29 octobre 2011

Pédagogie théorique et pratique, Cours de Compayré



source de l'image : http://www.oldfield-brow.com/classroom-F.htm




48, RUE MONSIEUR-LE-PRINCE, 48
Scanné et mis en forme par Michel Delord et Gilbert Molinier
AVERTISSEMENT DE LA PREMIERE EDITION

Nous n'avons pas la prétention d'offrir ici au public un traité complet d'éducation : notre but est plus simple et plus modeste. Nous avons voulu seulement, en recueillant nos leçons professées aux écoles normales supérieures de Fontenay-aux-Roses et de Saint-Cloud, rédiger un manuel élémentaire de pédagogie. Dans ce vaste sujet des principes et de la pratique de l’éducation, nous n’avons retenu que les notions indispensables, celles dont ne saurait se passer tout instituteur qui élève et instruit des enfants.

Les travaux de nos devanciers ont été largement mis à profit dans cet ouvrage. La meilleure manière de les louer, c’est, comme nous le faisons, de les citer presque à chaque page. Nous avons pourtant essayé de ne leur pas ressembler, en deux points surtout, leur sécheresse ou leur prolixité.

Trop de manuels de pédagogie, en effet, ne sont que de sèches et arides nomenclatures où l’esprit formaliste règne en souverain, où il multiplie les divisions, les définitions, les distinctions de toute espèce, avec un appareil pédagogique qui semble emprunté aux anciennes logiques.

D’autre part, profitant de l'intimité des rapports qui unissent la pédagogie et les sciences philosophiques, d'autres pédagogues ont démesurément enflé les cadres de leur art : ils y font entrer à vrai dire toute la psychologie, toute la morale, la philosophie tout entière.

Nous avons cherché un juste milieu entre ces deux excès contraires : notre pédagogie voudrait être à la fois vivante et simple. Elle ne se contente pas d’énumérer un certain nombre de règles abstraites, de formules scolaires : elle remonte aux principes ; mais elle le fait avec le plus de discrétion possible. Dans le fatras des élucubrations modernes, elle élague tout le superflu, pour mettre à part l’essentiel ; elle s’en tient aux notions les plus claires et les plus pratiques.

Elle se divise d’ailleurs en deux parties bien distinctes, soit qu'elle étudie l’enfant en lui-même, dans le développement naturel et dans la culture scolaire de ses facultés ; soit qu’abandonnant le sujet de l’éducation elle en examine l’objet, c’est-à-dire l’enseignement et la discipline, les méthodes de l’un, les principes et les règles de l’autre.

Dans la première partie, nous avons fait appel à tous les observateurs de l’enfance, en contrôlant et en complétant leurs observations par nos recherches personnelles.

Dans la seconde partie, nous avons surtout consulté les hommes du métier, ceux qui par la pratique même ont expérimenté les méthodes d'instruction et les lois de la discipline. Nous avons par exemple dépouillé, pour en extraire tous les conseils pratiques qui y sont comme perdus, les volumineux et intéressants Rapports des Inspecteurs généraux sur la situation de l’enseignement primaire.

Assurément la meilleure des pédagogies, comme la meilleure des logiques, est encore celle qu’on se fait à soi-même par l’étude, par l’expérience, par la réflexion personnelle. Surtout il ne s’agit pas de faire apprendre par cœur, de faire réciter, comme le demandent encore quelques auteurs de manuels pédagogiques, un catéchisme pédagogique. Mais, pour aider la réflexion, pour guider l’expérience de chaque nouveau venu dans l’enseignement, le livre n'est pourtant pas inutile, tant s’en faut, ne serait-ce que pour exciter la pensée personnelle. C’est dans cet esprit surtout, moins pour imposer des doctrines que pour suggérer des réflexions, qu’a été écrit ce modeste essai. Nous lui souhaitons de trouver le même accueil que notre Histoire de la pédagogie dont il est le pendant.

 TABLE DES MATIERES
PREMIÈRE PARTIE

PÉDAGOGIE THEORIQUE

PREMIÈRE LEÇON
L’ÉDUCATION EN GENERAL
Origines du mot éducation. – L’éducation est le propre de l’homme. - Y a-t-il une science de l’éducation? - Éducation et pédagogie. - La pédagogie et ses principes scientifiques. Rapports de la pédagogie et de la psychologie. - Y a-t-il une psychologie de l’entant ? - Rapports de la pédagogie avec d’autres sciences. - Diverses définitions de l’éducation. - Division de l’éducation : éducation physique, intellectuelle et morale. - Autre division fondée sur le but de l’éducation : éducation générale, éducation professionnelle. – L’éducation libérale. - Le principe de la nature. - Que faut-il entendre par la nature? - Restrictions au principe de la nature. – L’éducation oeuvre de liberté. L’éducation oeuvre d’autorité. - Puissance de l’éducation et ses limites. – L’éducation et l’école. – L’éducation dans une république.   

LEÇON II
L’ÉDUCATION PHYSIQUE
On esprit sain dans un corps sain. – L’éducation physique pour le bien du corps. –L’éducation physique pour le bien de l’esprit. – L’éducation physique comme préparation à la vie professionnelle. - Principes de l’éducation physique. -- Physiologie de l’enfant. - Importance des notions physiologiques. - Éducation négative et positive du corps : hygiène et gymnastique. - Hygiène scolaire. – Principe  de l’endurcissement physique. - La propreté. - Les vêtements et l’alimentation.- Autres prescriptions de l’hygiène. - La gymnastique en général. - Autres résultats de la gymnastique. - La gymnastique militaire. - La gymnastique des filles. - Programmes scolaires. - Les jeux et la .gymnastique. - Nécessité des jeux. - Les exercices physiques en Angleterre. - Conclusion    .

LEÇON III
L’EDUCATION INTELLECTUELLE. PRINCIPES GENERAUX
Y a-t-il une éducation intellectuelle ? - Rapports de l’éducation intellectuelle avec l’éducation physique et l’éducation morale. – Définition de l’éducation intellectuelle. – L’instruction et l’éducation de l’esprit. - Méthodes de culture et méthodes d’instruction. - Ordre du développement des facultés. – L’intelligence chez l’enfant. - Éducation progressive. - harmonie et équilibre des facultés. - Que les facultés se prêtent un mutuel concours. - Caractères généraux de l’évolution intellectuelle. – L’esprit est un foyer qu’il faut échauffer, non un vase qu’il faille remplir. - Respect de la liberté, de l’initiative de l’enfant. - Il faut savoir perdre du temps. - Travail attrayant. - Nécessité de l’effort. - Développement intérieur de l’esprit. - Moyens à employer. - Inégalités intellectuelles. - Aptitudes particulières. - Que l’éducation intellectuelle elle-même doit avoir un but pratique.

LEÇON IV
L'ÉDUCATION DES SENS
Commencements de l’intelligence. - Sensations et perceptions. - Importance des notions sensibles. - Culture générale des sens. - Opinion de Rousseau. - Méthodes de Pestalozzi et de Frœbel. - Éducation spéciale de chaque sens. - Le goût et l’odorat. - Éducation de l’ouïe. - Éducation du toucher. - Puissance de la vue chez l’enfant. - Développement naturel du sens de la vue. - Importance des perceptions visuelles. - Éducation du sens de la vue. - Instruction du sens de la vue: - Exercice réfléchi des perceptions. - Instruments pédagogiques. - Perception et observation. – L’observation chez l’enfant. - Paradoxe de M. H. Spencer. - Dangers de l’éducation des sens. - Conséquences d’une bonne éducation des sens.

LEÇON V
CULTURE DE L’ATTENTION
Sens intime ou conscience.- Divers degrés de la conscience. - Éducation de la conscience.- L’attention et l’éducation.- Définition de l’attention.- Importance générale de l’attention- - L’attention chez l’enfant - États intermédiaires. - Commencements de l’attention. - Attention imposée. - Autres caractères de l’attention chez l’enfant. - Peu de durée de l’attention. - Exercice de l’attention par les sens. - Signes extérieurs de l’attention.- Besoin de mouvement. - Stimulants de l’attention.- La curiosité.- Effets de la nouveauté.- Effets de la variété. - Peu de choses à la fois. - Conditions extérieures de l’attention. - Ne pas tolérer les distractions. - Cas où l’attention est rebelle. - Conséquences morales du défaut d’attention.

LEÇON VI
CULTURE DE LA MEMOIRE
Importance de la mémoire. - La mémoire chez l4enfant. - Opinions de Rousseau et de madame Campan. - Caractères de la mémoire enfantine. - La culture de la mémoire. - Est-elle nécessaire? - Est-elle possible ? - Exercice de la mémoire. - Diverses qualités de la mémoire: -1° Promptitude à apprendre; - 2° Ténacité du souvenir; - 3° Promptitude à se rappeler.- Mémoire et jugement. - Mémoire et récitation. - Opinion de M. Herbert Spencer. - Arguments pour et contre. – Où la récitation littérale est nécessaire. - Les exercices de récitation. - Abus de la récitation. - Choix des exercices. - Résumé des conditions du développement de la mémoire. - Procédés mnémotechniques. - Association des idées. - Diverses formes de la mémoire.

LEÇON VII
CULTURE DE L’IMAGINATION
Rôle de l’imagination. - Ses bienfaits. - Ses dangers. - Sa puissance chez l’enfant.- Diverses formes de l’imagination - Imagination représentative. - Culture de l’imagination représentative. - Les images proprement dites. - Imagination créatrice. - Existe-t-elle chez l’enfant ? - Ses diverses manifestations. - Tendance mythologique. - Tendance poétique. - Les contes. - Les récits. - Nécessité de la poésie. - Les romans. - Les créations personnelles de l’imagination enfantine. – L’imagination dans les jeux. - Les exercices de composition littéraire. - Le dessin et les arts. - Discipline de l'imagination. - Quelques dangers particuliers à éviter. - La rêverie. - Importance de l’imagination.

LEÇON VIII
LES FACULTÉS DE RÉFLEXION, JUGEMENT, ABSTRACTION, RAISONNEMENT
Jugement et raisonnement. - Définition psychologique du jugement. - Divers sens de ce mot. - Importance de la justesse d’esprit. - Formation du jugement. - Le jugement chez l’enfant. - Première éducation. - Culture scolaire du jugement. - Méthode générale. - Règles particulières. - Liberté du jugement. - Discrétion du jugement. - Exactitude du jugement. - Le jugement et l’abstraction. - Abstraction et généralisation. - Formation des idées abstraites et générales. - Les idées générales avant le langage. - Tendance de l’enfant à généraliser. - Que faut-il penser de la répugnance de l’enfant pour l’abstraction ? - Abus de l’abstraction dans l’enseignement. - Importance des idées générales. - Difficultés de l’abstraction. - Règles pédagogiques. - Le raisonnement. - Importance du raisonnement. - Éducation du raisonnement. - Le raisonnement chez l’enfant. - Tendance particulière à l’induction. - Mesure à garder. - Exercices spéciaux du raisonnement.
   
LEÇON IX
CULTURE DE LA SENSIBILITÉ
Éducation morale. - Nature complexe de la sensibilité. - Division des inclinations. - Que l’éducation du cœur est trop souvent négligée. - Nécessité de cette éducation. - Difficultés particulières de l’éducation des sentiments. - Développement de la sympathie chez l’enfant. - Caractères généraux de la sensibilité enfantine. - Abus de la sensibilité dans l’éducation. - Fausses apparences de la sensibilité enfantine. - Règles générales de l’éducation de la sensibilité. - Rapports du sentiment et de l’idée. - Communication des sentiments. - Rapports du sentiment et de l’action. - Génération des sentiments les uns par les autres. - Les sentiments du plaisir et de la peine. -Excitation des sentiments personnels. - Les passions.

LEÇON X
L’EDUCATION MORALE
Education morale proprement dite. - Les facultés morales. – L’éducation morale et l’enseignement de la morale. - Importance de l’éducation morale. - Supériorité de la grandeur morale. – L’enfant est-il bon ou mauvais ? Opinions contraires. – L’enfant n’est ni bon ni mauvais : opinion de Kant. - Justification de certaines inclinations de l’enfant. - Ses mauvais instincts. - Répression des tendances vicieuses. - La conscience ou raison pratique. - Le sens moral chez l’enfant. - Développement de la conscience morale.- Premières manifestations de la moralité. - Education de la conscience morale. - Difficultés de cette éducation. - Puissance de l’instinct d’imitation chez l’enfant - Les exemples historiques. - Les exemples vivants. - Les préceptes et les exemples. – L’amour du bien.

LEÇON XI
LA VOLONTE. LA LIBERTÉ ET LES HABITUDES
La connaissance et la volonté du bien. - Définition de la volonté. - La volonté chez l’enfant. - Différence de la volonté et du désir.- Différence de la volonté et de l’idée. -Rapports de la volonté avec la sensibilité. - Rapports de la volonté avec l’intelligence. - La volonté et la liberté. - Culture de la volonté. - Sentiment pratique de la liberté. - Éducation de la liberté. - Aucun acte n’est indifférent. - La volonté et les habitudes. - Nécessité des habitudes. - Comment se forment les habitudes. - Comment on corrige les mauvaises habitudes. - La volonté et l’éducation publique on privée. L’éducation personnelle. -Difficulté de l’éducation de la volonté,-La bonne volonté. - Importance de la volonté dans la vie.

LEÇON XII
LES SENTIMENTS SUPÉRIEURS, L’ÉDUCATION ESTHÉTIQUE,
L’ÉDUCATION RELIGIEUSE
Les sentiments supérieurs. – L’amour du vrai. - La véracité. La recherche de la vérité. – L’amour du beau. - Éducation esthétique. – L’éducation esthétique chez les anciens. Les arts et la morale. - Les arts source de plaisir. - Témoignage de Stuart Mill. - Les arts à l’école primaire. - Culture de l’amour du beau. - Moyens indirects. Exercice spéciaux. - Culture du goût. – L’art moralisateur. - Excès à. éviter. - Le sentiment religieux. – L’éducation religieuse à l’école primaire. - La religion et la morale.
SECONDE PARTIE

PÉDAGOGIE PRATIQUE

PREMIÈRE LEÇON
LES MÉTHODES EN GÉNÉRAL
Pédagogie pratique. - La méthode en général. - Les méthodes d’enseignement. - Ce qu’on appelle méthodologie. - Utilité des méthodes. - Abus de l'étude des méthodes. - Méthodes et modes d’enseignement. - Méthodes et procédés. - Méthode générale. - Classification des méthodes. - Ordre et enchaînement extérieur des vérités enseignées : induction ou déduction. - Forme extérieure de l’enseignement : exposition suivie ou interrogations. - Énumération des quatre méthodes essentielles. - Réduction de diverses méthodes aux types indiqués. - Analyse et synthèse. - Emploi confus de ces mots. - Ce qu’on appelle méthodes analytique et synthétique. - Y a-t-il une méthode intuitive ! -Divers sens du mot intuition. – L’intuition sensible et intellectuelle. - Méthode expérimentale. - Esprit général d’une bonne méthode.

LEÇON II
LA LECTURE ET L’ÉCRITURE
Subordination des différentes études. - La lecture et l’écriture. - Leur place dans le programme. - Divers degrés de la lecture. - Réserves sur l’importance des méthodes particulières. - Distinction des principales manières d’apprendre à lire. - Méthode d’épellation. - La vieille et la nouvelle épellation. - Méthode phonétique ou de syllabation. - Méthodes synthétique et analytique. - Enseignement simultané de la lecture et de l’écriture. - Applications diverses de cette méthode. - Procédés accessoires. - Procédé phonomimique. - Conseils généraux. - Lecture courante. -Lecture expressive. -Observations critiques sur l’enseignement de la lecture. - Progrès constatés. – L’enseignement de l’écriture. - Différents procédés. - Conditions nécessaires pour apprendre à bien écrire. - Conseils généraux. - Observations pratiques sur l’enseignement de l’écriture. – Conclusion.

LEÇON III
LES LEÇONS DE CHOSES
Origine des leçons de choses. - Malentendus sur le sens du mot. - Définition des leçons de choses. - Abus des leçons de choses. - Formalisme nouveau. - Diverses formes des leçons de choses. - Leur domaine propre. - Leurs caractères. - Règles des leçons de choses. - Nécessité d'un plan suivi. - Ordre à suivre dans l’étude des qualités des objets. - Préparation des leçons de choses. - Musées scolaires. - Principaux défauts à éviter. - Superfluité de certaines leçons de choses. - Les mots sans les choses. - Abus de la perception sensible. - Que les leçons de choses ne constituent pas un cours régulier. - Programmes actuels. - Ce qu'on peut appeler la méthode des leçons de choses.

LEÇON IV
L’ÉTUDE DE LA LANGUE MATERNELLE
Importance de l’étude de la langue française. - Difficultés de cet enseignement. - Le but. - Les principes. – Anciennes méthodes. - Reforme tentée. - Progrès réalisés. - Divers éléments d’un cours de langue. - Nécessité de l’enseignement grammatical. - Vraie méthode grammaticale. - Le livre de grammaire. - Qualités d’une bonne grammaire. Grammaire historique. - Enseignement de l’orthographe. Dictées. - Analyse logique et analyse grammaticale. - Ordre à. suivre. - Exercices d’invention et de composition. - Rédactions sur images. - Exercices d’élocution. - Exercices littéraires.

LEÇON V
L’ENSEIGSEMENT DE L’HISTOIRE
L’histoire à l’école primaire. - But de l’enseignement de l’histoire. - Influence de l’histoire sur le développement de l’esprit. - Caractères et limites de cet enseignement. - Notions fondamentales de l’histoire. - Deux systèmes de distribution des matières. - Avantages et inconvénients de l’ancien système. - Programme actuel. - Ce qu’on appelle la méthode régressive. - Autrefois et aujourd’hui. - Méthode générale à. suivre. - Défauts ordinaires de l’enseignement historique. - Vœux du corps enseignant. - Ce qu’on peut appeler l’intuition en histoire. - Une leçon sur la féodalité. - Le livre.- Les sommaires et les récits. - Le rôle du maître. - Le rôle de l’élève. - Procédés accessoires. – L’histoire et l’instruction civique. – L’histoire et la géographie. – Conclusion.

LEÇON VI
L’ENSEIGNEMENT DE LA GÉOGRAPHIE
Progrès des études géographiques. - Méthodes nouvelles : Rousseau, Pestalozzi. - Définition de la géographie. - Utilité de la géographie. - Division de la géographie. - Pourquoi on doit commencer cette étude de bonne heure. - La géographie à. L’école primaire. - Programme actuel. - Deux méthodes possibles. - Géographie nationale. - La bonne méthode. - Part à faire à la mémoire. - Les cartes en général - Cartes d’atlas. - Cartes murales. - Cartes en relief. - Cartes dessinées par l’élève. - Le globe. - Les livres de géographie. - Le rôle du maître. - Observations critiques.

LEÇON VII
L’ENSEIGNEMENT DES SCIENCES
L’enseignement des sciences à l’école primaire. - Importance de l’arithmétique. - Utilité pratique de l’arithmétique. - Goût de l’enfant pour le calcul. - Les trois cours d’arithmétique. - Méthode générale. - Moyens matériels. - Passage du concret à l’abstrait. -Les bouliers compteurs. - Les arithmomètres. - Calcul mental. - Arithmétique économique. - Choix des problèmes. - Part à faire à la mémoire. - Le système métrique. - Le mal dans l’enseignement de l’arithmétique. - Le bien. - La géométrie à l’école primaire. -But de l’enseignement de la géométrie. - Méthode a suivre. - Cours élémentaire. - Cours moyen et supérieur. - La tachymétrie. - Y a-t-il des leçons de choses en arithmétique et en géométrie ? - Les sciences physiques et naturelles. - Programmes et méthodes. - Nécessité d’un livre. - Caractère pratique de cet enseignement. - Promenades scolaires.

LEÇON VIII
LA MORALE ET L’INSTRUCTION CIVIQUE
L’éducation morale et l’enseignement de la morale. – L’enseignement moral se mêle à tous les exercices. - Enseignement particulier de la morale. - Matière de l’enseignement moral. - Portée et limites de cet enseignement. - Division des cours. - Méthode inductive et déductive. - Caractères propres de l’enseignement moral. - Enseignement par le cœur. –Enseignement par la réflexion. - Enseignement par la pratique. - Exercices pratiques. – L’exemple du maître. - Moyens accessoires. - La lecture. - La poésie. - Morale théorique. – L’instruction civique. - Nécessité de l’instruction civique. - Méthode à suivre. – L’instruction civique et l’histoire. – L’instruction civique et la politique. - Du droit des laïques en matière d’éducation morale.

LEÇON IX
LE DESSIN, LA MUSIQUE, LE CHANT
Le dessin à l’école primaire. – Historique : Rousseau. - Pestalozzi, Frœbel. - Définition des termes. - Programme actuel - A quel âge faut-il commencer l’enseignement du dessin ? - Goût des enfants pour le dessin. - Le goût de la coloration. - Deux méthodes différentes. - Opinion de M. Herbert Spencer. - Opinion classique. - Conseils particuliers. - Le chant à l’école primaire. - Le chant à l’école maternelle. - Le chant, enseignement obligatoire. - Influence morale de la musique. - Le chant et la discipline-- Choix des morceaux. - Méthodes et procédés. – L’intuition dans le chant. - Théorie musicale.

LEÇON X
LES AUTRES EXERCICES DE L’ÉCOLE
Le travail manuel à l’école primaire. - La gymnastique. - Importance du travail manuel. - Les travaux manuels dans les écoles de garçons. - Par qui doivent être données les leçons de travail manuel. - Ordre à suivre. - Enseignement de l’agriculture et de l’horticulture. - Autres exercices pratiques. - Exercices militaires. - Exercices de tir. - Les travaux manuels dans les écoles de  filles. - Travaux à l’aiguille. - Couture domestique. - abus du travail manuel. Économie domestique. – Conclusion.

LEÇON XI
LES RÉCOMPENSES ET LES PUNITIONS
La discipline scolaire. - Les moyens disciplinaires. – L’émulation. - Définition de l’émulation. - Les divers éléments de l’émulation. – L’émulation dans l’histoire de l’éducation. – L’émulation dans une démocratie. - Erreur de ceux qui condamnent l’émulation. - Écueils à éviter. - Les récompenses. - Diverses espèces de récompenses. - Les récompenses sensibles et les louanges. - Autres récompenses. - Les distributions de prix. - Les punitions. - Les réprimandes. - Les menaces. - Les punitions effectives. - Les pensums. - Les châtiments corporels. - Règles générales. - Le système des réactions naturelles. - Critique de ce système. - Autres critiques.

LEÇON XII
LA DISCIPLINE EN GÉNÉRAI.
Discipline préventive. - Conditions matérielles de la discipline. - Emploi du temps.- Principes généraux de l’emploi du temps. - Classement des élèves. - Conséquences au point de vue disciplinaire. - Nécessité d’une surveillance rigoureuse. - Travail des maîtres en dehors des classes. - Collaboration des maîtres avec la famille. - Influence morale de la famille. - Conditions morales de la discipline. - Qualités d’un bon maître. - Part à faire aux qualités physiques. - Autorité morale. – L’esprit de suite dans la discipline. - La souplesse dans les moyens. - But supérieur de la discipline.



Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...