23 juillet 2011

Ouvrages critiques relatifs à l'école et à l'enseignement (SAGES)

Le SAGES présente sur son site des livres intéressants pour ceux qui s'intéressent à l'avenir de l'enseignement en France. 

 

VIVE L'ECOLE REPUBLICAINE, Textes et discours fondateurs, éd. Librio, août 1999.
Cette anthologie, présentée par Philippe Muller, contient les rapports et discours suivants :

- Rapport sur l'instruction publique, présenté par Talleyrand, 1791 (introduction)
- Rapport et projet de décret sur l'organisation générale de l'instruction publique, présentés par Condorcet, 1792 (extraits)
- Ouvrage posthume de Michel Le Peletier sur l'éducation publique, 1793
- Rapport sur l'instruction publique, présenté par Antoine de Fourcroy, 1802 (extraits)
- Rapport sur l'instruction publique, présenté par François Guizot, 1833 (extraits)

- Exposé des motifs et projet de loi sur l'instruction publique, présentés par Frédéric de Falloux, 1849 (extraits)

- Rapport à sa Majesté l'Empereur sur l'enseignement supérieur, présenté par Victor Duruy, 1865-1868 (extraits)
- Projet de loi sur la gratuité absolue de l'enseignement primaire, présenté par Jules Ferry, 1880
- Projet de loi sur l'enseignement primaire obligatoire, présenté par Jules Ferry, 1880 (extraits)
- Rapport sur la laïcité et l'obligation de l'école primaire, présenté par Paul Bert, 1880 (extraits).

TABLEAU NOIR, Résister à la privatisation de l'enseignement, par Gérard de Sélys et Nico Hirrt, éd. EPO, Belgique, décembre 1998.
Des milliers d'écoles fermées. Des millions d'enseignants mis à pied. Des dizaines de millions d'enfants à peine alphabétisés. Les autres, obligés de payer, et cher, pour apprendre. Science-fiction  ? Non ! C'est la stratégie secrètement mise en oeuvre aujourd'hui pour privatiser l'enseignement. Partout dans le monde. Une catastrophe culturelle, sociale et démocratique sans précédent si cette stratégie aboutit. Cet ouvrage salutaire la dévoile, preuves à l'appui. Le lire, c'est entrer en résistance.

Gérard de Sélys : journaliste et essayiste belge dont les livres, les révélations et les chroniques radiodiffusées remuent les méninges et secouent les institutions depuis des années. A publié, entre autres, Médiamensonges, Alinéa 3, L'Europe telle qu'elle et Privé de public, A qui profitent les privatisations ? (EPO). Le Cartable de Big Brother (VIDEO)

VERS UNE ECOLE TOTALITAIRE ? par Liliane Lurçat, éd. François-Xavier de Guibert, octobre 1998.
Depuis de longs mois, la crise de l'école est au coeur de l'actualité, qu'il s'agisse des faits divers, de la politique ou de débats d'idées qui semblent le plus souvent obscurs au grand public. Mais, en fait, d'une manière accélérée sous la conduite de ses nouveaux responsables, l'école subit en ce moment une transformation radicale, dans ses objectifs, comme dans ses moyens. Ce changement inquiète les parents. Pourtant, ils n'en soupçonnent pas encore l'ampleur. L'objectif, c'est "l'école de masse", où les individualités ne doivent plus être prises en considération. C'est ainsi que la décrivent les sociologues et les "pédagogistes" qui inspirent les décisions ministérielles avec l'ambition de bouleverser la société en commençant par les enfants. Les moyens, c'est "le pédagogisme", c'est-à-dire la prétention de faire de la pédagogie un "en soi" supérieur à toutes les disciplines. En analysant les textes les plus récents des penseurs qui dirigent l'école aujourd'hui, des plus anodins en apparence aux plus confus, Liliane Lurçat discerne clairement, derrière le projet pédagogique, un véritable projet politique : remplacer l'instruction obligatoire par l'école obligatoire, pour créer un "homme nouveau". Une démarche suicidaire vers une école totalitaire ?

Enseignante et chercheur au CNRS, Liliane Lurçat est docteur en psychologie et docteur ès lettres. Elle a mené des recherches dans des écoles maternelles et primaires de Paris et sa banlieue durant toute sa carrière. 

LA DESTRUCTION DE L'ENSEIGNEMENT ELEMENTAIRE ET SES PENSEURS, par Liliane Lurçat, éd. François-Xavier de Guibert, février 1998.
Depuis une vingtaine d'années, des formes nouvelles et tout à fait spécifiques sont apparues dans l'échec scolaire. L'auteur, qui a fait de longues études sur l'écriture et le langage écrit de l'enfant, démontre qu'à ces échecs de plus en plus nombreux, correspondent des raisons précises qui tiennent au système nouveau des apprentissages fondamentaux: lecture, écriture, calcul. Elle démonte les mécanismes idéologiques totalement irresponsables à travers lesquels un certain nombre de penseurs, à la fin des années 60, ont entrepris la destruction systématique des grandes bases de l'enseignement élémentaire. Rien de théorique dans sa démonstration. Beaucoup d'exemples concrets grâce auxquels le lecteur, parent d'élève ou, tout simplement, homme de bon sens, découvrira avec stupéfaction une "machination" extravagante contre l'intelligence et le bon sens. Au terme de cette analyse, le plus grand sujet d'étonnement et d'émerveillement que l'auteur nous fait partager, c'est que, malgré tout, tant d'enfants aient pu réussir à s'en sortir.
Liliane Lurçat, voir aussi : 
* LA DEBACLE DE L'ECOLE : Introduction par Laurent LAFFORGUE 


Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...