30 novembre 2011

Méthode Décatoire : Apprendre à lire pour les 5-7 ans

Méthode de lecture Cours Préparatoire : 
Je saurai lire vite et bien
Commentaire Amazon :Par netowines
5.0 étoiles sur 5 Un livre parfait pour apprendre a lire simplement et efficacement, 12 septembre 2011
Cette méthode de lecture a le mérite d'apprendre a lire simplement, efficacement et rapidement. Je l'ai connue par une institutrice de cours privée. Ses élèves sautaient tous le CP car il savaient déjà lire et compter en sortant de GS. La plupart des enfants qui ont suivi ce cours ont fait des études brillantes, les bases étaient bonnes. Il me semble qu'il n'est pas stupide de faire confiance à une méthode qui marche et a fait ses preuves plutôt que de laisser mes enfants être les cobayes de l'Education Nationale.

Acheter sur Amazon et consulter les autres commentaires clients 

-----------------------------------------------------------------------------------------------
Commentaires sur Neoprofs (sujet :

Alphabétique, syllabique, globale, mixte... : le classement des manuels de lecture pour apprendre à lire aux enfants





Al a écrit:Mon petit frère a officiellement appris à lire avec Gafi. Il trouvait à l'époque les histoires de Gafi idiotes.
Officieusement il a appris à lire avec une méthode dont je ne me rappelle plus le nom: c'était un livre à couverture rose, avec des dessins typés années 50 je dirais, utilisant une méthode syllabique... Cela vous dit quelque chose?
Mowgli a écrit: Rémi et Colette ?
Al a écrit:Non, ce n'est pas ça... La couverture était entièrement rose, les dessins ressemblaient à ceux de la méthode Boscher. Je ne crois pas qu'il y avait des personnages récurrents.
On commençait par les voyelles, je me rappelle une image avec les 7 nains (pas ceux de Disney).
Sapotille a écrit:C'était ça que j'ai vu dans une famille amie : 7 enfants et tous apprennent à lire à la maison avant d'entrer au CP avec la maman qui était autrefois cheftaine de Jeannette !!!
http://www.amazon.fr/Je-saurai-lire-vite-bien/dp/221801159X

------------------------------------------------------------------------------------ 

AVANT-PROPOS

J’ai toujours pensé et je suppose que tous les maîtres qui ont la charge d’une petite classe pensent comme moi qu’un enfant qui vient pour la première fois à l’école, tout désemparé, le cœur gros d’avoir quitté les siens, ne devrait pas être mis d’emblée devant les difficultés de la lecture. Il faut l’apprivoiser, lui donner confiance, lui faire aimer l’école, mais hélas l’année scolaire est courte et il ne s’agit pas de perdre des heures précieuses. Il faut donc amuser l’enfant, tout en lui apprenant à lire. Voilà pourquoi cette méthode débute par un conte inspiré de Blanche-Neige, de Grimm, mais expurgé de tout ce qui en fait par moments une histoire granguignolesque (sorcière, poison). C’est en vivant ce conte que les enfants feront leurs premiers pas en lecture sans s’en douter le moins du monde. Pour eux, ils n’auront pas appris a-e-i-o-u-é en tant qu’éléments de lecture mais simplement en tant que sons traduisant les sentiments ou attitudes des nains de Blanche-Neige ou de leurs animaux familiers.

Durant cet apprentissage facile et joyeux, l’enfant aura le temps de se familiariser avec son école, il sera confiant et pourra aborder alors les réelles difficultés de la lecture.

De la méthode traditionnelle j’ai voulu conserver les avantages incontestables d’une progression rigoureuse, permettant de graduer les efforts de l’enfant et d’acquérir une base extrêmement sérieuse de l’orthographe.

J’ai cependant voulu rénover cette méthode en lui donnant un départ nouveau, inédit, en apprenant les voyelles et certaines consonnes, « isolées ».

Pourquoi l’ai-je fait ? Pour deux raisons :

1° Parce que j’ai constaté moi-même qu’extraire une voyelle d’un mot était déjà pour l’enfant un travail ardu. Pour lui le graphisme du mot entier est lié à l’image qu’on lui soumet. C’est donc ce premier obstacle sur lequel l’enfant bute que j’ai voulu à tout prix supprimer.
En lui proposant les voyelles et consonnes « isolées » apprises sous forme d’onomatopées, je crois avoir réussi.

2° Parce que prendre à la méthode traditionnelle ce qu’elle a de meilleur ne suffit pas, il faut essayer de lui apporter ce qui lui manque presque toujours, c’est-à-dire l’unité d’un thème attrayant au départ, allié à la gaieté d’une illustration abondante et esthétique afin d’en faire une méthode à la fois efficiente par la sûreté de ses procédés et moderne par sa nouvelle conception au départ.
Je pense que ce livre sera un précieux auxiliaire pour le maître chargé d’une classe nombreuse ou unique, grâce aux jeux de lecture abondants et inédits facilement contrôlables, aux nombreuses pages de révision ainsi qu’aux dessins faciles à reproduire et aux copies journalières.

DIRECTIVES PÉDAGOGIQUES

Le conte de Blanche-Neige adapté à la méthode et sur lequel le maître se basera pour l’apprentissage des voyelles est imprimé au début du livre. Le maître le lira et le commentera fragment par fragment.

I – Etude des voyelles et des consonnes


I° Acquisition des voyelles.

Que fait la pauvre Blanche-Neige abandonnée ? Elle pleure : i - i.
Que dit-elle lorsqu’elle aperçoit la jolie chaumière ? Elle dit : o la jolie... (faire remarquer le o formé par les lèvres).
Que dit le petit nain dans la mine pour se donner du courage (faire le geste) ? Il dit : e e.
Que chantent les nains en sortant de la mine (insister sur le é) ? Ils chantent : éo - éo.
Que dit Blanche-Neige aux petits nains malpropres (geste de la main) ? Elle dit : a a a.
Que disent les nains poursuivant la sorcière ? Ils disent : u u - u.

2° Acquisition des consonnes clés.

Thème : occupations journalières des nains.
p – t – r – s – n – m – c – f. Cette acquisition n’est autre que la retenue d’onomatopées traduisant un geste ou un son ou un cri d’animal.
CONSEIL. — Pour le p et le t faire le geste de jouer du tambour et de la trompette.
Cette étude des voyelles et des consonnes clés, amusante et tout à fait à la portée des enfants, même les moins doués, leur fait acquérir sans effort les éléments qui leur permettront de former les sons par assemblages.

II – Premiers assemblages


Cette étude doit être entièrement dirigée et contrôlée par le maître. Elle se fera en trois étapes distinctes :

1° Acquisition auditive.

Le maître habitue petit à petit l’enfant à associer deux lettres apprises séparément. Exemple : r – a.
Le maître montre les deux lettres écartées, ensuite il les rapproche et habitue l’enfant à les prononcer l’une à la suite de l’autre très vite mais dans aucun cas il ne doit faire dire : r - a - ra. L’enfant doit dire ra directement.
On peut employer le système des grandes lettres mobiles. Les voyelles venant se poser à côté d’une consonne ou une consonne se posant devant toutes les voyelles.
Ensuite le maître dira par exemple : fo et l’enfant devra trouver quelles lettres forment cet assemblage et dans l’ordre.

2° Acquisition visuelle.

L’enfant devra reconnaître n’importe quel assemblage écrit au tableau. Il le formera lui-même à l’aide de petites lettres mobiles.

3° Acquisition écrite.

Cette acquisition n’est que le contrôle des deux autres et un entraînement à l’orthographe.
Pour la seconde série d’assemblages prévue dans la méthode, employer le même processus.

III – Les mots


Après cette étude assez ardue mais absolument indispensable des assemblages, l’enfant arrive au domaine des « mots ». Ravi, il s’aperçoit que tous les enfants des pages 19 et 20 ont un nom et que ce nom il peut le lire et l’écrire.
Pour cette lecture, deux procédés s’offriront au maître selon son tempérament. Il pourra lire le mot globalement et en reconnaître les éléments ou bien partir des éléments pour composer le mot.

IV - Etude des consonnes complémentaires et des sons


L’enfant est familiarisé avec les sons appris ; il pourra facilement dans un mot proposé découvrir le son nouveau et en extraire la nouvelle lettre.

Jeux de lecture.


A partir de la page 34 les jeux de lecture sont changés.
Ces jeux se prêtent à plusieurs interprétations graduées par difficultés.
1° Lecture collective et reconnaissance du dessin correspondant.
2° Lecture individuelle [par numéro si le maître dispose de peu de temps; l’un lira le n° 7 (noir) l’autre le n° 5 (rouge)].
3° Chaque enfant aura une série d’étiquettes noires et rouges de (1 à 7).
Il prend par exemple l’étiquette 6 (noire) ; il recherche ce 6 noir dans les numéros; lorsqu’il l’a trouvé il lit la phrase correspondante et place le numéro sur le dessin qui convient.
Ce jeu force l’enfant à lire lui-même, à comprendre ce qu’il lit, ce qui lui permet de jouer le jeu. Il occupera efficacement les petits du cours préparatoire pendant que le maître sera occupé avec les autres.
4° Initiation à l’orthographe. En cachant la partie écrite l’enfant devra écrire lui-même le nom de l’objet dessiné.
La méthode se terminera par la lecture du conte initial qui sanctionnera ainsi pour l’enfant l’effort accompli durant toute l’année scolaire.

Conte de Blanche-Neige

Il y avait une fois une jolie petite fille nommée Blanche-Neige qui vivait avec son papa et sa maman dans un très beau château au milieu des grands bois. Elle était très jolie cette petite fille et surtout très bonne ; grands seigneurs, valets, servantes tous l’aimaient cette mignonne enfant.

Mais vint l’hiver et le froid, la forêt se couvrit de neige, le vent souffla dans les grands couloirs du château et un jour la maman de Blanche- Neige prit froid ; elle toussa très fort, eut de la fièvre ; elle se coucha dans son grand lit et on eut beau la soigner, lui donner des tisanes, elle mourut. La pauvre petite Blanche-Neige n’avait plus de maman.

Alors le papa s’ennuya très fort tout seul dans son Château et un beau jour il y ramena une nouvelle femme. Elle aurait dû comme tout le monde aimer Blanche-Neige si mignonne et si jolie, mais hélas ! c’était une très méchante femme, jalouse ; elle se mit à détester la pauvre petite fille et un jour elle dit à un de ses valets : « Je ne veux plus la voir, je ne veux plus la voir. emmène-la très loin dans la forêt, là où il n’y a ni chemin, ni sentier, abandonne-la et reviens seul ou gare à toi. »

Et c’est ainsi qu’un beau matin de printemps Blanche-Neige partit à cheval avec le valet, persuadée qu’elle allait faire une belle promenade en forêt. Ils allèrent ainsi loin, très loin ; il faisait beau, le ciel était bleu, le soleil brillait, les arbres avaient tous revêtu leur parure de printemps, les oiseaux gazouillaient en bâtissant leurs nids. Vers le soir, Blanche-Neige s’éloigna un peu pour cueillir les jolies clochettes du muguet, le valet en profita et tout doucement rejoignit le cheval attaché a un arbre et galopa très vite vers le château. Quand Blanche-.Neige se vit seule, elle eut très peur; elle appela le valet mais en vain, personne ne répondit ; elle essaya de trouver son chemin mais la forêt était tellement grande ! Alors la pauvre petite se coucha à terre sur la mousse et se mit a pleurer : i - i - i, comme tous les petits enfants.

La forêt paraissait silencieuse et inhabitée : cependant que de paires d’yeux regardaient la mignonne enfant. C’était Vif-Argent l’Ecureuil là-haut sur son arbre. C’était Jeannot Lapin sortant de son terrier, c’était la douce biche et son faon et les souris des champs et tous les oisillons.
                - Qu’as-tu ? demanda l’écureuil curieux.
                - Tu es perdue ? dit le lapin.
                - Dis-nous pourquoi tu pleures ? dit la douce biche.

Alors Blanche- Neige se releva, essuya ses yeux, sourit, raconta à ses nouveaux amis sa triste aventure et leur dit combien elle serait heureuse de rester avec eux.

Mais où pourrait-elle habiter ? Pas dans le terrier du lapin, ni dans le nid de l’écureuil, ni sous les broussailles avec la biche ! C’est alors qu’un joyeux petit moineau vint chantonner à l’oreille de la biche et celle-ci toute joyeuse dit à Blanche-Neige « Suis-moi et je vais te conduire dans un endroit où tu seras très bien. »

Joyeusement Blanche-Neige suivit la biche, escortée des petits lapins, des écureuils curieux et de tous les oisillons de la forêt et elle arriva dans une jolie clairière. Et dans cette clairière que vit-elle ? Une adorable petite maison, si jolie, si jolie, que Blanche-Neige dit en la voyant : « Ô la jolie maison ! »
    - C’est la maison des sept nains, dit la biche, tu peux entrer, ils sont très gentils et seront heureux de te garder avec eux.

Blanche-Neige entra dans la toute petite maison ; il n’y avait personne, mais elle vit qu’en effet elle serait bien utile aux sept petits nains car leur ménage n’était pas bien tenu du tout : la vaisselle n’était pas faite, le plancher pas balayé, les chaussettes trouées !
                  - Allons, allons, dit-elle à ses amis les bêtes, mettons-nous vite à l’ouvrage, nous n’avons pas de temps à perdre si nous voulons nettoyer la maison avant l’arrivée des sept petits nains.

Mais où étaient-ils donc ces sept petits nains?
Eh bien ! ils travaillaient non loin de là, sous la terre, dans une mine qui contenait des pierres précieuses. Ils avaient chacun un pic et chaque fois qu’ils cognaient la terre pour détacher les blocs ils disaient : e - e pour se donner du courage.

La journée finie, les sept petits nains se réunissaient et le pic sur l’épaule, les uns derrière les autres, ils rejoignaient leur maisonnette en chantant : « é - o, é - o. nous sommes les joyeux nains, les petits nains de la forêt, é - o, é - o. »

Ce soir-là ils arrivèrent comme d’habitude à la maisonnette ; ils virent de la fumée sortir de la cheminée, la porte ouverte laissait passer une bonne odeur de soupe aux pois et une joyeuse chanson semblait venir de chez eux !

Tout craintifs ils n’osaient approcher lorsqu’ils virent sortir une adorable petite fille qui leur souriait en leur disant : « Venez vite, chers petits nains, la soupe est servie ! »

En effet, dans la maison bien nettoyée et fleurie ils virent leurs sept assiettes bien remplies et un beau gâteau sur le milieu de la table. Ils regardèrent Blanche-Neige n’osant en croire leurs yeux, mais celle-ci leur demanda gentiment si cela leur plaisait de la garder toujours avec eux.

Vous devinez avec quelle joie les petits nains répondirent oui et à partir de ce jour ce fut la joie dans la petite maison de la forêt.

Ils étaient très gentils ces petits nains, mais ils avaient un défaut, un gros défaut : ils n’aimaient pas l’eau ni le savon et Blanche-Neige, voyant les petites mains sales, grondait très fort « a - a - a, vilains petits malpropres, allez vous laver sans cela pas de gâteau. » Au bout d’un certain temps tous les petits nains avaient pris l’habitude de se laver les mains comme il faut et tout le monde était heureux.

Mais un jour que Blanche-Neige, restée seule à la maison, préparait en chantant une belle tarte aux pommes, vint à passer une très vieille femme laide, édentée et noire comme un corbeau mais qui paraissait fatiguée. N’écoutant que son bon cœur, Blanche-Neige l’invita à entrer dans la maison se reposer un peu. La vieille regarda longuement Blanche-Neige et tout à coup lui dit en ricanant : « Mais je te reconnais ma belle, tu es Blanche-Neige : tout le monde te croit morte et tu es là! ah! ah! ah! quand ta belle-mère connaîtra ta retraite elle saura bien te retrouver.
                - Oh! madame, supplia Blanche-Neige, ne dites à personne que je suis ici, je suis si heureuse ! »

Alors la vieille ricana de plus belle et dit : « Crois-tu que je vais perdre une si belle occasion ; lorsque je vais dire à ta belle-mère que tu n’es pas morte et que je sais où tu es elle me donnera de l’or ? beaucoup d’or pour que je lui indique l’endroit : ah! ah! ah! au revoir la belle. »

Et la vieille reprit son bâton et partit. La pauvre Blanche-Neige se mit à pleurer très fort, mais le gentil moineau qui ne quittait pas la maison avait tout vu et entendu. Il partit à tire d’aile prévenir les sept nains et tout le long du trajet il appela les biches, les cerfs, les chevreuils. Aussi, dès que les nains apprirent la nouvelle, ils n’eurent plus qu’à monter sur le dos des bonnes bêtes de la forêt et pour les encourager à aller plus vite, ils criaient « u - u, droit sur la sorcière, u - u ».

Tout à coup ils l’aperçurent qui longeait le précipice : « la voilà, la voilà, u - u sur la sorcière ». En les apercevant elle eut très peur, voulut courir, mais elle trébucha sur un caillou, perdit l’équilibre et tomba tout au fond du précipice.

Alors les sept petits nains revinrent à la maisonnette où Blanche-Neige continuait à pleurer. « Ne pleure plus petite Blanche-Neige, dirent-ils, la vilaine vieille n’ira pas dire que tu vis avec nous, elle est là-bas, tout au fond du précipice la méchante, la mauvaise créature. » Alors Blanche-Neige essuya ses yeux, prit les petits nains par la main et tous ensemble ils se mirent à danser la ronde la plus joyeuse que la forêt eût jamais vue.








































































Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2013)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...