10 octobre 2012

L'arrivée de Grand-Papa

Suite de 


 L’ARRIVÉE DU GRAND-PAPA

— Qu’avez-vous donc, mes chers petits-enfants, et pourquoi faites-vous une si vilaine mine ? Est-ce qu’on vous a grondés ?
— Oh! grand-papa, nous avons à faire des additions ; c’est bien ennuyeux !
— Bien ennuyeux ! Mais pas du tout, c’est très gentil, l’addition. Voyons, toi, gros joufflu, dis-moi, un peu ce que c’est que l’addition?
— L’addition est une opération par laquelle... par laquelle...
— Eh bien ! une opération par laquelle?...
— Tiens, grand-papa, voilà comme ça se fait. (Très-vite.) On écrit les nombres les uns au-dessous des autres, les unités sous les unités, les dizaines sous les dizaines, les centaines sous les centaines...
— Ta, ta, ta, ta. Comme nous défilons notre chapelet! Et puis, après?
— Après, on additionne. Ce n’est pas amusant du tout.
— Celui qui a inventé l’arithmétique n’a pas eu là une belle idée !
— Voyez-vous cela ! En bien ! c’est ce qui vous trompe, mademoiselle ; il a eu une très belle idée, et si l’on me promettait d’être bien sage, je vous raconterais là-dessus une histoire qui vous ferait peut-être bien changer d’avis.
— Une histoire sur l’arithmétique ! Est-ce qu’il y en a?
— Il y a celle-là, sans compter toutes celles qu’on pourrait vous raconter, si l’on voulait.
— Et comment l’appelles-tu, ton histoire?
— C’est l’Histoire de deux petits marchands de pommes; et vous y verrez comme ils étaient contents quand on leur a montré l’arithmétique.
— Oh ! grand-papa, quel dommage que nous ne puissions pas l’écouter! Nous n’aurions plus le temps de faire nos additions avant que le maître vienne.
— Laissez là vos additions, pauvres petits ! C’est moi qui suis votre maitre aujourd’hui. Faites bien attention; je vais commencer.



Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...