18 novembre 2011

Méthode de lecture de Pascal



Première Partie : Où il est parlé des lettres et des caractères de l’écriture

CHAPITRE VI. - D’une nouvelle manière pour apprendre à lire facilement en toutes sortes de langues.

Cette méthode regarde principalement ceux qui ne savent pas encore lire.

Il est certain que ce n’est pas une grande peine à ceux qui commencent, que de connaître simplement les lettres ; mais que la plus grande est de les assembler.

Or, ce qui rend maintenant cela plus difficile, est que chaque lettre ayant son nom, on la prononce seule autrement qu’en l’assemblant avec d’autres. Par exemple, si l’on fait assembler fry, à un enfant, on lui fait prononcer ef, er, y grec ; ce qui le brouille infailliblement, lorsqu’il veut ensuite joindre ces trois sons ensemble, pour en faire le son de la syllabe fry.

Il semble donc que la voie la plus naturelle, comme quelques gens d’esprit l’ont déjà remarqué, serait que ceux qui montrent à lire, n’apprissent d’abord aux enfants à connaître leurs lettres, que par le nom de leur prononciation ; et qu’ainsi pour apprendre à lire en latin, par exemple, on ne donnât que le même nom d’e à l’e simple, l’æ et l’œ, parce qu’on les prononce d’une même façon ; et de même à l’i et à l’y ; et encore à l’o et à l’au, selon qu’on les prononce aujourd’hui en France; car les Italiens font l’au diphtongue.

Qu’on ne leur nommât aussi les consonnes que par leur son naturel, en y ajoutant seulement l’e muet, qui est nécessaire pour les prononcer : par exemple, qu’on donnât pour nom à b, ce qu’on prononce dans la dernière syllabe de tombe ; à d celui de la dernière syllabe de ronde ; et ainsi des autres qui n’ont qu’un seul son.

Que pour celles qui en ont plusieurs, comme c, g, t, s, on les appelât par le son le plus naturel et plus ordinaire, qui est au c le son de que, et au g le son de gue, au t le son de la dernière syllabe de forte, et à l’s celui de la dernière syllabe de bourse.

Et ensuite on leur apprendrait à prononcer à part, et sans épeler, les syllabes ce, ci, ge, gi, tia, tie, tii. Et on leur ferait entendre que l’s, entre deux voyelles, se prononce comme un z, miseria, misère, comme s’il y avait mizeria, mizère, etc.

Voilà les plus générales observations de cette nouvelle méthode d’apprendre à lire, qui serait certainement très utile aux enfants. Mais pour la mettre dans toute sa perfection, il en faudrait faire un petit traité à part, où l’on pourrait faire les remarques nécessaires pour l’accommoder à toutes les langues.

FIN DU CHAPITRE VI
-----------------------------------------------
-----------------------------------------------
* Voir aussi l’article « Pascal » du Dictionnaire Buisson 1911 : http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3336
 
** Voir aussi, dans le même ouvrage,  l’article « Port-Royal (petites écoles de) » : (extrait) « pour partir de l'a b c, on avait été frappé à Port-Royal du temps que les enfants mettaient à apprendre à lire et de la peine que leur donnaient ces premiers commencements. Pascal crut en trouver la principale cause dans ce fait, que la méthode suivie d'ordinaire n'était rien moins que rationnelle, et il inventa la méthode qui porte son nom. Sa sœur Jacqueline, qui, sous le nom de sœur Sainte-Euphémie, s’était faite religieuse à Port-Royal des Champs et y enseignait à lire, en fit l'essai : Voir l'article Pascal. Plus tard Arnauld en donna une exposition méthodique dans le sixième chapitre de la Grammaire générale. (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6117192g/f281.image.r=Arnauld+grammaire+g%C3%A9n%C3%A9rale.langEN)

      L'usage était d'apprendre à lire dans des livres latins, et voici la singulière raison qu'en donnait encore, en 1686, Fleury, dans son Traité des études : « On fait lire d'abord en latin, parce que nous le prononçons plus comme il est écrit que le français ». Il est vrai qu'il n'approuve qu'à demi cet usage, et qu'il ajoute : « Mais je crois que le plaisir qu'aurait un enfant d'entendre ce qu'il lirait et de voir l'utilité de son travail l'avancerait bien autant ; c'est pourquoi je voudrais lui donner bientôt quelque livre français qu'il pût entendre ». On pense bien qu'ici encore Port-Royal va rompre avec la coutume ; il préférera, pour l'enseignement de la lecture, les livres français aux livres latins ; car, « comme les enfants entendent leur langue naturelle, ils comprendront avec bien moins de peine ce qu'ils liront en cette langue qu'en une autre dont ils n'ont encore aucune idée ». 

      Sans attacher une importance exagérée à la beauté de l'écriture, — « car il ne faut faire état des choses qu'autant qu'elles peuvent servir à leur fin, et l'écriture n'ayant d'autre fin que la lecture ne doit être estimée qu'autant qu'elle rend la lecture facile», — on ne la négligeait pas pourtant. […]"

source de l'image : http://elisabeth.kennel.perso.neuf.fr/pascal.jpg
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...