21 novembre 2012

Le futur des dindons (les conséquences de la "Refondation")

Mowgli sur le forum Neoprofs s'amuse à esquisser un aperçu de l'avenir de l'Education nationale :

La réforme envisagée par Peillon est "un petit investissement qui peut rapporter gros à l'Etat...

Acte 1 : on investit une petite somme (petite par rapport aux gains attendus) pour faire passer une réforme qui permet de faire un premier pas vers la territorialisation des PE par l'intermédiaire des PEL (Plans Educatifs Locaux) . En apparence, ça ne mange pas de pain. Dans ce cadre, les enseignants, encore sous statut de fonctionnaire d'Etat, commencent à faire juste un petit peu de périscolaire (la 24ème heure) sous la tutelle des collectivités territoriales.

Acte 2 : par simple décret, on augmente légèrement la part du périscolaire dans le service de ces enseignants. En apparence, ça ne mange pas encore trop de pain.

Acte 3 : toujours par simple décret, on augmente encore la part du périscolaire et on rédéfinit la mission des PE, qui sont dès lors chargés, à côté de quelques heures d'enseignement, de coordonner les équipes d'intervenants municipaux et associatifs, de plus en plus nombreux.

Acte 4 : un nouveau statut pour les PE, dont le temps d'enseignement est désormais déconnecté de celui des élèves, et dont la principale mission est à présent d'assumer le rôle de contremaître des intervenants municipaux et associatifs. A ce stade-là, il n'y a plus besoin que de quelques PE dans les écoles, la majorité des adultes étant des intervenants.

Acte 5 : le nombre de fonctionnaires d'Etat a fortement diminué, le retour sur investissement s'avère excellent et Bercy ainsi que Bruxelles sont satisfaits !

C'est le projet qu'avait élaboré Allègre pour Jospin dans la Charte pour l'Ecole du XXIème siècle. Les ministres suivants ont continué à faire avancer le dossier et Peillon s'apprête à le finaliser. Very Happy


Micaschiste : et l'Etat continuera à se plaindre que les collectivités territoriales ont trop augmenter leur masse salariale. Cela a déjà été le cas avec les transfert de compétences pour les routes par exemple.

Etape 1 : L'état a laissé se dégrader un tas de routes nationales, anticipant le fait qu'ils allait les transmettre aux territoires locaux. L'état a donc fait de premières économies.

Etape 2 : transfert des compétences pour les routes dégradées qui passent de nationales à départementales avec subvention à la hauteur de ce qu'elles étaient avant le transfert (mais montant ne permettant pas l'entretien, puisque que ces routes étaient à peine entretenues)

Etape 3 : Les départements ont des tas de routes pourries à gérer sans les moyens donc augmentation des impôts locaux...."

---------------------------------------------------------------------------------------------------------
source : http://www.neoprofs.org/t54029p660-reforme-des-rythmes-scolaires-les-pe-seront-les-dindons-de-la-farce#1723923


Voir aussi ...
Réforme des rythmes scolaires : les PE seront les dindons de la farce



Annexe :


A propos du licenciement des fonctionnaires
Un texte de 1980, l'autre de 1998

Tendance historique des réformes de la Fonction Publique :


Caporalisation et management renforcés :
licenciement des auxiliaires,  emploi massif de contractuels,
auxiliarisation des titulaires

Au moment où l'on parle dans les médias de  la possibilité de licenciement des fonctionnaires en l'envisageant à court terme, par le petit bout de la lorgnette et en se perdant dans les détails, il  il importe au contraire de donner les grands axes et orientations des réformes depuis la fin des années 70, grands axes qui seuls permettent, justement, de comprendre les détails. Ceci est d'autant plus important que la stratégie adoptée par le pouvoir depuis les années 75, stratégie conseillée par de nombreux sociologues et conseillers en communication, consiste justement en une stratégie de l'araignée incompréhensible pour qui n'a pas de recul.

En résumé,  sur un fond global de 30 ans de précarisation de la majorité des titulaires et des non-titulaires, pour contrer les rigidités du statut de fonctionnaire, rigidité dont le comble était qu'elle interdisait de licencier, les réformes peuvent être comprises globalement comme un double processus diminuant tendanciellement les rigidités que sont essentiellement le manque de mobilité fonctionnelle et géographique du fonctionnaire
-  aggravation du sort des non-titulaires : remplacement des auxiliaires par des contractuels
- dualisation de la situation des titulaires : auxiliarisation de la majorité des titulaires /  renforcement des garanties et du pouvoir de la hiérarchie 

Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...