19 octobre 2011

Leçon d'écriture au CM1-CM2 (9-11 ans) par André Casteilla


AU COURS MOYEN : La recherche de la rapidité

     Ainsi les années du Cours élémentaire auront été consacrées à l’étude de la cursivité de l’écriture et à l’acquisition des automatismes cursifs. Il ne faut pas que l’enfant ait besoin de rechercher la meilleure façon de lier entre elles les lettres de chaque mot. L’enseignement de l’écriture cursive lui aura permis d’acquérir progressivement l’automatisme de la graphie.

     La première année du Cours moyen sera d’abord employée à la révision des acquisitions du Cours élémentaire. Cette même année devra voir débuter les exercices consacrés à la recherche de la rapidité.

« L’école primaire, dit fort justement Vinh Bang, n’a pas senti la nécessité d’une écriture rapide. Quand le maître dit « Dépêchez-vous » ce n’est pas une exhortation à la rapidité du tracé mais plutôt un rappel à l’ordre adressé aux lents, aux traînards », aux bavards, aux élèves qui perdent leur temps en faisant autre chose que l’exercice demandé ».[1]

     Le rythme du cours moyen n’exige pas encore la rapidité de l’écriture : il est fait pour l’ensemble de la classe. Quand le maître donne un exercice écrit, il se trouve toujours des élèves qui ont fini plus tôt que les autres comme il y en a qui terminent toujours plus tard. La majorité des élèves suit bien le rythme général.

     Mais l’enseignement n’est pas une fin en soi ; c’est une préparation : le maître, à travers l’enfant d’aujourd’hui forme l’homme que celui-ci deviendra ; l’homme et aussi le collégien qu’il sera deux ou trois ans après. Ce collégien, avons-nous vu, aura besoin d’une écriture rapide. L’adulte, lui aussi dans la majorité des cas, aura besoin de cette rapidité.

     Bien que rapide, l’écriture doit rester lisible ; la rapidité ne doit pas être obtenue aux dépens de la qualité.

     C’est jusqu’à présent sur la qualité que l’on note les devoirs d’écriture imposés aux élèves ; c’est que le contrôle de la qualité est facile. Il suffit de se reporter à un modèle, généralement si parfait qu’il est impossible à reproduire. Seuls les calligraphes professionnels peuvent arriver à cette perfection.

     C’est la raison pour laquelle nous avons tenu à donner dans notre méthode d’écriture cursive des modèles écrits et non dessinés : nous pensons que les exigences du maître ne doivent pas porter exclusivement sur la perfection des formes.

     Une écriture sera jugée « belle » si elle est régulière, chaque lettre étant bien formée, ni trop grosse, ni trop petite, si les boucles sont bien verticales ou ont toutes la même inclinaison. L’épaisseur du trait doit lui aussi être régulier : l’écriture ne doit être ni trop fine, ni trop grasse. La largeur moyenne de chaque lettre doit être raisonnable : l’écriture ne doit pas être étalée (peu de mots dans une ligne) ; elle ne doit pas être serrée (un trop grand nombre de mots dans la ligne). L’espacement entre les mots doit être toujours le même, ni trop grand, ni trop petit.

     En un mot, le terme RÉGULARITÉ résume la qualité de l’écriture : régularité des formes, régularité des pentes, régularité du trait, régularité des espacements. Une écriture est belle quand elle est régulière car elle satisfait en nous le sens de l’équilibre et de l’harmonie.

     Il est donc possible d’avoir une belle écriture sans posséder un don particulier, celui qui fait les futurs calligraphes.

     C’est ce que le maître doit faire comprendre à ses élèves : tout le monde, tous les élèves normaux, doivent être capables de « bien écrire ».

     Une mauvaise écriture peut provenir de troubles psychiques ou moteurs. La mauvaise écriture, dit Vinh Bang, doit être considérée comme une inadaptation scolaire. Le maître se doit de signaler au psychologue scolaire ou au médecin inspecteur ceux de ses élèves qui présentent des anomalies trop grandes dans leur graphie car elles peuvent provenir de troubles pathologiques qui ne sont pas du domaine scolaire.

     Il nous faut maintenant définir ce que l’on peut entendre par la RAPIDITÉ de l’écriture, en ne perdant pas de vue que cette recherche de la rapidité s’applique à des enfants de 9 à 11 ans.

     Il y a d’abord des limites à la rapidité : la notation habituelle des mots ne peut être faite à toute vitesse ; elle ne peut toujours suivre le débit du langage qui peut, lui, devenir extrêmement rapide. C’est la raison pour laquelle l’homme a inventé un (et même plusieurs) autre système de notation des mots : la STENOGRAPHIE qui permet de noter rapidement le langage parlé.

     Pour les apprenties sténographes, il existe un entraînement méthodique à la vitesse. Une certaine vitesse est demandée aux examens professionnels ; des championnats sélectionnent les sténos les plus rapides.

     Il ne peut donc être question de concurrencer les sténographes : écrire à toute vitesse, c’est écrire mal. Il est indispensable d’écrire vite et bien, et ce résultat ne peut être acquis du premier coup.

     Cette recherche de la vitesse et de la perfection se retrouve également dans le domaine du sport. On ne naît pas champion ; on ne le devient pas du jour au lendemain. De nombreuses séances, des années d’entraînement sont nécessaires. C’est petit à petit que les athlètes acquièrent les qualités requises, c’est progressivement que leurs temps s’améliorent.

     Il en est de même pour l’écriture. Cette comparaison entre l’enfant et l’athlète doit être faite par le maître à ses élèves afin qu’ils soient bien pénétrés de cette idée de progressivité de l’effort. C’est progressivement qu’augmentera la rapidité de l’écriture en conservant le souci de la qualité.

     Cela est essentiel : la qualité doit demeurer la même : l’enfant doit également être pénétré de ce critère de perfection.

     La recherche de la rapidité ne doit pas consister dans le chronométrage du temps mis à écrire une phrase ou un paragraphe, mais le temps étant fixé, dans le recul de la distance.

     Le problème n’est pas de savoir qui court le 100 mètres dans le temps le plus bref mais de connaître qui va le plus loin dans un temps donné.

     La leçon d’écriture dure généralement u quart d’heure dans les programmes.

     Dans ce temps limite, au cours élémentaire, l’élève devait faire de son mieux, c’est-à-dire, tout en acquérant les mécanismes nécessaires, avoir le souci de la perfection de la forme, l’exercice écrit étant non seulement limité dans le temps, mais également limité quantitativement.

     Au cours moyen, une fois terminée la révision, l’exercice écrit restera toujours limité dans le temps ; il ne le sera plus dans la quantité. Mais il ne devra pas devenir une épreuve de championnat. Il ne faut pas jouer à qui écrira le plus de lignes dans le temps de la leçon. L’élève devra garder le souci de la perfection de la forme ; aucune limite ne lui sera tracée quant au nombre de lignes à écrire.

     L’élève devra toujours se comparer à lui-même. Un double barème sera pris en considération pour noter son exercice écrit : une note sera donnée pour la qualité de l’écriture, une note pour la rapidité (celle-ci dépendant du nombre de lignes écrites). La note moyenne résultant de ces deux notes servira à juger le devoir écrit.
     Le graphique des notes moyennes permettra à l’élève de juger des progrès accomplis.

     C’est là un moyen simple et rudimentaire. Pour les maîtres auxquels ce procédé ne donnerait pas satisfaction nous conseillons un moyen de contrôle plus rigoureux et plus rationnel : les barèmes et échelles d’écriture, les barèmes quantitatifs servant à mesurer la rapidité d’exécution, les échelles à évaluer la qualité[2].

     Les leçons consisteront en la copie d’une phrase qui tient dans une ligne de cahier. Les phrases seront variées à chaque exercice de manière à revoir toutes les difficultés d’écriture. Elles seront progressivement allongées de manière à tenir sur deux puis sur trois lignes du cahier.

     Tous les deux mois par exemple à la phrase toujours la même à reproduire sera substitué une copie prise dans le livre de lecture courante. Dix minutes seront consacrées à la copie, cinq minutes à la recherche des fautes.

     Enfin, tous les trimestres, le maître pourra organiser entre tous les élèves de sa classe un concours de vitesse et de qualité sur le type du test Piscart décrit par Vinh Bang à la page 37 de son livre. Nous rapportons ci-après l’intégralité de ce texte. Celui-ci devra être adapté par le maître si les élèves écrivent au stylographe ou au crayon à bille.

     Technique élaborée par R. PISCART :

     I. - A tous les degrés, les élèves écriront à l’encre.
     N.B. — Avant l’épreuve, les encriers seront vérifiés.

     II. - Chaque élève sera pourvu :
A. — D’une feuille de papier à deux lignes ­avec interligne — au degré inférieur ; à une ligne à partir de la première année du degré moye ; en tous cas, adopter la réglure habituellement employée dans la classe en fin d’année scolaire.
  Cette feuille portera
Zone de Texte: • IlDans le coin gauche du haut... (nom, âge, née d’études, localité, etc.).
B. — D’un porte-plume convenable muni d’une bonne plume, d’un buvard.

III. - La phrase à écrire sera la suivante :
« Mes enfants, respectez vos parents qui sont si bons ; soyez toujours bien gentils pour eux, jamais ne leur faites du chagrin. »
Elle sera écrite au tableau noir ; les élèves l’apprendront par cœur, par audition ou lectures successives. Leur attention sera attirée sur l’S dans faites », « toujours » et « jamais ».

IV. - Quand tous les élèves connaissent très bien le texte, leur dire : « Vous allez écrire de votre mieux et sans traîner, la phrase que nous venons d’apprendre. Quand je dirai « Partez » vous commencerez. Quand vous aurez fini une première fois, vous recommencerez sans aller à la ligne jusqu’à ce que je dise : « Halte ».
   Placez vos feuilles dans la bonne position.
   Trempez vos plumes dans l’encre.
   Relevez les porte-plumes.
   Rappelez-vous : écrire de votre mieux et ans traîner.
   Attention... partez. »

V.           - Accorder juste 2 minutes (deux minutes) et faire cesser tout le monde au signal d’arrêt.

VI.         - Réunir les copies en paquets d’après l’année d’études et les remettre au chef d’école.
Zone de Texte: le(Tiré de l’Echelle objective d’écriture pour écoliers belges d’expression française, par R. Piscart, p. 18-19. Ed. Nauwelaerts, Louvain et Vrin, Paris, 1950.)

     Notons également que les exercices graphiques (que nous avons nommés graphismes), peuvent être poursuivis au cours moyen. Nous conseillerons au maître de les inclure dans le programme de dessin en leur donnant une allure nettement décorative.

     Nous avons parlé plus haut de la recherche des fautes graphiques. Un laps de temps succinct doit toujours être consacré après la leçon d’écriture à cette recherche des fautes, véritable méthode auto-corrective conseillée par Vinh Bang dans son livre*. Citons-le (page 132) :
Le contrôle s’effectue comme suit :
1) L’élève souligne lui-même les lettres, les mots qu’il considère comme mal écrits.
2) Le maître revoit ces corrections et signale les nouvelles fautes.
3) L’attention du maître comme de l’élève se porte sur les lettres mal formées et les liaisons défectueuses. »


[1] Evolution de l’écriture de l’enfant à l’adulte, p. 117.

Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...