20 juillet 2011

Al-Farabi, le Second Maître

Muhammad ibn Muhammad ibn Tarkhan ibn Uzalagh al-Farabi connu en Occident sous les noms de Alpharabius, Al-Farabi, Farabi, Abunaser ou Alfarabi est un philosophe musulman chiite persan médiéval1 . Né en 872 à Faryab en Khorasan2,3, aujourd'hui situé en Afghanistan, il meurt à Damas, en Syrie en 950. Il approfondit toutes les sciences et tous les arts de son temps, et est appelé le Second instituteur de l'intelligence.
Il étudie à Bagdad (Iraq). On lui doit un commentaire de La République de Platon, ainsi qu'un Sommaire des Lois de Platon.

Voir aussi : 

Vivre comme un poisson, par Al-Farabi

Pour commencer à étudier la philosophie médiévale, par Leo Strauss

Biographie

Loin d'être un obscur philosophe médiéval, Al-Farabi fut appelé le "Second Maître" par Averroès (Ibn Roschd) et Maïmonide, le "Premier Maître" n'étant autre qu'Aristote, qui, aux yeux d'Averroès, passe pour avoir établi définitivement la gloire de la philosophie. Al-Farabi est l'un des premiers à étudier, à commenter et à répandre parmi les musulmans la connaissance d'Aristote.

Fils d'une famille noble perse, dans laquelle le père aurait exercé un commandement militaire à la cour turque, vassale du califat abbasside arabe de Bagdad, Abu Nasr Al-Farabi part se former dans la capitale califale. À Bagdad (actuel Irak), il étudie la grammaire, la logique, la philosophie, les mathématiques, la musique et les sciences. Al-Farabi y suit les enseignements de Abu Bishr Matta ben Yunus et fréquente les philosophes chrétiens nestoriens héritiers de la translatio studiorum des Grecs vers le monde arabe, du fait de la fermeture des écoles philosophiques païennes d'Athènes par Justinien en 529. Cette fermeture marque la fin de l'Académie de Platon. Les textes grecs antiques seront cependant sans cesse recopiés et étudiés (seul procédé de conservation de l'époque) dans les centres monastiques de Grèce et à Constantinople. Toujours est-il que les philosophes grecs platoniciens se réfugient à Alexandrie, à Harran et à Antioche en Turquie, avant d'essaimer vers Bagdad. L'exode des philosophes grecs donne lieu à d'intenses traductions du grec en syriaque et du syriaque vers l'arabe. Al-Farabi va fréquenter certains de ces traducteurs, comme Yuhanna (Johannes) ben Haylan.

Son éloquence, ses talents dans la musique et la poésie lui concilièrent l'estime du sultan de Syrie, Seïf-ed-Daulah, qui voulut l'attacher à sa cour. Mais Al-Farabi s'en excusa et partit : il fut tué par des voleurs en route. Selon une autre version, il passa la plus grande partie de sa vie à la cour de Syrie, pensionné par le prince.
Il fut le maître à penser d'Avicenne (indirectement, celui-ci étant né en 980).
En 943, Al-Farabi s'installe à Alep, puis voyage en Égypte, pour revenir mourir à Damas en 950.

Œuvre et pensée

Al-Farabi est un philosophe (il travaille sur les textes de Platon et d'Aristote) qui vit dans un contexte troublé, celui du rapport entre l'islam et les successeurs politiques de Mahomet. Le califat central se morcelle en émirats et en États qui se veulent indépendants. Les détails de la science de la religion et du droit musulman (fiqh) structurent les détails et les discussions qui se développent au sein de la vie intellectuelle en pays d'islam. Cette vie n'est pas monolithique. Al-Farabi, qui est un esprit encyclopédique, s'intéresse particulièrement à la question du régime politique. Il publie un certain nombre de textes qui sont des commentaires, ou des synthèses personnelles sur la philosophie de Platon et d'Aristote : « L'Accord des Philosophes Platon et Aristote », une énumération des Dialogues de Platon, un ouvrage consacré aux Opinions des habitants de la Cité vertueuse et un Sommaire des Lois de Platon.

Bien que parlant d'Aristote (dont au demeurant les Arabes médiévaux semblent totalement ignorer l'ouvrage sur Les Politiques), Al-Farabi consacre tous ses efforts à la philosophie politique de Platon. Il commente La République et distingue deux types d'enseignement : l'enseignement de Socrate et l'enseignement de Thrasymaque (le personnage violent mis en scène dans La République). L'enseignement de Socrate est doux et s'adresse aux philosophes ; mais Socrate périt sous l'accusation d'impiété. L'enseignement de Thrasymaque est un enseignement capable de manipuler les opinions et les passions qui couvent dans la Cité. Il peut aussi bien exciter la Cité que la calmer. C'est dans ces qualités que l'on trouve la fibre du législateur.

Bibliographie

Œuvres d'Al-Farabi

Les originaux de plusieurs de ses ouvrages sont perdus, mais il en subsiste des versions hébraïques. Ses ouvrages majeurs sont :
  • une Encyclopédie, qui se trouve manuscrite à l'Escurial,
  • un Traité de musique,
  • les Opuscula varia, dans lesquels on trouve un Traité sur les sciences et un Traité sur l'entendement où il développe la doctrine d'Aristote sur ce point.
  • En latin : Corpus platonicum medii aevi. Plato latinus, édi. par R. Klibanski, 1950 : De Platonis Philosophia d'âl-Fârâbî et Traité sur les 'Lois' de Platon, d'al-Fârâbî.
  • De l'obtention du bonheur, première partie d'une trilogie Les deux philosophies, Allia, 2005, texte partiellement en ligne books.google.fr
  • La Philosophie de Platon, deuxième partie de la trilogie, la dernière, La Philosophie d'Aristote, n'est pas disponible en français; traduction anglaise partiellement en ligne books.google.fr
  • Épître sur l'intellect (Risâla fî-l-'aql), trad., L'Harmatan, 2003.
  • Traité des opinions des habitants de la cité idéale.

Études sur al-Fârâbî

  • Al-Fârâbî, Philosopher à Bagdad au Xe siècle, présentation et dossier par Ali Benmakhlouf, Traductions par Stéphane Diebler, glossaire par Pauline Koetsch, bilingue arabe-français, Seuil, coll. "Essais/Points", 2007.
  • Philosophy and Exegesis in al-Fârâbî, Averroes, and Maimonides de Carlos Fraenkel, dans M. Achard et F. Renaud (éds.), Le commentaire philosophique (I), Laval théologique et philosophique, 64.1, 2008, p. 105-125.
  • Leo Strauss, Le Platon de Fârâbî, Traduit de l’anglais et annoté par Olivier Sedeyn, Paris, éd. Alia, 2007.
  • La Théorie de l'image chez Al-Farabi de Fredj Bergaoui, éd.Anrt, 1988, 788 pages.
  • Farabi et l'école d'Alexandrie, des prémisses de la connaissance à la philosophie politique de Philippe Vallat, Vrin, 2004, texte partiellement en ligne books.google.fr
  • (en) Al-Farabi and His School de Ian Richard Netton, Routledge, 1999, texte partiellement en ligne books.google.fr
  • (en) Alfarabi and the foundation of Islamic political philosophy de Muḥsin Mahdī, University of Chicago Press, 2001, texte partiellement en ligne books.google.fr
  • (en) Al-Fārābī and Aristotelian syllogistics, Greek theory and Islamic practice de Joep Lameer, éditeur Brill, 1994, ISBN 978-90-04-09884-8, ISBN 978-90-04-09884-8, texte partiellement en ligne books.google.fr
  • (en) The poetics of Alfarabi and Avicenna de Salim Kemal, éd.Brill, 1991, texte partiellement en ligne books.google.fr
  • (en) Al-Fārābi: founder of Islamic Neoplatonism, his life, works and influence de Majid Fakhry, éd. Oneworld, 2002.
  • (en) The Political Writings. Selected Aphorisms and Other Texts d' Alfarabi, traduit par Charles E. Butterworth, éd Cornell University Press, 2004, texte partiellement en ligne books.google.fr

Liens externes

  
Source de l'article : Wikipedia

Bibliographie provisoire


I Ouvrages d’Alfarabi


ENUMERATION DES SCIENCES

-          Chap. V « La science politique, la jurisprudence et la théologie dialectique », trad. ang. dans Muhsin Mahdi et Ralph Lerner, Medieval Political Philosophy : A Sourcebook, NY, 1963 et 1972 ; réimp. Cornell Paperbacks, Ithaca, NY, 1984.
-          G. Camerarius (William Chalmers), “De scientiis,” Opera omnia quae latina lingua conscripta reperiri potuerunt, Paris, 1638 ; Frankfürt, 1969 ; Frankfürt am Main, 1999, v. 7, 1-37.
-          Angel Gonzales Palencia, Catalogo de las ciencias (Madrid, 2nd ed. 1953), ed. tr.
-          Ilham Mansour, `Ihsâ’ el`ulûm, Énumération des sciences, Beyrouth, Centre de Développement National, 1991, ed. tr.

LOGIQUE


Introductions à la logique.

-          D.M. Dunlop, “Al-Farabi’s Introductory Risâlah on logic,” The Islamic Quarterly, 3 (1957), 224-235 ; Frankfürt am Main, 1999, v. 11, ed. tr.
-          D.M. Dunlop, “Al-Farabi’s introductory sections on logic,” The Islamic Quarterly, 2 (1955), 264-282 ;  Frankfürt am Main, 1999, v. 11), ed. tr.

Isagoge de Porphyre.

-          D.M. Dunlop, “Al-Farabi’s Eisagoge,” The Islamic Quarterly, 3 (1956), 117-138; (Frankfürt am Main, 1999, v. 11) ed. tr.

Catégories.

-          D.M. Dunlop, “Al-Farabi’s paraphrase of the categories of Aristotle,” Islamic Quarterly, 4 (1957), 168-197; 5 (1959), 21-54; (Frankfürt am Main, 1999, v. 11) ed. tr.

De Interpretatione.

-          Wilhelm Kutsch & Stanley Marrow (eds.), Al-Farabi’s Commentary on Aristotle’s Peri Hermeneias (De Interpretatione) (Beyrouth, Imprimerie Catholique,1961), ed.
-          F.W. Zimmermann, Al-Farabi’s commentary and short treatise on Aristotle’s De Interpretatione (Oxford, 1981), tr.


Premiers Analytiques.

-          Nicholas Rescher, Short commentary on Aristotle’s Prior analytics, U. of Pittsburgh , 1963, tr.

Seconds Analytiques.

-          Mubahat Turker, “L’opuscule d’Al-Farabi sur les conditions de la certitude,” Arastirma,Ankara, 1963, 173-228

Topiques.
-          Mallet D., La dialectique dans la philosophie d’Abu Nasr Alfarabi, Thèse de doctorat, J. Langhade dir., 1992, Bordeaux 3 BU Lettres Pessac.

Rhétorique.
-          J. Langhade & M Grignaschi, Al-Farabi: Deux ouvrages inédits sur la Rhéthorique, Beyrouth, Dar al-Mashriq, 1971.



-          D. Black, Logic and Aristotle’s Rhetoric and Poetics in Medieval Arabic Philosophy, Brill, 1990.
-          Galston M., « Al-Farabi et la logique aristotélicienne dans la philosophie islamique », dans Aristote aujourd’hui, Sinaceur-U.N.E.S.C.O., 1988.
-          Madkour, L’Organon d’Aristote dans le monde arabe, Vrin, 1932.

ASTRONOMIE ET ASTROLOGIE

-          Thérèse-Anne Druart, “Astronomie et astrologie selon Farabi,” Bulletin de Philosophie Médiévale, 20 (1978), 43-47.
-          Thérèse-Anne Druart, “Le second traité de Farabi sur la validité des affirmations basées sur la position des étoiles,” Bulletin de Philosophie Médiévale, 21 (1979), 47-51.

MUSIQUE

-          Henry George Farmer, Al-Farabi’s Arabic-Latin writings on music : the texts, edited with translations and commentaries (Glasgow, 1934, 1960) – partial.
-          H.G. Farmer, Al-Farabi’s Arabic-Latin writings on music in the Ihsâ al-`ulûm, Civic Press, Glasgow, 1934.

MEDECINE

-          M. Plessner, “Al-Fârâbî’s introduction to the study of medicine,” S.M. Stern &, Islamic philosophy and the classical tradition, essays presented to Richard Walzer, Oxford, Cassirer, 1972, 307-314.

DE L’INTELLECT

-          G. Camerarius (William Chalmers), “De intellectu et intellecto,” Opera omnia quae latina lingua conscripta reperiri potuerunt, Paris, 1638 ; Frankfürt, 1969 ; Frankfürt am Main, 1999, v. 7, 45-64, tr.
-          Luccetta F., Farabi, Epistola sull’intelletto, traduction, introduction et notes, Padoue, 1974.
-          Dyala Hamzah, L’Epître sur l’intellect, trad. fr., L’Harmattan, 2001.

METAPHYSIQUE

-          Druart T. A. Le Traité d’al-Farabi sur les buts de la métaphysique d’Aristote, " Bulletin de Philosophie médiévale " (XXIV), 1982

PHILOSOPHIE POLITIQUE


Résumé des Lois de Platon
-          Alfarabi, Résumé des Lois de Platon, introduction, livres 1 et 2 publiés dans Muhsin Mahdi et Ralph Lerner, Medieval Political Philosophy : A Sourcebook, NY, 1963 et 1972 ; réimp. Cornell Paperbacks, Ithaca, NY, 1984.
-          Druart, Th.-A., «Le Sommaire du livre des Lois de Platon (Djawâmî' Kitâb al-Nawâmîs li-Aflâtûn) par Abû Nasr al-Fârâbî», in Bulletin d'Études Orientales (Damas), L (1998), pp. 109-155.
-          Gabrieli F., Alfarabius compendium legum Platonis, ed. et latine vertit (London, 1952; Frankfürt am Main, 1999, v. 10)
-          Parens J., Metaphysics as Rhetoric. Alfarabi’s summary of Plato’s Laws, SUNY, 1995.

Aphorismes du politique
-          Dunlop, Al Farabi: The Fusul al-madani, Aphorisms of the statesman, Cambridge Oriental Publ., 5, 1961; Frankfürt am Main, 1999, v. 11.
-          Alfarabi, The Political Writings, “Selected Aphorisms” and Other Texts, ed. trad. Ch. E. Butterworth, Cornell University Press.

Philosophie de Platon et d’Aristote
Muhsin Mahdi, Philosophy of Plato and Aristotle, Cornell University Press, 2001.
1)       L’Obtention du bonheur
2)       La Philosophie de Platon
3)       La Philosophie d’Aristote
La Philosophie de Platon a été traduite en français dans la revue Philosophie d’octobre 2000 (n° 67) accompagnée du commentaire de Leo Strauss.

            Livre de la religion
-          Farabi, Deux traités philosophiques, tr. fr. D. Mallet, IFAO, Damas, 1989, 185 p.

Les Opinions des habitants de la cite vertueuse
-          R. P. Jaussen et al., Al-Farabi: Idées des habitants de la cité vertueuse, Le Caire: I.F.A.O., 1949, & Beirut, 1980, ed. tr.
-          Richard Walzer, Al-Farabi on the perfect state, Oxford, 1985, ed. tr.
-          Miguel Cruz Hernández, Abû Nasr al-Fârâbî: La ciudad ideal, Madrid, 1985, tr.
-          Tahani Sabri, Al-Fârâbî: Traité des opinions des habitants de la cité idéale, Paris, 1990, tr.
-          M Campanini, La città virtuosa, Milan, 1996, tr.

Le Régime politique
-          Trad. part. ang. de F. M. Najjar in Muhsin Mahdi et Ralph Lerner, Medieval Political Philosophy : A Sourcebook, NY, 1963 et 1972 ; réimp. Cornell Paperbacks, Ithaca, NY, 1984.

Harmonie entre les opinions de Platon et Aristote
-          Alfarabi, Harmonie entre les opinions des deux sages, le divin Platon et Aristote, éd. D. Mallet, Institut Français de Damas, Paris, 1999


II Ouvrages de Muhsin Mahdi

-    La Cité vertueuse d’Alfarabi, Albin Michel, 2000.
-    M. Mahdi et R. Lerner, Medieval Political Philosophy : A Sourcebook, NY, 1963 et 1972 ; réimp., Cornell Paperbacks, Ithaca, NY, 1984, sect. 1 et 2.
-    The Political Orientation of Islamic Philosophy, Occasional Papers Series, Center for Contemporary Arab Studies, Washington DC, 1982.
-     “Philosophy and Political Thought”, in Arabic Sciences and Philosophy 1, 1990, pp. 9-29.
-     “Al-Farabi and the Foundation of Islamic Philosophy”, in Islamic Philosophy and Mysticism, édité par Parviz Morewedge, Caravan Books, Delmar, NY, 1981, pp.3-21.
-     “Science, Philosophy and Religion in Alfarabi’s Enumeration of the Sciences”, in The Cultural Context of Medieval Learning, dirigé par J.E. Murdoch et E.E. Sylla, D. Reidel Publishing Company, Dordrecht, Hollande et Boston, Etats-Unis, 1975, pp. 113-47.
-     “Alfarabi on Political Philosophy and Religion”, conférence à L’IMA, Paris.
-    « Religion and the Cyclical View of History”, in Hommage à Jean Jolivet, Vrin, Paris, 1998.
-    « Alfarabi on Philosophy and Religion », in Philosophical Forum 4, 1 [1972], pp.5-25.
-     “Alfarabi on Aristotle’s Starting Point”, in Philosophies of Being and Mind : Ancient and Medieval, édité par James T.H. Martin, Caravan Books, Delmar, NY, 1992, pp.221-33.
-     “Remarks on Alfarabi’s Attainment of Happiness, in Essays on Islamic Philosophy and Science, dirigé par George F. Hourani, SUNY Press, Albany, NY, 1975, pp.47-66.
-     “Prophecy and Religion” in Alfarabi’s Political Philosophy.
-     “Al-Farabi against Philoponus,” Journal of Near Eastern Studies, 26 (1967), 233-260
-     “The Arabic text of Alfarabi’s Against John the Grammarian,” Medieval and Middle Eastern Studies, A.S. Atiya, 1972, 268-284.
-    “Remarks on al-Farabi’s Book of religion,” A. Hasnawi &, Perspectives arabes et médiévales sur la tradition scientifique et philosophique grecque (Leuven: Peeters, 1997), 583-608.
-    Al-Farabi et le point de départ d’Aristote, dans " Aristote aujourd’hui ", éd.Sinaceur, U.N.E.S.C.O., 1988.

III Ouvrages de Leo Strauss

-          « Pour commencer à étudier la philosophie médiévale », chap. 9, p. 292 de la Renaissance du rationalisme politique classique, Paris, Gallimard, 1993.
-          « L’enseignement exotérique », chapitre 5 de la Renaissance du rationalisme politique classique, paris, Gallimard, 1993.
-          “Farabi’s Plato”, in Louis Ginsbergh Jubilee Volume, American Academy for Jewish Research, NY, 1945, pp. 357-393. Trad. dans la revue Philosophie (n°67).
-          « Quelques remarques sur la science politique de Maïmonide et de Farabi ». Revue des études juives 100 (1936), 1-37 ; trad. dans Maïmonide, trad. R. Brague, Paris, PUF, 1988.
-          « On a New Interpretation of Plato’s Political Philosophy » Social Research 13 (1946), 326-367. Trad. dans La Persécution et l’art d’écrire, Presses Pocket, 1989.
-          La Philosophie et la Loi, trad. dans Maïmonide, trad. R. Brague, Paris, PUF, 1988.
-          La Persécution et l’art d’écrire, Presses Pocket, 1989.

IV Autres ouvrages

-          Dialogues de Platon.
-          Cours d’Aristote.
-          Maïmonide, Le Guide des Egarés, Huit chapitres, Traité de logique.


-          Galston M., Politics and Excellence: The Political Philosophie of Farabi, Princeton University Press, 1990.
-          Hammond R., The Philosophy of Alfarabi and Its Influence on Medieval Thought, Leiden, 1947.
-          Madkour I., La place d’Al-Farabi dans l’école philosophique musulmane, Paris, 1934.
-          Netton Ian Richard, Alfarabi and his school, London, NY, Routledge, 1992.
-          Ramon Guerrero, Rafael, Obras filosófico-políticas. Madrid: Debate-CSIC, 1992, ed. tr.
-          Roshdi Rashed & Jean Jolivet, Les oeuvres scientifiques et philosophiques d’al-Kindî, vol 2 (Brill, 1998), ed., tr.
-          Salman S., “The Medieval Latin Translations of Alfarabi's Works”, New Scholasticism 13 (1939) 545-621.
-          Tamer George, Islamische Philosophie und die Krise der Moderne : Das Verhältnis von Leo Strauss zu Alfarabi, Avicenne und Averroes, Leiden, Brill, 2001.
-          Tamer George, Islamic philosophy, theology and science, texts and studies, Cat Brill Spring 2001.
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...