7 septembre 2011

La massification de l'enseignement : remarques de Gilbert Molinier



Certes, l’accès massif d’enfants de pauvres à l’enseignement  secondaire pose des problèmes nouveaux, tout simplement parce qu’il est tendanciellement plus difficile à un enfant de pauvres de s’approprier une culture scolaire ou classique qui lui est largement étrangère, c’est une question de distance. Ce constat est trivial, il ne mérite même pas une page de journal. Etait-il nécessaire de convoquer toute la science sociologique pour mesurer ce que chacun savait déjà ? Cette obsession de la mesure objectivante est, elle aussi, connue. Cela dit, par exemple, les rapports que les jeunes entretiennent avec la mort, avec le (son) désir... ne sont pas moins fait d’inquiétude chez les pauvres que chez les riches. 

Simplement, il est autrement difficile d’enseigner un savoir scolaire à un enfant de pauvres, parce qu’il doit tout apprendre, même ce que les autres savent déjà. A résultats égaux, sa performance est donc plus remarquable. Enseigner est alors une question de temps et de patience ; Kant faisait déjà cette remarque que « La lenteur n’est pas un défaut de l’entendement. »

Cependant, les échecs scolaires ne commencent pas à l’entrée au lycée mais dès les premières classes de l’école primaire, lors des apprentissages de la lecture, de l’écriture et des opérations arithmétiques élémentaires. On peut constater après-coup que les conditions à partir desquelles il est possible de recevoir un enseignement, notamment celle, contraignante de rester assis, n’ont pas été imposées dans les classes primaires. Ces échecs conduisent à d’autres échecs massifs cumulés au collège d’abord, puis au lycée. 

Aujourd’hui, l’école échoue là où elle avait remporté des succès. Qui peut sérieusement prétendre qu’il est si difficile à un enfant de pauvres de savoir lire, de savoir l’orthographe ou la grammaire élémentaires après cinq années passées à l’école primaire pour cette raison qu’il est enfant de pauvres ?

Pourquoi un si grand nombre d’enfants entrant en sixième ne savent-ils pas encore lire ? Peut-être leur a-t-on appris à ne pas savoir lire ? Comment se fait-il que de si nombreux élèves de terminale ne puissent pas construire par écrit ou oralement une phrase simple et encore moins l’articuler logiquement avec une seconde ? On ne peut s’empêcher de poser la question : « Et si l’école avait pour objectif de fabriquer des ignorants » ? Il faut dépasser le niveau de l’analyse sociologique et poser la question des finalités de l’école. Pour quoi les enfants de pauvres devraient-ils, ou non, savoir lire et écrire ?

Education vs. Instruction : 2 "axiomes" à discuter

La loi Jospin de 1989, source de tous les maux ? Une erreur de diagnostic

Le mythe de la "démocratisation" : cahier de 1937

 

 

Source de l'image : blog-shopping 

Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...