9 août 2012

Ecriture et échec scolaire

source de l'image : http://www.sos-ecriture.fr/




Adélaïde a posté le message ci-dessous dans le forum Léo et Léa des enseignants (http://www.leolea.org/lforum/../lforum?client=liras&skin=&langue=fr)

Ce texte est commenté ici : http://www.neoprofs.org/t50797-ecriture-tous-cycles

Sujet : double niveau CP-CE1

------------------------------------------------------------------------
Je retrouve ce texte sur l'importance de l'apprentissage de l'écriture. Le sujet était l’absence d’enseignement sérieux de l’écriture.


Témoignage d’un parent. (Novembre 2007)

L’enfant ayant le désir de bien faire est dans un état de perfection inconsciente – et, ne voyant aucun résultat, se démotive à l’écrit, ce qui le blesse cruellement.

Et cela sera extrêmement handicapant pour toute sa scolarité, et sa vie future.

Pourquoi ? La réponse est simple : l’école n’enseigne plus l’écriture.On fait acheter des cahiers aux parents, non pas pour écrire, mais pour stocker des polycopiés, avec peu d’espace pour les réponses, et sans lignes, et ceci dès le CP.

Rares sont les écoles où les enfants apprennent encore à écrire les lettres de l’alphabet, en minuscules et en majuscules.

L’écriture est un facteur de non-réussite.

En effet, l’ « acte d’écrire » peut bloquer un enfant dans sa scolarité : manque de soin, de rapidité, stress,manque de concentration…

On ne donne plus à l’enfant les clés de l’apprentissage, donc, il se débrouille comme il peut, et l’on peut voir souvent sur le polycopié, où mieux, sur le cahier : « Enfant trop lent, sale, ne sait pas écrire,travail illisible, inattentif,manque de concentration, soigne ton écriture… »

Mais à qui la faute ? A l'école uniquement.

Comment exiger d’un enfant de savoir ce qu’on ne lui a pas enseigné ?

Quant à la méthode de lecture, les étiquettes-mots et autres méthodes déplorables sont toujours d’actualité, au grand dam des parents bien conscients qui utilisent Boscher ou Léo et Léa.

L’école pour tous, cette utopie, n’existe plus depuis bien longtemps.Ce que je ne comprends toujours pas, c’est pourquoi bon nombre d’entre vous, les enseignants, avez accepté, depuis des décennies, sans révolte, ce carnage produit sur les enfants !!!

Tout est lié, pas d’enseignement de la lecture, en parallèle pas d’enseignement de l’écriture, pas de maîtrise des outils (crayons, gommes, stylos, règles, compas…), il en va de même bien sûr pour les chiffres et les nombres.

Mais par ailleurs, on permet aux élèves de se lever quand ils veulent, on les fait travailler en groupe, un sur six se débat comme il peut pour s’en sortir, les tables sont mises en dépit du bon sens, les corps des enfants sont torduspour essayer de voir un petit bout du tableau, et le tout dans un brouhaha incessant.
Aucun adulte ne voudrait travailler dans ces conditions, et on l’impose à nos enfants.

En réponse, témoignage d’un enseignant.

« En effet, l’ « acte d’écrire » peut bloquer un enfant dans sa scolarité : manque de soin, de rapidité, stress,manque de concentration… »

Ce que vous dites sur l’écriture, en temps que parent, est frappé au coin du bon sens. En temps qu’instituteur, c’est ce qu’on peut vérifier année après année auprès de ses élèves.
La maîtrise de l’écriture à l’école joue assurément un rôle déterminant pour la mise en place des apprentissages et la réussite des élèves.

Elle favorise :
- l’investissement de l’élève dans son travail
- l’efficacité dans le travail
- la compréhension
- l’acquisition d’une bonne orthographe
- la mémorisation des leçons
- la réflexion
- l’estime de soi


C’est également souvent vrai dans l’autre sens. Chez les plus grands, un travail rigoureux axé sur la maîtrise de l’écriture permet dans de nombreux cas de « récupérer » des élèves en échec scolaire et de les réconcilier avec leur propre image ainsi qu’avec la chose scolaire.
Mais il faut bien dire que, quand on se trouve obligé d’apprendre l’écriture à des élèves de CM1, c’est exténuant.On transpire sang et eau pour les faire tout d’abord désapprendre les mauvaises habitudes installées depuis des années, les mauvaises postures, la tenue aberrante du stylo, le tracé azimuté des lettres et des chiffres. Puis il faut reprendre quasiment à zéro l’apprentissage dans les règles de l’art.
Ce travail porte très souvent ses fruits, mais impose à l’enseignant des numéros de haute voltige avec lCe travail porte très souvent ses fruits, mais impose à l’enseignant des numéros de haute voltige avec l’emploi du temps, car l’apprentissage de l’écriture – et à fortiori une rééducation – exige beaucoup de temps et une attention de tous les instants, qu’il est acrobatique de concilier avec le programme de CM1 !
(21 novembre 2007 )

Hélas, rien n'a changé...depuis cinq ans !

Ce texte est commenté ici : http://www.neoprofs.org/t50797-ecriture-tous-cycles 

-------------------
à voir aussi sur le blog :

Conseils pratiques écriture

1- Brigitte Guigui : Deux fondamentaux, l'écriture et le dessin, de la maternelle au CM

2- Le procédé Lamartinière (ardoise) 

3- GRAPHISMES PREPARANT A L'ECRITURE, par André Casteilla

3- Leçon d'écriture au CP (6 à 7 ans), par André Casteilla

4- Leçon d'écriture au CE1-CE2 (7-9 ans) par André Casteilla

5-Leçon d'écriture au CM1-CM2 (9-11 ans) par André Casteilla

6- Ecriture cursive : Pédagogie par André Casteilla

7- Irénée Carré, L'enseignement de la lecture, de l'écriture et de la langue française à l'école primaire (1889) 

 

Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...