19 juillet 2011

E.D. Hirsch Jr : Romancer l'enfant

L’école de Celebration de Disney a paru être un nouveau conte de fées créé par les auteurs de la Petite Sirène et du Roi lion. Elle était censée être l’école idéale, implantée dans la communauté nouvellement fondée par Disney en Floride : Celebration. Selon le New York Times, l’école devait suivre les méthodes d’enseignement les “plus avancées”. En fait ces méthodes nouvelles étaient des resucées de projets progressivistes datant d’au moins cent ans – comme Diane Ravitch l’a démontré dans son livre récent Left Back – des projets tels que des groupes d’âges mélangés dans lesquels chaque enfant va à son propre rythme ; des évaluations individualisées au lieu de tests objectifs ; des enseignants plus entraîneurs que savants ; des projets plutôt que des manuels.
 
De telles méthodes, bien qu’utilisées depuis des décennies, ont rarement bien marché. L’école de Celebration n’a pas fait exception. Comme le disait le titre du Times, il y avait « des difficultés dans l’école la plus heureuse de la Terre ». L’article commençait ainsi : « La rentrée ne date ici que de quelques jours, et c’est donc une surprise que des parents fassent la queue pour retirer leurs enfants ». Les parents affirmaient qu’ils étaient mécontents du manque d’objectifs clairement scolaires et de mesures de la réussite aussi bien que du manque d’ordre et de structure qui accompagnaient les méthodes progressivistes.

L’échec de l’école de Celebration était totalement prévisible. Dans les années 1980, le distingué sociologue James Coleman a conduit une recherche de grande ampleur, soigneusement mise en œuvre, qui a démontré l’inefficacité des méthodes progressivistes en ce qui concerne la réussite scolaire générale et la réduction de l’écart entre élèves favorisés et défavorisés. 

Coleman a trouvé que les écoles catholiques américaines arrivent à plus d’équité scolaire que les écoles publiques car elles suivent un programme riche et exigeant ; elles fournissent un environnement structuré, ordonné ; elles offrent beaucoup d’enseignement explicite, y compris des exercices et de l’entraînement ; et elles attendent de chaque enfant qu’il atteigne des buts minimums dans chaque matière à la fin de l’année. 

Tout ceci se trouve en parfait contraste avec les idéaux progressivistes de l’enseignement implicite non structuré et avec l’enseignement adapté à chacun qui prédomine aujourd’hui dans les écoles publiques. Par conséquent, les enfants désavantagés réussissent scolairement dans les écoles catholiques et ces écoles réduisent les écarts entre races et classes sociales. 

Quand il a été critiqué pour avoir condamné les écoles publiques, Coleman a fait valoir que les mêmes résultats de démocratisation étaient atteints dans les rares écoles publiques qui défiaient la doctrine progressiviste. Mis en rapport avec des comparaisons internationales à grande échelle, le travail de Coleman est l’ensemble de données le plus fiable que nous avons concernant la validité des idées progressivistes et il n’a jamais été réfuté.


Voir aussi du même auteur Le Croisé inattendu 
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...