est devenu un ouvrage de référence sans équivalent : le seul manuel utilisant la méthode phonétique et ges­tuelle pour apprendre à lire.

En 1997, 400 000 exemplaires diffusés*, 26 éditions successives* témoignent du succès de cette entreprise, qui a su faire ses preuves auprès d’un public de plus en plus large.
* Ces chiffres datent de 1997 ; nous sommes aujourd’hui en 2004 à la 30e édition avec plus de 450 000 exemplaires diffusés.

En effet, si cette méthode d’apprentissage de la lecture a d’abord été mise au point pour la rééducation des enfants dyslexiques, elle s’est révélé, très vite, particulièrement adaptée à un apprentissage collectif normal de la lecture qui présente, contrairement à d’autres méthodes, le très gros avantage de prévenir les troubles dyslexiques**.

Dans le même esprit enfin, les parents qui souhaitent rattraper un retard scolaire - ou qui ont à cœur de prévenir d’éventuels troubles en la matière - trouveront dans cette technique d’apprentissage une aide précieuse et efficace qui en surprendra plus d’un.

* * *
Cependant, si sur le fond la méthode n’a pas pris une ride et n’a donc pas fait l’objet de modifications, il faut reconnaître que l’ouvrage méritait une nouvelle édition qui permettrait, d’une part, des améliorations et des ajouts et, d’autre part, une réactualisation de la présentation.

·    Au niveau de la présentation, il nous est apparu nécessaire de changer intégralement les photos, de proposer des dessins plus en concordance avec l’environnement que connaissent les enfants aujourd’hui, de " toiletter " enfin quelques expressions qui pourraient paraître désuètes : quel enfant en effet utilise aujourd’hui le mot « Kodak » ? De même, la typographie a été modifiée afin de s’adapter aux autres ouvrages que l’enfant peut être amené à utiliser.
Ajoutons que ces modifications nécessaires ont été réalisées dans le plus grand respect des qualités pédagogiques de l’ouvrage initial et qu’elles ont été confiées à un spécialiste.

·    A un niveau plus technique, notre souci a été de rendre l’ouvrage plus facile à utiliser tant par l’enseignant que par l’enfant :
-   la transcription phonétique des sons a été systématiquement introduite. Elle est en effet présente aujourd’hui dans la plupart des méthodes de lecture, et l’enfant la rencontrera tout au long de sa scolarité. Le signe phonétique étudié accompagne donc chaque photo avec un mot de référence.
-   l’enseignant trouvera en annexe de véritables outils :
-             un tableau reprenant l’ensemble des photos et des sons correspondant, dans leur ordre d’apparition, avec leur mot de référence,
-             la liste alphabétique des lettres (ou groupes de lettres) renvoyant à la page où elles sont étudiées,
-             une classification des consonnes.

·    Enfin, et pour rendre la circulation dans l’ouvrage plus aisée, la présentation a été améliorée par des titres courants et des grands titres qui correspondent aux divisions de la table des matières. Chaque nouvelle leçon commence en page de gauche pour que l’enfant ne soit pas troublé par la juxtaposition de deux séries de lettres différentes et que le passage à une nouvelle leçon soit mieux perçu. Les conseils pédagogiques ont été mis en valeur.
** *
Nous espérons que la nouvelle présentation de Bien lire et aimer lire rencontrera autant de succès que les éditions précédentes et que de très nombreux enfants pourront profiter du succès de cette méthode.
** *
Le lecteur trouvera ci-dessous l’introduction actualisée de Clotilde Silvestre de Sacy telle qu’elle figurait dans les éditions précédentes, ainsi que ses conseils pratiques pour utiliser la méthode.


Discussion théorique : les méthodes de lecture

- Michel Delord : Sur la lecture 1 (écriture-lecture, globale, idéovisuelle, maternelle, etc.)

- L’efficacité des méthodes de lecture

- Les inconvénients supposés de la syllabique

- La méthode syllabique (ou alphabétique) - Préjugé 1 : elle condamne les jeunes lecteurs au non-sens

- Globale / Syllabique / Mixte

- Dossier Méthodes de lecture (SKHOLE.FR)

- Ecrire, lire et comprendre : l’enseignement élémentaire (Liliane Lurçat)

- La compréhension en lecture requiert la connaissance des mots et du monde (Hirsch)

- False dichotomy 1 : Phonics vs. Meaning

- Reading Comprehension Requires Knowledge Of Words and the World

- Fausse opposition 1 : « décodage contre sens »

- Il faut enseigner le décodage grapho-phonologique

- Il a vaincu l’illettrisme chez les plus défavorisés (Tom Mc Kay)

Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2013)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...