26 septembre 2011

RAINBOWS END, de Vernor Vinge : la réalité augmentée dans un futur pas si éloigné

Au milieu du XXIe siècle, la cybersphère a envahi l'univers. Le virtuel a subverti le réel. La Singularité est proche, ce bouleversement de l'Histoire humaine, issu de la convergence entre informatique et nanotechnologie. Grâce à ses vêtinfs, ses lentilles de contact, chacun communique avec le monde entier, peut se déplacer sous forme d'avatar à l'autre bout du monde ou en recevoir informations et images. Le meilleur des mondes, ou presque. Et un monde dangereux. Robert Gu, le plus grand poète américain, a sombré quatre ans plus tôt dans la nuit de l'esprit. Grâce à un traitement miraculeux, il émerge de son Alzheimer. Et peut quitter la maison de retraite de Rainbows End. Mais il va lui falloir retourner à l'école, se familiariser avec ces machines à distiller de l'information dont il s'est toujours méfié. Et si possible retrouver son génie enfui. Or lui, qui a toujours tant aimé les livres, découvre un horrible projet, le Bibliotome : tout numériser au prix de la destruction physique de l'imprimé. Ce n'est qu'un des moindres dangers qui menacent le monde comme le savent trop bien Bob, son fils, colonel des marines, et sa belle-fille Alice, agent des services spéciaux qui a incarné trop de personnalités pour continuer à être elle-même. Pire encore, le Lapin rôde.
Vernor Vinge, spécialiste de l'informatique et inventeur du concept de la Singularité, nous dépeint un monde total de l'avenir, crédible, effrayant et séduisant, comme l'avait fait en son temps John Brunner dans son fameux Tous à Zanzibar. (Quatrième de couverture)

L'univers de Rainbow's End imaginé par Manchu (illustrateur)

Pour voir ce que sera devenue la vie sociale, l'intelligence et l'éducation dans 20 ans, lire RAINBOWS END de Vernor Vinge : voir page Wikipedia en anglais.

Feuilleter le livre en anglais sur Amazon : see Rainbows End Extracts.

Critique de Rainbow's End par le Cafard Cosmique. 


D'autres critiques ici :  

http://www.librys.fr/vernor-vinge/rainbows-end-5109


http://www.bibliosurf.com/Rainbows-end,24804

 

Voir encore ici sur les TICE :

 

TICE et MARCHANDISATION

- Le Cartable de Big Brother (video)

- Worldwide Studies on Digital Pedagogy (OCDE, CERI)

- Computers At School (Michel Delord)

- Michel Delord : Propos historiques et critiques sur les TICE

- L’ordinateur remplace les professeurs (Lurçat)

- L’âge de diamant - Education et Nanotechnologies (roman)

 


Réalité augmentée : un article en anglais :

Two to Three Years: Augmented Reality


Time-to-Adoption Horizon: Two to Three Years
Augmented reality, a capability that has been around for decades, is shifting from what was once seen as a gimmick to a bonafide game-changer. The layering of information over 3D space produces a new experience of the world, sometimes referred to as “blended reality,” and is fueling the broader migration of computing from the desktop to the mobile device, bringing with it new expectations regarding access to information and new opportunities for learning. While the most prevalent uses of augmented reality so far have been in the consumer sector (for marketing, social engagement, amusement, or location-based information), new uses seem to emerge almost daily, as tools for creating new applications become ever easier to use.
 
 
BOOK : une technologie révolutionnaire

 

 

 

Sur l'aspect potentiellement dangereux des TICE, voir aussi TV Lobotomie.

 

Enfin, un article du Figaro :

Comment le Net révolutionne notre cerveau

Article du journal Le Figaro
Mots clés : , ,
Par Cécilia Gabizon Publié

Les jeunes qui passent plus de neuf heures par jour devant un écran sont capables de prendre des décisions rapides et de filtrer efficacement l'information. En revanche, ils ont du mal à se concentrer. 

En quinze ans, la révolution Internet nous a transformés. Notre mémoire profonde s'est affaiblie, tout comme notre capacité à lire de longs documents, et notre concentration a chuté. L'«Homo internetus» est définitivement dispersé, mais rapide dans ses décisions et plus créatif.


«L'Internet rend-il bête», comme le soutient l'essayiste américain Nicholas Carr, dont le livre sera traduit en français à l'automne ? Quinze ans après la révolution digitale, de récents travaux scientifiques viennent nourrir le débat. Des milliers d'enfants américains qui suivaient un cursus spécial, valorisant les nouvelles technologies, ont vu leurs résultats scolaires stagner selon une étude publiée ce week-end par le New York Times. Tandis que dans la même ville de Kyrene, en Arizona, les autres élèves progressaient. Les adolescents qui font leurs devoirs avec leur profil Facebook ouvert ont des résultats scolaires bien inférieurs aux autres, a établi le professeur Kirchner aux Pays-Bas. Tandis que le quotient intellectuel des adeptes du Net serait en chute, selon le British Institute of Psychiatry…

Les Cassandre redoutent qu'en confiant une part de notre cerveau à des machines l'Homo internetus perde sa capacité de penser vraiment. Le débat est ancien. Chaque révolution technologique a engendré ses craintes. L'écriture en son temps, l'imprimerie, la radio, puis la télévision ont fait l'objet de pronostics affolants. Si le cerveau est éminemment plastique, il n'est pas élastique. Avec Internet, des zones se développent, d'autres s'atrophient. «Sans mon téléphone connecté, je ne suis plus rien. Ma tête est vide», confesse Christiane, la trentaine, chef de projet. «Je cherche tout sur Google.» Désormais, nous externalisons une part croissante de notre savoir, de notre mémoire. On ne fixe plus les dates, les bibliographies… Puisqu'on les trouve d'un clic, sur la Toile. On les retient d'autant moins que l'on sait où les trouver, selon une étude publiée par la revue Science en juillet.

 

Mémoire de court terme 

 

En nous déchargeant du travail de mémorisation, la Toile a libéré du temps pour l'action et les décisions, assurent les chercheurs les plus enthousiastes. Selon le neurologue Gary Small de l'université de Californie (Ucla) : «Les jeunes qui passent plus de neuf heures par jour devant un écran sont plus capables de prendre des décisions rapides et de filtrer efficacement l'information.» Ces natifs du Web, la fameuse génération Y et les suivantes, seraient également plus créatifs, car leur pensée est moins rectiligne. En revanche, et certains l'auront déjà remarqué, ils ont du mal à se concentrer !

Car Internet stimule surtout la mémoire de court terme. Pendant que tout bouillonne derrière le front, d'autres circuits neuronaux, ceux de la concentration et de la mémoire profonde, sommeillent chez ces enfants de l'ère digitale, reconnaît Gary Small. Il faut une heure au moins pour mémoriser de façon pérenne. Ce processus crée des réactions chimiques complexes, développe des synapses et du raisonnement construit. Mais étudier nous rebute chaque jour plus. Nous considérons le Net comme une mémoire infaillible, plus performante. «Alors qu'elle n'a pas la patine, la sensibilité humaine», s'insurge l'essayiste Nicholas Carr. Le Net ne digère pas les événements. Il restitue une succession rapide de petites histoires, de pages Web, d'exposés tronçonnés. Sans les lier. Ce qui fait de l'Homo internetus, un être fondamentalement dispersé. La lecture est devenue fragmentée. «La plupart des gens, même lettrés, ont maintenant du mal à lire des documents longs», assure Nicholas Carr. Et sur l'écran, nos esprits sollicités par les fenêtres à ouvrir, les clics et les vidéos finissent par se brouiller. Plusieurs études démontrent que «plus il y a de liens, plus la dimension multimédia d'une page Web est grande, moins la compréhension d'un texte est bonne !», assure encore l'écrivain.

 

Génération «multitâche»

 

Depuis des années pourtant, les jeunes vivent avec tous leurs écrans allumés, tapotant des SMS, conversant par messagerie instantanée, regardant la télé, tout en révisant leurs cours ! Les parents ont souvent douté de ces méthodes, mais l'idée s'est peu à peu installée : cette nouvelle génération serait «multitâche» : capable non seulement d'étendre le linge en écoutant la radio, comme nous l'avons toujours fait, mais aussi de mener plusieurs conversations de front. De taper un ­e-mail tout en consultant un site ou en téléphonant, ce qui sollicite les mêmes zones du cerveau.

Dans les entreprises, la génération Y, née dans le Web, impressionne par sa capacité à jongler avec les sollicitations. Le multitâche est devenu à la mode, valorisé comme l'incarnation de l'effica­cité, tel un joueur de squash qui renverrait toutes les balles. Seulement, patatras ! Jusqu'à plus amples recherches, les scientifiques ont pour l'instant constaté que seuls 2,5 % des sujets étaient réellement multitâches. Les autres restent absolument monotâches à en croire une étude conduite à l'université de l'Utah par le docteur J. Watson. Pis encore. Une étude de l'université de Stanford montre au contraire que ceux qui semblent mener de front mille activités ont «la plus faible capacité d'attention» de tous. Ils seraient menacés par l'épuisement mental, le fameux burnout ! Car « le cerveau n'arrive plus à traiter efficacement au-delà de deux tâches, assurent à leur tour des chercheurs de l'Inserm. Les sujets doivent alors abandonner une des trois tâches pour se concentrer sur les deux autres.» À partir de trois tâches, le nombre d'erreurs devient exponentiel !

À long terme, il est possible que l'homme évolue avec son nouvel environnement. Mais il semble que l'attention n'est pas illimitée.

En attendant, l'Homo internetus déploie une énergie fantastique pour récupérer le fil de sa pensée. «Je suis sans cesse interrompu», se plaint Adrien, cadre à la mairie de Paris. «Je reçois des centaines d'e-mails par jour, qui semblent tous appeler des réponses urgentes. Quand, autrefois, je recevais une dizaine de courriers.» Avec en moyenne huit fenêtres ouvertes sur son écran d'ordinateur, l'homme moderne américain passe de l'une à l'autre toutes les vingt-cinq secondes, jonglant avec les sujets. Comme étourdi. Il passerait presque un tiers de sa journée à se re-concentrer. Des phénomènes d'addiction aux SMS et aux courriels viennent se greffer, troublant plus encore l'attention. «Les gens qui vérifient constamment leurs e-mails ont été diagnostiqués comme moins attentifs que ceux qui ont fumé de la marijuana» écrit David Meyer, professeur de psychologie à l'université du Michigan. Des entreprises, notamment au Japon, commencent à interdire le portable, à organiser des journées sans e-mail et voient, semble-t-il, la productivité remonter. Pour le professeur Clifford Nass, du département de psychologie de Stanford, «les multitâcheurs se nourrissent d'informations non pertinentes. N'importe quelle annonce les distrait.» D'autant plus facilement qu'ils peinent à se concentrer et se jettent sur toutes les sollicitations, comme une échappatoire…


Les neurones des seniors régénérés  

 

Le cerveau 2.0 serait-il entré en fusion ? «Nous le jugeons par rapport à nos modèles anciens, où le livre et l'étude solitaire étaient valorisés», tempère Daniel Kaplan, président de la Fondation Internet nouvelle génération (Fing), un think-tank français dédié à la vie numérique. « Le livre n'est peut-être plus la forme la plus aboutie de transmission du savoir (cf. infra BOOK). Désormais, on sait produire avec les autres ; on partage beaucoup plus d'informations. On développe l'art de la conversation», comme au temps de Socrate. Les enfants américains élevés au numérique se sont montrés moins performants académiquement mais «ont les talents nécessaires dans une économie moderne», font valoir les entrepreneurs de la Silicon Valley cités par le NYT. Les sociologues soulignent aussi combien «Internet a démocratisé l'accès aux connaissances». Pour la première fois, chacun peut circuler dans le savoir à vive allure, presque «indépendamment de son niveau social, du lieu où il habite», selon Paul Saffo, spécialiste de la prospective. Et cette révolution du savoir diffuse ses effets partout dans le monde. De la Chine au monde arabe.

Enfin, une population semble tirer la quintessence du Net : les seniors. Les scientifiques de l'université de Californie ont en effet mesuré une importante amélioration des capacités cérébrales, en moins d'une semaine, chez les personnes âgées qui se mettaient à Internet. Apparemment, les recherches sur la Toile régénèrent les neurones. Une véritable cure de jouvence. Les décisions sont plus fluides, les raisonnements plus complexes. Les seniors sont devenus les nouveaux sages du Net !

Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...