26 juin 2017

Turquie



ISTANBUL : LE CENTRE CULTUREL ATATÜRK EN VOIE DE DÉMOLITION
Par LIBERATION avec AFP
— 26 juin 2017 à 11:32

La façade du centre culturel Atatürk, à Istanbul, le 13 juin.
Le président Erdogan veut détruire le bâtiment abandonné situé place Taksim pour en faire un opéra. Au mépris de la portée symbolique du lieu.

La façade du centre culturel Atatürk, à Istanbul, le 13 juin.
La façade du centre culturel Atatürk, à Istanbul, le 13 juin. Photo Ozan Kose. AFP  
A Istanbul, dominant l’emblématique place Taksim, une bâtisse aux vitres fracassées et à la façade tapissée d’affiches est appelée à disparaître pour laisser la place à un Opéra digne d’une ville de 18 millions d’habitants. «C’est fini, nous allons l’abattre pour doter Istanbul d’un nouveau bel édifice, a expliqué le président, Recep Tayyip Erdogan, le 12 juin, lors d’un repas de rupture de jeûne avec des artistes. Nous voulons que la ville d’Istanbul ait le centre culturel et artistique qu’elle mérite.» La phrase a suscité des réactions plutôt positives dans le monde des arts, mais a aussi entraîné une controverse, car l’édifice en voie de démolition n’est autre que le centre culturel Atatürk (AKM), nommé en l’honneur du fondateur de la Turquie moderne.

A LIRE AUSSI
Le jardin de Gezi, échappée belle de Taksim

Tout ce qui touche à l’héritage du père de la République turque déchaîne les passions en Turquie et l’AKM, bien qu’abandonné depuis des années, symbolise une tradition laïque et une conception occidentale de la culture associées à Atatürk, mort en 1937. Depuis son inauguration en 1969, l’AKM, mastodonte à la façade en verre, a connu une histoire mouvementée, voire maudite. Ravagée par un incendie en 1970, la salle de spectacle a été reconstruite et n’a rouvert qu’en 1978. L’AKM a ensuite été le clou de la vie culturelle stambouliote pendant trois décennies, avant d’être fermé en 2008 pour rénovation.

Mais les travaux n’ont jamais eu lieu et le bâtiment a été livré à l’usure, témoin immobile des tumultes de la scène politique turque. La place Taksim est souvent l’épicentre de leur expression populaire, comme ce fut le cas lors des protestations dites de Gezi en 2013 contre Erdogan, alors Premier ministre, ou les rassemblements de ses partisans en 2016 après un putsch manqué.

«Spectacles d’un niveau plus élevé»
La fermeture de l’AKM a eu un impact considérable sur la vie culturelle stambouliote, la plupart des compagnies d’opéra et des troupes de ballet se produisant depuis au Süreyya Operasi, magnifique bâtiment des années 20, mais trop exigu pour accueillir des spectacles de grande ampleur. «On attendait une salle de concert digne de ce nom et l’annonce faite par le président Erdogan nous réjouit», affirme Yesim Gurer Oymak, directrice du festival de musique d’Istanbul, organisé par la Fondation d’Istanbul pour la culture et les arts (IKSV). «De plus en plus d’orchestres internationaux et de grosses productions vont pouvoir venir à Istanbul et des troupes turques vont pouvoir présenter des spectacles d’un niveau plus élevé», ajoute-t-elle.

A LIRE AUSSI
Istanbul : la police fait usage de balles en caoutchouc pour disperser la Gay pride

Si le projet venait à se réaliser, il doperait l’attractivité de la place Taksim, en berne depuis les manifestations de 2013 et la série d’attentats qui ont frappé Istanbul l’année dernière.

L’AKM, à l’architecture parallélépipédique, symbolise pour de nombreux Turcs «l’ancienne Turquie», avant l’avènement en 2002 du Parti islamo-conservateur de la justice et du développement (AKP) d’Erdogan. Le quotidien progouvernemental Daily Sabah l’a ainsi décrit comme «une verrue à l’architecture terne» et un «sinistre souvenir» des années 60.

«Symbole de Taksim»
Mais pour d’autres, l’AKM est le symbole de la République moderne fondée par Atatürk – féru d’opéra – et doit être rénové au lieu d’être démoli. Sami Yilmaztürk, responsable de la branche stambouliote de l’ordre des architectes turcs, considère que la démolition prévue de l’AKM «s’inscrit dans le cadre d’un projet visant à stopper la modernisation et détruire la République».

Sur la place Taksim, à l’ombre de la coquille vide qu’est devenu le bâtiment, les avis sur le nouveau projet divergent. «Ce bâtiment est le symbole de Taksim. Ils vont défigurer le visage de Taksim, car je ne crois pas qu’on aura mieux avec le nouveau projet», dit Hacer, âgée d’une cinquantaine d’années. Gurer Oynak, rencontré au pied de l’édifice, imagine un possible compromis dans le débat : garder la façade et reconstruire entièrement les autres parties du bâtiment. «L’AKM a laissé une trace importante dans l’identité de cette ville. J’aimerais voir la façade préservée, car elle fait partie de notre mémoire», conclut-il.


LIBERATION avec AFP

Istanbul : la police fait usage de balles en caoutchouc pour disperser la Gay pride
Par LIBERATION, avec AFP — 25 juin 2017 à 18:14

Des policiers turcs bloquent une rue pour empêcher la tenue de la Marche des fiertés à Istanbul, le 25 juin.
Des policiers turcs bloquent une rue pour empêcher la tenue de la Marche des fiertés à Istanbul, le 25 juin. Photo : Bulent Kilic. AFP 

La police turque a fait usage de balles en caoutchouc dimanche pour empêcher une quarantaine de manifestants de tenir la parade annuelle de la «Gay Pride» sur la place Taksim au centre d’Istanbul, au lendemain d’une interdiction de ce rassemblement décidée par les autorités locales. Au moins quatre personnes ont été interpellées, alors que les policiers étaient plus nombreux que les participants.

Après des menaces de groupes conservateurs et d’extrême droite, les autorités avaient annoncé samedi interdire cette Marche des fiertés LGBTI pour préserver «l’ordre public» et la «sécurité des touristes». Les organisateurs avaient alors annoncé qu’ils maintiendraient l’événement et encore affiché dimanche leur détermination, assurant dans un communiqué : «nous n’avons pas peur, nous sommes là, nous ne changerons pas. Vous avez peur, vous changerez et vous vous y habituerez».

Avant la manifestation sur la célèbre place Taksim, d’importantes forces de police présentes dans le quartier avaient bouclé plusieurs accès, selon une journaliste de l’AFP.

La Marche des fiertés d’Istanbul avait rassemblé en 2014 des dizaines de milliers de personnes et constituait l’un des principaux événements LGBT au Moyen-Orient. Elle est interdite depuis 2015 lorsque, selon l’association des LGBTI, les autorités avaient mis en cause la coïncidence de l’événement avec le ramadan. En 2016, l’interdiction avait invoqué des raisons de sécurité alors que le pays était frappé par des attentats meurtriers liés aux jihadistes du groupe Etat islamique ou aux séparatistes kurdes.

Dans un cas comme dans l’autre, les manifestants avaient bravé ces interdictions et avaient été dispersés violemment par les forces de l’ordre. Cette semaine, onze militants ont été jugés à Istanbul pour avoir bravé l’interdiction de la Gay Pride de 2016, mais ils ont été acquittés. Les années précédentes, ces manifestations s’étaient déroulées sans incidents.

L’homosexualité n’est pas pénalement réprimée en Turquie, mais l’homophobie y reste largement répandue.



ccc

Cherchez la femme (Sou Abadi)

http://madame.lefigaro.fr/celebrites/interview-de-sou-abadi-la-realisatrice-de-cherchez-la-femme-comedie-sur-la-radicalisation-230617-132945

Cherchez la femme pourrait bien être le film le plus polémique de l'année. La réalisatrice Sou Abadi nous décrypte sa comédie politique, et défend ses motivations, bienveillantes.


En 2001, elle brossait le portrait d'une société en pleine mutation, entre crise économique, interdits et renouveau, dans son documentaire SOS à Téhéran. Seize ans et une dépression plus tard, la réalisatrice iranienne de 49 ans Sou Abadi revient avec un premier long-métrage de fiction, Cherchez la femme, en salles le 28 juin.L'histoire d'Armand et Leïla, couple d'étudiants à Sciences Po qui voit ses projets contrecarrés quand Mahmoud, le grand frère de Leïla, revient d'un séjour au Yémen en «apprenti islamiste» et sème la panique dans sa famille.

25 juin 2017

Monsieur le président, ne vous compromettez pas avec le CFCM ! - Ce n’est pas un allié fiable contre l’islam radical (22.06.2017)

Mardi dernier, Emmanuel Macron s’est rendu au siège du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) pour le dîner de rupture du jeûne du Ramadan. A cette occasion, il a dit beaucoup de vérités nécessaires, mais malheureusement pas aux bons interlocuteurs. Il a aussi, hélas, répété quelques absurdités. Pourtant, l’espoir est permis.
Reprenant une théorie trop répandue, le président a déclaré que les terroristes agissant sur notre sol avaient pour « objectif évident de créer entre les Français de toutes croyances et de confession musulmane une déchirure profonde » et « de donner de l’islam l’image d’une religion cautionnant le meurtre et la terreur ». Peut-être un responsable de la « task force » anti-terroriste pourrait-il faire à Emmanuel Macron un résumé de ce que l’on lit dans les revues islamistes InspireDabiq ou Dar-al-Islam ?

Emmanuel Macron n’est pas Justin Trudeau

Les tensions entre communautés ne sont pas le but que poursuivent les djihadistes, elles sont un scénario parmi d’autres devant conduire, selon eux, au triomphe de l’islam et à sa domination sur l’humanité entière. Un autre scénario est la soumission progressive aux exigences islamistes de ceux qui, justement, craignent ces tensions et espèrent les éviter en se pliant à des « accommodements raisonnables » de plus en plus nombreux et de moins en moins raisonnables.
En outre, les terroristes ne cherchent pas à donner de l’islam une autre image que celle qu’ils en ont. Et cette image ne vient pas de rien, elle s’appuie sur des textes et des versets du Coran qu’il faudra bien un jour accepter de critiquer – en gardant à l’esprit que depuis l’époque du prophète, l’islam a montré qu’il ne se résume évidemment pas à la sourate numéro 9.
Lire la suite : 


Terrorisme : osons l’anti-islamisme ! L’état d’urgence ne peut pas durer éternellement (23 juin 2017)


Comme prévu, Emmanuel Macron crée son Centre national du contre-terrorisme (CNCT) et a présenté un projet de loi visant à intégrer dans le droit ordinaire certaines dispositions de l’état d’urgence. On entend déjà les cris d’orfraie de ceux qui craignent plus l’État que les terroristes, et invoquent les « heures les plus sombres » à la seule idée que l’on puisse expulser un prédicateur appelant au meurtre des homosexuels.

L’état d’urgence ne peut pas durer éternellement

Quelques mises au point s’imposent.
Notre nouveau président a le mérite de faire des constats pertinents :
- la situation actuelle n’est pas satisfaisante. Il n’y a pas de risque zéro, mais il n’en demeure pas moins qu’un examen critique de ce qui n’a pas fonctionné est indispensable après tout attentat. Or, les gouvernements Hollande s’y sont toujours refusés. Une « task force » inter-services travaillant en circuit court avec le chef de l’État peut y aider.
- l’état d’urgence ne peut pas durer éternellement. « En même temps », les djihadistes ne sont pas prêts d’arrêter de nous frapper. Les outils les plus utiles de l’état d’urgence doivent donc être pérennisés d’une manière compatible avec le « rythme de croisière » d’un Etat de droit.
Le transfert à l’autorité administrative de certaines prérogatives de l’autorité judiciaire n’est un danger que pour ceux qui jouent à se faire peur. Le corps préfectoral est plus attentif au respect des droits des citoyens que les militants du Syndicat de la magistrature qui ont mis sur leur « mur des cons » le père d’une fille violée et assassinée par un récidiviste.

Lire la suite :
http://www.causeur.fr/loi-lutte-terrorisme-islamisme-45096.html/comment-page-3#comment-986588



"Murs des Cons": le père d'une victime de Guy Georges épinglé, une insulte aux victimes


35 réactions | 24325 lu
Temps de lecture Temps de lecture : 3 minutes

LE PLUS. Le "mur des cons", un défouloir honteux ? Parmi les photos des personnalités affichées dans les locaux du Syndicat de la magistrature figurait Jean-Pierre Escarfail, père d'une victime du tueur en série Guy George. Pour Marie-Ange Le Boulaire, victime du violeur en série Patrick Trémeau et auteur de "Le viol" (Flammarion, 2002), c'est tout simplement inacceptable.

Édité par Rozenn Le Carboulec 
Jean-Pierre Escarfail, président de l'APACS (Association pour la protection contre les agressions et les crimes sexuels), le 29/02/2008 (IBO/SIPA)
J-P. Escarfail, président de l'APACS (Association pour la protection contre les agressions et les crimes sexuels), le 29/02/2008 (IBO/SIPA)

À la découverte de la présence de Jean-Pierre Escarfail sur le "mur des cons", mon sang n’a fait qu’un tour ! Tout d’abord en pensant à Jean-Pierre qui a tant travaillé pour lutter contre la récidive mais aussi pour tous ceux et celles qui donnent de leur temps, de leur énergie bénévolement et qui ont fait de leur vie un combat pour aider les autres.

Même si Jean-Pierre a adopté une attitude "philosophique" afin de ne pas envenimer le débat politique, il n’en demeure pas moins que toutes les victimes et familles de victimes sont touchées, déconsidérées et humiliées.

Voilà pourquoi j’ai lancé une pétition de soutien à Jean-Pierre afin que nos combats soient respectés.

Il a travaillé pour que les lois évoluent 

Sa fille a été violée et tuée par Guy Georges, aujourd’hui il est traité de "CON" ! J’ai rencontré Jean-Pierre Escarfail en 1998. Sa fille Pascale a été violée et tuée par Guy Georges. Elle avait 19 ans.

Ensemble, avec d’autres victimes et parents de victimes, nous avons décidé de nous battre pour lutter contre la récidive et aider les victimes. Le combat de Jean-Pierre : faire en sorte que d’autres femmes ne subissent pas le même sort que sa fille.

Il a travaillé de nombreuses années pour que les lois évoluent, pour que les criminels sexuels soient pris en charge au niveau des soins et que leur dangerosité soit évaluée et prise en considération avant leur sortie de prison.

Il a œuvré pour que la France rattrape son retard en terme de fichier génétique des criminels sexuels, afin d’éviter à de nombreuses femmes d’être victimes d’agressions, de viols, de meurtres. Ce fichier permet d’arrêter au plus vite les criminels et les délinquants, dès lors qu’ils ont laissé des traces ADN sur leurs victimes ou sur les lieux de l’agression ou du crime. Il permet aussi d’innocenter des suspects.

Quel manque de respect pour cet homme !

Mercredi matin, nous découvrons que sa photo a été épinglée en grand et au centre du "mur des cons" du Syndicat de la magistrature.

Quelle honte, quel manque de respect pour cet homme, pour son combat, pour sa fille et pour toutes les victimes !

Jean-Pierre ne comprend pas pourquoi sa photo a été mise sur ce "mur des cons". Son association l’APACS – Association pour la protection contre les agressions et les crimes sexuels – est totalement apolitique et son combat a toujours été mené dans la dignité et l’apaisement.

En tant que présidente de l’Association nationale pour la reconnaissance des victimes, en tant qu’ex-victime d’un violeur en série, en tant qu’amie de Jean Pierre, je vous demande de lui apporter votre soutien en signant cette pétition.

Votre signature est également importante pour toutes les victimes qui se sentent humiliées par cet acte irrespectueux.

Merci de votre soutien.

Syrie: Macron a raison, notre ennemi c’est Daech - Mieux vaut Assad que l’Etat islamique

Charles Beigbeder

est entrepreneur, élu de Paris et actionnaire de Causeur.
Publié le 23 juin 2017 / Monde

macron syrie daech fabius assad
Emmanuel Macron à l'Elysée, juin 2017. Sipa. Numéro de reportage: 00812078_000009.

Il faut saluer les propos tenus par Emmanuel Macron dans Le Figaro d’hier, au sujet de la Syrie : « Je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar Al-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime ! Longtemps, nous avons été bloqués sur la personne de Bachar Al-Assad. Mais Bachar, ce n’est pas notre ennemi, c’est l’ennemi du peuple syrien. »
Après six années d’une politique chaotique qui n’a fait que marginaliser la France dans la gestion du conflit syrien, nous assistons au retour de la diplomatie, prélude au renouveau de la France sur la scène internationale.

Hiérarchiser les menaces

La diplomatie ne consiste pas à échanger entre amis partageant les mêmes positions, elle sert à parler avec ses adversaires, de manière à éviter, en cas de désaccord, une escalade qui puisse mener jusqu’au conflit armé. De ce point de vue, Emmanuel Macron a raison de renouer le dialogue avec Vladimir Poutine qui détient aujourd’hui les cartes maîtresses sur le terrain pour dénouer le conflit syrien.
Ensuite, un État doit savoir hiérarchiser ses menaces et ses ennemis. À ce sujet, la France a commis l’erreur de mettre au même niveau Bachar Al-Assad et l’État islamique, en les vouant tous les deux aux mêmes gémonies : « Ni Bachar ni Daech » ânonnait fébrilement Laurent Fabius, qui concentrait tout son fiel sur la Russie.

Assad n’est pas responsable du Bataclan


Il a fallu les 130 morts du Bataclan en novembre 2015 pour que la France infléchisse très légèrement sa position. Or, jusqu’à preuve du contraire, ce ne sont ni les troupes de Bachar Al-Assad ni les soldats russes qui tuent nos concitoyens dans les rues. Affirmer cela ne signifie pas donner quitus à l’un et à l’autre sur tous les aspects de leur politique. En 1941, les anglo-américains n’ont pas hésité à s’allier avec le régime de Staline dont personne ne pouvait méconnaître le caractère totalitaire. Interpellé sur ce point à la Chambre des Communes, Churchill avait répliqué net : « Si Hitler avait envahi l’enfer, j’aurais cherché à construire une alliance avec le diable ».

Lire la suite : 

Déradicaliser les djihadistes, vaste programme ! - Un lavage de cerveau impossible

bouvatier deradicalisation islam daech

De chaque côté de la Manche, on repense la stratégie de la lutte contre le terrorisme, on édicte une nouvelle loi et surtout on « déradicalise » avec verve et passion. Voilà que l’Elysée annonce la création de la « task force » voulue par Emmanuel Macron, et dont on salue l’avènement. Seulement on aimerait savoir de quelle manière ce nouveau gadget anti-djihadiste serait susceptible de débusquer un individu isolé, inconnu des services de renseignements et au profil quelconque, à l’instar de l’assaillant du Louvre ou de l’agresseur du policier sur le parvis de Notre-Dame ? Theresa May, quant à elle, promet de renforcer « Channel », le programme de prévention et de déradicalisation des individus « à risque », lancé par le gouvernement britannique en 2012 et qui, depuis lors, a pris en charge plus de 4 000 dossiers individuels.

http://www.causeur.fr/thomas-bouvatier-djihad-deradicalisation-daech-45093.html

Comment l’Etat islamique profite de notre Etat de droit - Combattre Daech malgré nos lois (23.06.2017)

attentat champs elysees daech

Le dernier attentat des Champs-Élysées confirme ce que nous savions déjà. L’État islamique se distingue des autres groupes djihadistes. Il parvient à susciter des actes terroristes bien au-delà des limites de son noyau dur de militants, ce qu’Al-Qaïda et d’autres n’ont jamais vraiment su faire à cette échelle. Sans abandonner l’ancien type de recrutement, qui repose sur la sélection, la loyauté et le secret, le groupe terroriste s’adresse à tous les musulmans du monde afin d’inspirer chez ceux qui sont sensibles à son message des actes spontanés, qui n’engagent pas les ressources humaines et   matérielles de l’organisation et qui ne lui font prendre aucun risque de révéler ses membres pour ainsi dire “permanents”.

http://www.causeur.fr/daech-islam-champs-elysees-attentat-45064.html


Peut-on appeler un salafiste un salafiste ? Muhammad vs Meguini : le procès du droit de blasphème

Les frères musulmans dont le CCIF est une officine en France veulent instaurer un totalitarisme théocratique sont des adeptes de la taqyia. En Palestine, ils ont un bras armé, le Hamas. Mais en France, ce serait trop visible. Donc ils utilisent des méthodes plus pacifiques, par exemple l'accusation floue d'islamophobie ou de raicsme lancée systématiquement pour faire taire tous ceux qui critiquent le rôle de l'islam dans les attentats terroristes, pour museler toute critique envers l'islam. Ils profitent également de la collaboration d'idiots utiles ou d'alliés déguisés dans les milieux identitaires et protoracistes d'extrême-gauche (Parti des Indigènes de la République, etc.), ainsi que dans les associations vantant les bienfaits du multiculturalisme et critiquant la laïcité (Ligue de l'Enseignement). 

marwan muhammad meguini ccif islam

Dans le contexte post-Bataclan et sur Twitter, Ahmed Meguini, activiste laïque et président-fondateur de l’association LaïcArt, s’est emporté et a traité, dans un coup de sang, une personnalité islamiste qu’il exècre « d’enfant de putain de salafiste » et de « petite merde ». Pour cela, l’objet de ses mots fleuris, Marwan Muhammad, directeur exécutif du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et professionnel des plaintes en série devant les tribunaux, a intenté une énième action en justice. Mais pas pour n’importe quel motif : injure à caractère racial ! C’était le sens du procès qui a eu lieu au tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre le 6 juin 2017, et dont le délibéré interviendra le 4 juillet 2017.

http://www.causeur.fr/meguini-ccif-muhammad-islam-blaspheme-45057.html




« Le terrorisme n'est que la partie émergée de l'iceberg politico-religieux islamiste » (22.06.2017)

Par Renée Fregosi  Publié le 22/06/2017 à 12:16

FIGAROVOX/TRIBUNE - Malgré les attentats de Londres et de Paris, les responsables politiques ne lient toujours pas le terrorisme au fondamentalisme islamique. Dans sa tribune, Renée Fregosi prend position et dénonce ce silence qui participe à l'affaiblissement de l'autorité de l'État.

Renée Fregosi est une philosophe et politologue française. Directrice de recherche en Science politique à l'Université Paris-Sorbonne-Nouvelle, elle a récemment publié Les nouveaux autoritaires. Justiciers, censeurs et autocrates (éd. du Moment 2016).


«Tariq Ramadan ne mérite pas d'être français» (Céline Pina et Fatiha Boudjahlat, 21.04.2016)

Quand des djihadistes tuent 148 des nôtres, lui participe à un meeting «contre les dérives racistes et islamophobes de l'état d'urgence» et tandis que nous sommes attaqués pour ce que nous sommes, il exhorte les jeunes frères musulmans à «faire que la culture française soit considérée comme une culture musulmane parmi les cultures musulmanes».


FIGAROVOX/TRIBUNE - Le Monde et Médiapart ont publié des enquêtes sur Tariq Ramadan qui vient de demander la nationalité française. Céline Pina et Fatiha Boudjahlat dénoncent les positions du théologien.






Céline Pina est militante et essayiste. Elle vient de publier Silence Coupable aux Editions Kero
Fatiha Boudjahlat est Secrétaire Nationale du MRC à l'Education, engagée pour la laïcité et l'égalité homme-femme.

Céline Pina et Fatiha Boudjahlat : «Tariq Ramadan ne mérite pas d'être français»
Tariq Ramadan ne doit pas être privé de parole, mais bien de la nationalité française: Il ne mérite pas d'être des nôtres. Rejeter avec éclat sa demande de nationalité poserait un acte politique fort.
Monsieur Ramadan est un rhétoricien de talent, sa stratégie réside dans une duplicité qui ne trompe plus guère que les accommodants. Présenté par eux comme islamologue, il n'est qu'islamiste. Il ne produit pas du sens, ne restitue pas le contexte historique mais il produit de la norme religieuse et fige l'islam dans un passé mythifié. Au nom de cette conception archaïque de l'islam, la lapidation ne lui pose aucun problème moral, tout juste consent-il, du bout de sa foi et des lèvres, à proposer un moratoire, mais il n'arrive pas à condamner cet acte barbare. Il n'est ni Charlie, ni Paris, ni Bruxelles, ni Islamabad, ni Grand-Bassam mais perquisitionnable (note bas de page: un tweet qu'il a envoyé juste après les massacres du 13 novembre disait clairement: «je ne suis ni Charlie, ni Paris mais perquisitionnable»)


Faux amis de la laïcité et idiots utiles - A l'école des accomodements (Fatiha Boudjahlat)

Les renonciations à la laïcité à l'école et l'essentialisation des petits-fils d'immigrés conduit à une montée de l'emprise de l'islam radical sur les jeunes et à une défiance vis-à-vis des droits de l'homme et des Lumières.

Cette percée de l'islam radical est orchestrée par les frères musulmans et les salafistes et leurs associations confessionnelles, sportives, culturelles ou politiques. L'objectif est la conquête du monde par l'islam. On peut s'étonner que des gens de gauche censés lutter pour l'émancipation du genre humain collaborent à cette entreprise totalitaire : Laurence de Cock, François Dubet, Alain Gresh, Ligue de l'Enseignement, Coexister.

Céline Pina, Silence coupable - Islamistes : Ils ne sont grands que parce que nos élites sont à genou

Islamisme, Celine Pina dénonce - C à vous - 14/04/2016

Cent quarante-huit personnes sont tombées sous les balles du terrorisme islamiste en 2015, des milliers de jeunes sont radicalisés sur notre sol. À quelques kilomètres de Paris, certaines femmes ne vivent plus vraiment en France, ensevelies sous un linceul noir, assignées à résidence communautaire. La laïcité est combattue à l’école, à l’hôpital, dans les services publics comme dans les entreprises privées. On abandonne les Français de confession musulmane sous la coupe de l’obscurantisme.

Les islamistes ne sont grands que parce que nos politiques sont à genoux. Cet abandon défait la promesse de paix, d’égalité et de prospérité que nous espérions léguer à nos enfants. Soyons notre propre espoir. Nous avons dans notre histoire, nos principes et nos idéaux de quoi redonner sens à notre monde et renvoyer les islamistes à leur obscurité, revendiquons-les et utilisons-les. Et alors nous serons grands parce que nous serons debout !


24 juin 2017

Taqyia : parler du christianisme, de la Bible, des croisade

Changer de sujet, changer de sujet, changer de sujet.

Quand on questionne l'existence de liens possibles entre les attentats terroristes et les versets de haine du Coran, l'une des techniques préférées des adeptes de la taqyia (dissimulation, mensonge, tromperie) est de parler d'un autre sujet, par exemple de la Bible, et spécialement de l'Ancien Testament. Peu importe que celle-ci ne soit plus connue que de quelques rares personnes et peu importe que ses commandements et interdits ne s'appliquent plus nulle part et ne soient plus dotés d'aucune autorité législative et constitutionnelle dans aucun pays. Peu importe que l'interlocuteur soit croyant ou non, du moment qu'il a des origines chrétiennes. Peu importe, s'il se dit chrétien, qu'il ne se dise pas catholique. Peu importe, s'il se dit chrétien, qu'il ne suive que le Nouveau Testament.

Pour un orateur qui veut convaincre le public lors de son débat, l'important n'est pas de dire le vrai, mais de paraître dire le vrai. Mais la taqyia peut aussi se nourrir de vérités car on peut aussi dissimuler et tromper en disant des vérités, car lorsque des vérités sont dites sur des choses hors-sujet, l'objectif n'est pas de dire ces vérités, mais d'utiliser ces vérités pour éloigner la discussion de l'examen du sujet litigieux, pour éloigner de l'islam tout soupçon de responsabilité dans les massacres faits en son nom.

Mais de toute façon, comme c'est un hors-sujet, il ne faut pas répondre pour ne pas donner de l'eau au moulin et écarter un peu plus la discussion de son sujet d'origine qui est, rappelons-le : les liens réels ou non entre d'un côté le Coran, les textes fondateurs de l'Islam (sunna, sira et les tafsirs qui font autorité), les prêches à la mosquée et, de l'autre côté, les actions de certains musulmans qui disent suivre les commandements d'Allah et de son prophète Mahomet les accomplissant, slogans de type "allahu akhbar" et versets du Coran à l'appui.

Prolongements :





Les musulmans, la meilleure des communautés (Coran, 3.110)

Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Dieu. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers. (3, 110)

En quoi consiste cette Supériorité ? Abou Houraira a dit : Parce que les musulmans amènent les autres hommes, les carcans aux cous, afin qu’ils embrassent l’Islam, c’est-à-dire qu’ils sont les plus utiles aux autres, en ordonnant le bien et dé­fendant le mal. (Ibn Kathir, commentaires du Coran).

Résultat de recherche d'images pour "islam esclavage"
http://www.lisapoyakama.org/le-role-de-lislam-dans-la-traite-negriere-arabe/


Résultat de recherche d'images pour "islam esclavage"

Résultat de recherche d'images pour "islam esclavage"


Résultat de recherche d'images pour "islam esclavage"

Résultat de recherche d'images pour "islam esclavage"

La sourate 9 (jihad offensif) est la 113e sur 114 dans l'ordre chronologique

Jihad

Je ne sais pas ce qu'il y a écrit sur l'affiche, mais on le devine en lisant le Coran :
"Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez que Dieu est avec les pieux." (Coran, 9, 123)

enthuoli : 
Il ne s'agit pas de prendre des bouts de versets. Il s'agit de lire le coran dans l'ordre chronologique, de tenir compte des versets abrogeants et abrogés en vertu de la sourate 2.106  ou 16.101.

[2-106] Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas que Dieu est Omnipotent ?

La Sourate 9 est la 113e dans l'ordre chronologique, c'est-à-dire l'avant-dernière. Toute dawa n'y pourra rien, le coran + les hadiths authentiques de Mouslim et Boukhari et les exégètes ont tous la même conclusion concernant les kouffars (les non-musulmans ou pire, les ex-musulmans) : La conversion sur invitation à l'islam ou la mort avec l'option supplémentaires pour les juifs et les chrétiens de payer un impôt humiliant nommé jizya.

Ibn Kathir, dans son exégèse de la sourate 9 verset 6 dit que l'islam est amené à se répandre dans les 4 coins du monde. C'est d'ailleurs la conclusion d'Al-Azhar sur le djihad en 1968.


23 juin 2017

Attentats au Pakistan

Petit dossier personnel pour une recherche plus facile (ctrl + F). Consultez les sources avec les liens et achetez des journaux ou des abonnements pour financer le journalisme et l'information libre.

Pakistan : plusieurs attentats à l’approche de la fin du ramadan (23.06.2017)
Une double explosion s’est produite dans un marché dans le nord-ouest du pays, faisant plusieurs morts. Une autre attaque meurtrière a été perpétrée au Baloutchistan, dans le centre-ouest.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 23.06.2017 à 16h44 • Mis à jour le 23.06.2017 à 19h09

Des policiers pakistanais sur les lieux de l’attentat de Quetta, le 23 juin 2017.
Des policiers pakistanais sur les lieux de l’attentat de Quetta, le 23 juin 2017.

Des attentats à la bombe ont fait près de 30 morts, vendredi 23 juin, dans deux villes du Pakistan, Quetta et Parachinar.

Les sources de l'Etat Islamique

Quelques sauvegardes pour plus tard...

La mosquée Al-Nouri de Mossoul, emblème de la ville mais aussi des djihadistes

La perspective de voir les forces irakiennes parader dans la mosquée a pu paraître insupportable aux yeux de l’EI, qui a détruit le monument mercredi soir.

LE MONDE | 22.06.2017 à 15h39 • Mis à jour le 22.06.2017 à 17h32 |

Par Madjid Zerrouky

En réduisant en poussière la mosquée Al-Nouri et son célèbre minaret incliné datant du XIIe siècle, l’organisation Etat islamique (EI), qui avait certainement miné le monument, aura non seulement détruit un édifice qui a « traversé toutes les guerres et toutes les invasions », selon la formule d’un historien mossouliote, mais également effacer une partie de ses propres références. C’est notamment là que l’autoproclamé calife Abou Bakr Al-Baghdadi avait fait son unique apparition publique, le 4 juillet 2014.

La diplomatie de la France au Proche et Moyen-orient



Syrie. La presse officielle de Damas salue la “volte-face” de Macron (23.06.2017)


Dans un entretien accordé à plusieurs journaux européens, publié le 22 juin, Emmanuel Macron a assuré que la destitution de Bachar El-Assad n’était pas un préalable à la résolution du conflit syrien. Un revirement de la diplomatie française remarqué par le régime en Syrie.

“Les pays occidentaux commencent à faire volte-face et à changer leur position sur la crise syrienne”, titre Al-Baath ce 22 juin. Le journal du parti Baas de Bachar El-Assad réagit ainsi aux propos tenus par Emmanuel Macron sur la crise syrienne. Le chef d’État français a affirmé, dans une interview accordée à huit journaux européens :

Et il y a la Syrie. Sur ce sujet, ma conviction profonde, c’est qu’il faut une feuille de route diplomatique et politique. On ne réglera pas la question uniquement avec un dispositif militaire. C’est l’erreur que nous avons collectivement commise. Le vrai aggiornamento que j’ai fait sur ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar El-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime !”

Le président français a établi ses priorités sur le sujet : la lutte contre les groupes terroristes, la stabilité de l’État syrien, l’interdiction des armes chimiques, la protection de l’aide humanitaire et le respect des minorités en Syrie. Le journal Al-Baath retient en particulier deux aspects de la position d’Emmanuel Macron, qu’il résume ainsi : “pas d’alternative au Président Assad et nous ne pouvons pas exporter la démocratie à l’étranger.”

Le quotidien syrien salue cette évolution de la diplomatie française, qui jusqu’ici faisait d’un départ de Bachar El-Assad un préalable à toute résolution du conflit :

"Après l’échec de tous les paris sur les mouvements terroristes pour porter atteinte à l’État patriotique syrien, après l’échec du complot ourdi par les soutiens du terrorisme et ses créateurs, après le retour du terrorisme à la gorge de ses créateurs, les pays occidentaux commencent à faire volte-face et à changer leur position sur la crise syrienne, afin de trouver une nouvelle posture pour sauver la face.”


Les réformateurs de l'Islam

Passer d'un islam jihadiste ou en tout cas suprématiste et fermé sur lui-même, (incapable de supprimer les versets de haine, intolérant, esclavagiste ou misogyne du Coran, alors que le modèle du calife Uthman qui brûla au 9e siècle tous les corans pour n'en garder qu'un, celui que nous avons sous les yeux aujourd'hui et que les musulmans considèrent comme parfait et incréé, pourrait être considéré comme un précédent favorable à une refonte des textes) à un islam pacifique, tolérant à l'égard des autres confessions et respectueux des femmes, est-ce possible ?

Régime parlementaire, dictature ou totalitarisme

Du meilleur au pire pour les libertés, la sécurité et les droits de l'homme.

Le régime parlementaire vaut mieux que la dictature qui vaut mieux que le totalitarisme.

La dictature oblige à l'obéissance, réprime les libertés, mais elle ne persécute pas outre mesure pour obéir à un modèle idéologique strict et conforme aux Lois divines, marxistes, ou nazies.

Les frontières ne sont cependant pas étanches entre ces régimes :
- Les régimes parlementaires peuvent être instrumentalisés pour établir une dictature de fait.
- Entre dictature et régime totalitaire, qu'est-ce qui marquera la différence ? Les génocides ou exécutions de masse d'opposants, l'embrigadement de la jeunesse.

Pour en savoir plus et approfondir le sujet, il faut lire les livres d'Hannah Arendt, Karl Popper, George Orwell et des autres théoriciens du totalitarisme du XXe siècle. Plus généralement, il faut lire les grands ouvrages de philosophie politique, les œuvres de Platon, Aristote, Machiavel, Hobbes, Spinoza sur les différents régimes politiques et manières de gouverner les hommes.


Myriam, une enfance dans la guerre

Mohammed : "J'ai vaincu par la terreur" (Bukhari, 4.52.220)

Résultats de recherche d'images pour « terreur islam »

Tout ce chapitre est basé sur une citation de Mahomet : "J'ai vaincu par la terreur." C'est un Hadith, relaté par Bukhari (4.52.220),

D'après Abou-Horaira, l'envoyé de Dieu a dit : "Je suis envoyé avec les plus courtes expressions avec le sens le plus large, et j'ai vaincu par la terreur (battu dans le cœur de l'ennemi). Pendant mon sommeil, les clefs des trésors de la terre m’ont été apportées et ont été placées dans ma main. Abou-Horaira ajouta : « L'Envoyé de Dieu est parti et maintenant, vous autres, vous extrayez ses trésors. »

Voici une déclaration qui exaspère les musulmans. Non parce qu'elle viendrait, selon tous les érudits islamiques, de la bouche de Mahomet; ni même parce que leurs parents leur ont inculqué une telle religion; mais bien parce que cette déclaration est utilisée par les non-musulmans, ou pire encore, les ex-musulmans, pour montrer à quel point l'Islam pose problème. C'est l’un des phénomènes symptomatiques - et singuliers - de l'Islam. Quand on prétend que les terroristes islamiques sont des êtres abominables, les musulmans se gardent bien de le confirmer. Par contre, ils vous qualifient au passage de raciste ou d'islamophobe, voire de semeur de haine puisqu’il va de soi que ces terroristes suivent une version pervertie de l'Islam.

D'ailleurs, on trouve aussi de tels textes dans la Bible, même au sein du Nouveau Testament. Voyez par exemple les versets 34-36 du chapitre 10 de Matthieu:

10.34 Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée. 10.35 Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; 10.36 et l'homme aura pour ennemis les gens de sa maison.

Par conséquent, il faut toujours examiner les choses dans leur contexte. Si ces passages bibliques sont extraits de leur contexte, on aboutit au même résultat qu'avec le Coran et le Hadith. Tentez l'expérience!
Sur cette page, nous nous efforcerons de replacer "dans son contexte" le Hadith de Mahomet mentionné ci-dessus, au moyen des 10 événements les plus "remarquables" de sa vie. Nos sources sont uniquement islamiques: elles ne sont donc a priori pas islamophobes, comme nous l'avons déjà détaillé dans notre chapitre "Comment étudier l'Islam". Les livres citant ces sources sont d'ailleurs toujours publiés dans les pays islamiques.

Quant à la conclusion, nous la laissons à nos lecteurs. Nous invitons les musulmans à réaliser les mêmes exercices intellectuels et de replacer dans son juste contexte la déclaration de Jésus relatée par Matthieu.

Le contexte : les 10 cas les plus "remarquables" de la vie de Mahomet


wp38195b12.png
wp53783d53.png
wp3ed4fb77.png
wp31820455.png
wpa08ed97a.png
wp2cc936e0.png
wp04810fcf.png
wp43c079c6.png
wpb560eb46.png
wp307d2253.png


Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...