9 octobre 2011

Méthode Fransya Bien lire, Bien écrire (Ghislaine Wettstein-Badour)

Cette méthode d'apprentissage de la lecture et de l'écriture Bien lire, bien écrire peut être utilisée par des enseignants mais elle est essentiellement conçue pour les parents qui désirent apprendre à lire et à écrire à leur enfant ou l'aider à améliorer ses performances en ces domaines.

Ces deux ouvrages se suffisent à eux-mêmes. Vous n'aurez pas à acquérir ultérieurement d'autres livres ou cahiers d'exercices.

La méthode d'apprentissage alphabétique plurisensorielle est efficace parce qu'elle a été construite pour apporter au cerveau les éléments essentiels dont il a besoin pour bien lire, comprendre ce qu'il lit, maîtriser l'écriture et acquérir les premières bases de l'orthographe. L'évolution de la science en matière de neurobiologie permet maintenant de savoir comment le cerveau procède pour accéder à l'écrit. La pédagogie proposée ici a tiré les conséquences des découvertes neurophysiologiques des quinze dernières années et répond aux exigences du fonctionnement cérébral. Elle donne ainsi à chaque enfant un maximum de chances de réussite.

Les parents s'étonneront peut-être de l'aspect sévère du livre de l'élève. Nous verrons plus loin que l'absence de couleurs et d'images dans le texte est voulue pour des raisons neurologiques. Les enseignants qui ont utilisé cette méthode confirment le bien-fondé de ce choix. Les enfants, quant à eux, réagissent très positivement devant leur livre : ils sont fiers d'être traités « comme des grands » et de lire dans un « vrai livre ». Ils comprennent ce qu'ils lisent et acquièrent très rapidement le goût de la lecture.

En tant que parents, avant de vous lancer dans cette « aventure », vous vous posez, sans nul doute et à juste titre, un certain nombre de questions.

Suis-je capable d'apprendre à lire à mon enfant ?

Oui, car cette méthode vous apporte dans le manuel pédagogique tous les éléments dont vous avez besoin pour pratiquer correctement cet apprentissage, même si vous n'avez aucune connaissance pédagogique antérieure. Il vous suffira d'appliquer les consignes que nous vous donnerons et de préparer très sérieusement chaque leçon à l'avance comme cela vous sera indiqué.

Mais, pour réussir, vous devez, lors de chaque leçon, faire oublier votre rôle de parent pour devenir « le maître ». Cela ne posera aucun problème si vous êtes capable de faire preuve d'autant de patience à l'égard de votre enfant qu'à l'égard d'un autre. Les conflits viennent en général du fait que, parce qu'il s'agit de « votre » enfant, vous êtes trop exigeant. Vous avez tendance à croire qu'il peut « mieux faire », et vos attentes dépassent ses possibilités. Il vous faut donc impérativement oublier vos ambitions et votre souci légitime de le voir réussir le mieux possible pour pouvoir à tout moment lui fournir des explications sans aucune agressivité, en reprenant les consignes calmement et aussi souvent que nécessaire.

Vous ne devez faire à l'enfant aucune remarque négative concernant son travail. Il faut, au contraire, toujours insister sur l'aspect positif de son action et la valoriser. Par exemple, s'il se heurte à une difficulté, vous lui direz : « Cela est à revoir mais tu réussiras la fois prochaine. » L'enfant reprendra alors son travail avec confiance et triomphera de l'obstacle. Si vous vous fâchez ou si vous faites une remarque désobligeante, il se renfermera sur lui-même et, peu à peu, il refusera de travailler avec vous. Si vous n'êtes pas capable de vous comporter ainsi, vous ne pouvez pas aider votre enfant, et ce qui est vrai pour la lecture l'est, bien entendu, pour tous les autres apprentissages scolaires.

Ghislaine Wettstein-Badour (Fransya)
 





À quel âge mon enfant peut-il commencer à apprendre à lire ?

Il n'y a pas d'âge précis pour aborder la lecture. Cet apprentissage peut être commencé dès que l'enfant manifeste de l'intérêt pour l'écrit. Certains enfants peuvent vouloir lire très tôt, d'autres beaucoup plus tard. En tant que parents, il est naturel que vous soyez tentés de stimuler votre enfant pour lui faire gagner du temps. Mais vous devez avoir la sagesse de respecter son évolution. À vouloir forcer la nature, on arrive souvent à de très mauvais résultats, parfois même à des situations de blocage qui compromettent lourdement l'avenir. Votre rôle est de proposer et non de contraindre. Vous saurez que votre enfant est prêt pour lire lorsqu'il vous posera des questions sur ce qui est écrit, lorsqu'il cherchera à comprendre ce qu'il voit sur les livres, les affiches, les journaux ou, tout simplement, quand il répondra avec enthousiasme à votre proposition d'apprendre à lire.
L'école demande aux enfants très précocement, parfois dès la petite section de maternelle, de « reconnaître » des mots : les prénoms et divers mots souvent présentés sur des étiquettes. Il est donc nécessaire d'agir le plus rapidement possible pour limiter, autant que faire se peut, les effets secondaires de ces pratiques néfastes. Nous vous indiquerons ci-dessous comment procéder.

Il est indispensable de souligner ici qu'il est impossible d'apprendre réellement à lire en quelques mois. Savoir lire signifie lire de manière fluide sur n'importe quel support, en respectant la ponctuation, en adaptant l'intonation et en étant capable de formuler, en le résumant, le contenu du texte lu. Un enfant qui maîtrise bien la langue écrite est également capable de restituer sous la dictée tous les éléments dont la seule connaissance de la lecture permet de déduire l'orthographe. Tel est le but de la pédagogie proposée ici. Certes, l'enfant est capable, dès le début de cette méthode, de lire avec facilité les phrases et les textes de son livre de lecture, et de les comprendre. Il peut écrire sous la dictée les éléments qui correspondent à ses acquis, mais la maîtrise de la langue écrite, au sens très large où nous l'entendons, demandera du temps. Les enseignants qui utilisent cette pédagogie dans leur classe de CP terminent en général la méthode vers la moitié du mois de juin. Lorsque cette pédagogie est utilisée par les parents, la durée de l'apprentissage dépend de la nature et du nombre des difficultés que rencontre chaque enfant. Il peut s'agir d'une simple mise au point qui demandera quelques mois, ou d'un apprentissage total qui s'étendra sur une année ou plus. Quelle que soit la situation dans laquelle se trouve l'enfant, l'objectif n'est pas de réaliser une course de vitesse mais de bâtir pierre après pierre les éléments d'un savoir indispensable à l'acquisition de tous les autres et au développement de l'intelligence.



Cette méthode, différente de celle qui est pratiquée à l'école, risque-t-elle de perturber mon enfant ?

Plusieurs cas sont à envisager.

Votre enfant est en petite ou moyenne section de maternelle

À ce stade de la vie scolaire, il n'est pas question, sauf cas exceptionnels, d'entreprendre un apprentissage complet de la lecture et de l'écriture. Par contre, il est indispensable de permettre à l'enfant de perfectionner sa motricité, sa maîtrise de la reconnaissance des formes et de leur orientation dans l'espace, l'écoute et la discrimination des sons, le graphisme qui servira ensuite dans l'écriture. En commençant par les réalisations les plus simples et en abordant progressivement les plus complexes, l'enfant exécutera sous forme de jeux des activités qui lui seront indispensables pour compenser les déficits que certaines pratiques scolaires peuvent accentuer et qui contribuent ultérieurement à l'apparition de difficultés dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture.

Votre enfant est en grande section de maternelle

Il se trouve à l'âge idéal pour débuter l'apprentissage de la langue écrite. Cette méthode ne peut que lui être bénéfique. À un moment où il est entouré de textes à l'école et mis en présence de mots entiers, vous avez tout intérêt à lui apprendre à identifier et à écrire correctement les correspondances graphiques entre les sons et les signes qui les représentent. En effet, si l'on ne fournit pas au cerveau ce code alphabétique, il tentera de le découvrir seul. On sait maintenant (ou on devrait savoir !) que le mot ne peut pas être retenu dans son ensemble comme une image. Le cerveau doit, pour apprendre à lire, faire coïncider les sons qui constituent la langue orale avec les signes qui les représentent, en partant du plus simple pour aller vers le plus complexe. Parmi les enfants de grande section de maternelle ou de CP, 40 % présentent des difficultés de reconnaissance et d'orientation des formes et/ou de discrimination des sons proches les uns des autres sur le plan phonologique. Ils constituent le groupe des « enfants à risques » dans le domaine de l'apprentissage de la langue écrite. Pour eux tout particulièrement, mais aussi pour tous les enfants, car on ne sait que rarement dans quel groupe un enfant se situe, il faut tout mettre en œuvre pour simplifier cet apprentissage de l'écrit qui est, comme on ne le sait pas assez, une des connaissances les plus difficiles à acquérir au cours de notre vie. Cette pédagogie répond à cette exigence.

Votre enfant est en CP

C'est le cas le plus délicat. Si, vers le mois de novembre, l'enfant est capable de lire facilement des phrases composées avec des graphèmes qu'il a déjà rencontrés mais différentes de celles de son livre de lecture, et s'il les comprend, c'est qu'il s'adapte bien à la méthode utilisée. Par contre, s'il présente des difficultés (un rythme de lecture très lent, très peu fluide, des confusions entre lettres et sons, des mots modifiés ou remplacés par d'autres quand il rencontre dans une phrase qu'il n'a jamais lue des éléments qu'il est censé connaître), s'il manifeste un manque d'intérêt pour la lecture, une anxiété pendant les périodes scolaires (maux de ventre, troubles du sommeil ou autres signes physiques sans cause médicale décelable) ou un comportement de rejet de l'école, il y a de très fortes chances pour que la pédagogie employée dans sa classe ne lui convienne pas ou qu'il ait besoin d'une aide extérieure. Vous pouvez dès lors commencer à utiliser cette méthode. L'expérience acquise auprès de très nombreux élèves en difficulté au cours du CP montre qu'ils n'ont pas été perturbés par cette technique d'apprentissage. Ils ont, au contraire, été réconfortés par le fait qu'ils comprenaient la logique de cette démarche et prenaient conscience de leurs progrès.

Votre enfant est en primaire, lit mal ou comprend mal ce qu'il lit

Il ne faut pas hésiter à reprendre la lecture à la base. Nous vous indiquerons comment procéder dans ce cas. Le rythme d'assimilation sera plus rapide que pour un débutant, et vous construirez l'édifice de ce savoir fondamental sur des acquis solides en comblant toutes les lacunes. Vous verrez l'enfant prendre confiance en lui et s'épanouir en comprenant qu'il peut, lui aussi, apprendre à maîtriser l'écrit.



Pourquoi choisir cette pédagogie ?

Il est désormais possible de montrer pourquoi toutes les méthodes autres que les métho­des alphabétiques ne permettent pas d'apprendre à lire à un très grand nombre d'élèves. Beaucoup d'entre eux arrivent en fin de primaire en lisant mal ou en comprenant mal ce qu'ils lisent. À cette insuffisance d'acquisition de la lecture s'ajoute un important manque de maîtrise de l'orthographe, de sorte que ces enfants sont pénalisés dans tous les domaines et ont un comportement de plus en plus perturbé au fur et à mesure que leur échec s'aggrave.

Nous ne reprendrons pas les explications scientifiques qui justifient les choix pédagogiques retenus ici. Elles sont détaillées dans de nombreux articles ou publications du même auteur, et tout particulièrement dans -

-         « Apports des neurosciences et pédagogie du langage écrit » (Fransya, 2005),

-      Bien parler, bien lire, bien écrire. Donnez toutes leurs chances à vos enfants (Eyrolles, 2005),

-      « Apprentissage de la lecture : une démonstra­tion expérimentale et théorique de la supériorité de la méthode phonique synthétique (alphabétique) sur toutes les autres approches pédagogiques » (Fransya, 2006).

Les données dont nous disposons en neurologie permettent d'établir un « cahier des charges » qui définit les critères permettant d'optimiser pour tous les enfants, y compris ceux porteurs de handicaps, l'apprentissage de la langue écrite.

Une bonne méthode d'apprentissage de la lecture doit répondre à plusieurs impératifs.

    1. Respecter les exigences du fonctionnement cérébral pour faciliter les apprentissages et limiter les échecs

Il faut penser que les enfants ont été en contact avec l'écrit avant leur entrée en classes maternelles (livres, journaux, publicités, jeux divers) puis à l'école. Leur cerveau a déjà effectué des essais de compréhension de l'écrit et de découverte des associations sons/ graphismes. Il a donc déjà pu commettre des erreurs qu'il faut corriger. Une pédagogie efficace d'apprentissage de l'écrit devra tendre à limiter au minimum les risques de confusions tant sonores que graphiques. Pour cela, aucune lettre ou aucun groupe de lettres ne devra être introduit dans une phrase ou un texte sans avoir été préalablement appris.

       2.  Intégrer l'écrit dans l'ensemble des apprentissages de l'enfant et faire pratiquer toutes les activités sensori-motrices qui peuvent faciliter la tâche du cerveau pour construire ses circuits et mettre en mémoire l'information

Cela est essentiel pour tous les enfants. Les exercices proposés ici permettent de corriger les déficiences chez ceux qui en sont victimes. Ils favorisent le développement psychomoteur chez tous les enfants. Ils préviennent les tendances dyslexiques ou les corrigent lorsqu'elles existent. Ils peuvent être appliqués très tôt, bien avant l'apprentis­sage de la lecture et de l'écriture, pour préparer celui-ci.

Pour atteindre le but fixé, il est essentiel d'utiliser la motricité et l'ensemble de l'appareil sensoriel. Cette méthode, que nous avons qualifiée de plurisensorielle, est également dynamique, car l'enfant est le propre acteur de son apprentissage. À aucun moment il n'est passif. Une grande diversité dans les exercices proposés évite toute monotonie et permet une adaptation à tous les âges.

      3. Enrichir les connaissances en vocabulaire pour permettre la compréhension des textes lus

C'est très exactement ce que nous proposons dans cette méthode alphabétique qui contient plus de 3 000 mots différents. L'ordre des apprentissages en a été étudié pour partir des sons les plus simples et aboutir aux plus complexes tout en permettant de lire très rapidement de petites phrases porteuses de sens.

Bien qu'alphabétique, cette méthode est très différente du simple b.a.-ba. La pédagogie proposée ici n'est en aucune manière un retour vers le passé. Elle constitue au contraire un grand pas en avant dans la mesure où elle intègre dans sa pratique des connaissances issues des neurosciences contemporaines. Elle permet également de faire avancer au même rythme la maîtrise de la lecture et celle de l'écriture, qui lui est indissolublement liée. Dès qu'il a assimilé les toutes premières notions de base, l'enfant prend conscience du fait qu'il est capable de lire et d'écrire sous la dictée. Au fil des leçons, sont également introduits quelques points essentiels de grammaire et de conjugaison qui peuvent être assimilés à ce niveau.

Pour les parents qui le désirent, une méthode d'apprentissage de l'orthographe (analyse, grammaire, conjugaison, usage) a été conçue pour leur permettre ultérieurement, comme pour la lecture et l'écriture, d'aider leurs enfants à maîtriser correctement la langue écrite.

Enfin, cette pédagogie met l'accent sur la compréhension et apprend à l'enfant à résumer ce qu'il a lu.

L'expérience nous a largement prouvé que cette aventure intellectuelle est une joie véritable pour l'enfant et un grand soulagement pour ceux qui vivaient une situation d'échec. Que les adultes qui prétendent qu'une méthode alphabétique est ennuyeuse pratiquent comme nous le faisons et observent les enfants qui utilisent cette pédagogie. Ils changeront d'avis !

Enfin, il faut insister sur un point d'une importance capitale. La manière dont on choisit d'apprendre à lire et à écrire a une influence sur l'anatomie du cerveau et la structuration des circuits cérébraux qui relient entre elles toutes les aires qui participent à ces activités. En apprenant à lire et à écrire avec une pédagogie qui répond aux exigences de la neurobiologie, l'enfant construit dans son cerveau des circuits de qualité qui joueront un rôle essentiel dans le développement et la structuration de sa pensée conceptuelle. Il acquiert ainsi des savoirs de base indispensables mais aussi un savoir-faire qui lui sera utile dans tous ses apprentissages ultérieurs. Enfin, en stimulant ses facultés d'analyse et de synthèse, il les développe et augmente ainsi ses chances de réussite intellectuelle. Permettre à un enfant de devenir plus performant, n'est-ce pas le but auquel doit tendre tout enseignement ?
 Table des matières
COMMENT UTILISER LA MÉTHODE ALPHABÉTIQUE PLURISENSORIELLE
Exercices moteurs et plurisensoriels ................................
Déroulement de la leçon ...............................................
LES VOYELLES SANS ACCENT
a, e, i, o, u, y,
LES VOYELLES ACCENTUÉES
à, â, é, è, ê, i, o, ù, û,                                                           
APPRENTISSAGE DES GRAPHÈMES SIMPLES ET COMPOSÉS
l, ...................................................................................  52
y, ..................................................................................  56
ch, .................................................................................  59
s,                                                                                                         61
s (entre deux voyelles), .................................................  64
ss, .................................................................................  66
r, ...................................................................................  69
t,                                                                                          72
n, ..................................................................................  75
m, .................................................................................  78
d, ..................................................................................  81
b, ..................................................................................  84
P, ..................................................................................  87
f, ...................................................................................  90
est, ...............................................................................  92
eff, ell, emm, enn, err, ess, ett, .....................................  94
un, um, ..........................................................................  97
les, des, ........................................................................................  100
mes, tes, ses, ...............................................................................  103
an, am, en, em, ............................................................................  105
ann, amm, ....................................................................................  108
on, om, .........................................................................................  110
ont, ...............................................................................................  112
onn, omm,..................................................................................... 114
et, .................................................................................................  116
oi, .................................................................................................  118
ou, ................................................................................................  120
er (dans ou à la fin des mots), ....................................................  123
er (à la fin des verbes), ...............................................................  125
ier, ................................................................................................  127
j,        .................................................................................................  129
ai, .................................................................................................  132
ait, ................................................................................................  134
ei, ey, ...........................................................................................  137
c, ..................................................................................................  139
ce, ci, cy, ......................................................................................  141
ç, ..................................................................................................  144
q, qu, ............................................................................................  146
k,       .................................................................................................  149
g, gue, gui, ...................................................................................  151
ge, gi, gy, .....................................................................................  154
gn, ................................................................................................  157
z, ..................................................................................................  160
ez, ................................................................................................  162
s, t, d, nt (à la fin des verbes) .....................................................  164
ant (à la fin des verbes) ..............................................................  166
x, ..................................................................................................  169
au, aux, ........................................................................................  171
eau, eaux, ....................................................................................  173
in, im, ain, aim, yn, ym, ...............................................................  175
ein, ...............................................................................................  178
ien, ...............................................................................................  180
et (à la fin des mots), ..................................................................  182
oin, ...............................................................................................  184


ec, ef, el, ep, es, ex (dans ou à la fin des mots), ..........  186
eu, ieu, eux, ieux, ........................................................  189
eur, eurre, ...................................................................  192
ent, ment, ement, ........................................................  194
amment, emment,......................................................... 196
h, .................................................................................  198
ill................................................................................. 200
ail, aill, ........................................................................  202
eil, eill, ........................................................................  205
ouil, ouill, ....................................................................  207
euil, euill, ....................................................................  209
tion, .............................................................................  212
ph, ...............................................................................  214
w, ................................................................................  216
y, .................................................................................  218
ce, ...............................................................................  220
ë, ï, ..............................................................................  222
LES LETTRES QUI NE SE PRONONCENT PAS À LA FIN DES MOTS
Le s du pluriel ................................................................  225
Le x du pluriel ................................................................  226
Terminaisons où s, x, z ne se prononcent ni au singulier ni au pluriel         226
s, t, d, nt, z à la fin des verbes ................................................ ..  227
Les termes invariables à lettres finales qui ne se prononcent pas  228
Les lettres qui s'écrivent et ne se prononcent pas, mais qui se retrouvent
dans des termes dérivés ..................................................  228
PRONONCIATIONS PARTICULIÈRES
ALPHABET
CONCLUSION
ANNEXES
Exercices de reconnaissance et d'orientation des formes ........ 235
Exercices graphiques de préparation à l'écriture ...................  247
Modèles des lettres et graphèmes........................................ 249

(Volume du maître et volume de l’élève) :

Fransya, 33 rue de la Mariette, 72000 Le Mans – 02 43 84 55 06 – fransya@libertysurf.fr


Ghislaine Wettstein-Badour sur le blog :

- G. Wettstein-Badour : Parcours et publications

- G. Wettstein-Badour : Cerveau et Lecture

- Enseignement et liberté : Dossier méthode de lecture

- Dossier Méthodes de lecture Ghislaine Wettstein-Badour

- Les ouvrages de Wettstein-Badour pour le français









Commentaires Amazon.fr sur Bien Lire, bien écrire (la méthode alphabétique et plurisensorielle Fransya :

Du logique, rien que du logique, par Veilleur
J'avais pris contact avec le Dr Westtein-Badour avant que ce livre ne soit publié et j'avais reçu deux forts volumes photocopiés : le manuel de l'élève et celui du maître.

De prime abord, cette méthode peut sembler très austère puisque non seulement c'est du syllabique pur sucre, mais encore aucune illustration ne vient perturber la reconnaissance des lettres. Cela étant, les enfants accrochent, et accrochent bien, sans aucun effort particulier.

Mon fils m'avait même dit, alors que j'employais cette méthode en complément de celle utilisée à l'école (CP), que celle-ci lui semblait plus facile. La progression est remarquablement bien faite et peut très aisément servir à "reprendre" des élèves (même en fin de primaire ou début collège) qui se sentent perdus ou en difficulté face aux pièges de la langue française (Dieu sait si les chausse-trappes y sont fréquents).

Alors, bien entendu, il y a de la préparation à chaque leçon, en particulier dans la mise au point des approches pluri-sensorielles (lettres sur papier émeri, lettres collées sur des petits cartons). Le résultat vaut largement ce petit effort.

Pour ma part, je trouve cette méthode bien plus moderne et constructive que la traditionnelle Méthode Boscher. Il lui manque juste d'être un peu plus connue.

Une méthode solide, par Bookworm "Bookworm"
Loin des récupérations politiques des arguments présentés, j'ai moi-même utilisé cette méthode dans sa forme première (des photocopies reliées et distribuées par l'auteur). Ma fille n'avait pas de problèmes particuliers, mais désirait simplement lire à l'âge de cinq ans. Elle suivait à l'école (en Suisse) la méthode ludique des Alphas, qui est aussi une méthode plurisensorielle. Le gros avantage de Fransya, c'est sa rigueur et son aspect très systématique et progressif. Si vous suivez l'ordre d'enseignement des textes, pas de lacunes possibles. Il n'y a ni illustrations, ni couleurs, pour ne pas troubler la lecture de l'enfant. La lecture est présentée comme un travail, dont l'enfant doit être fier, avec des ancrages très solides et rassurants. Mais attention, n'utilisez cette méthode que si vous êtes prêts à travailler avec l'enfant, car vous allez devoir refaire un peu l'école à l'ancienne (si j'ose dire). De plus, mettre en place le matériel demande aussi du temps. Je pense que cette méthode peut être particulièrement utile pour un enfant qui ne parvient pas à commencer à lire, ou qui a tendance à tout mélanger.

karakara dit:
Après huit méthodes d'apprentissage de la lecture, voici enfin un outil sérieux, digne de nos enfants... même handicapés mentaux ! Ces enfants qui sont souvent très "affectifs, visuels" n'ont aucune image dans cette méthode ce qui permet d'avoir une concentration maximale et du résultat. L'mplication des parents dans de telles conditions est un vrai plaisir, car la réussite de l'enfant donne du bonheur.
Et pour l'avenir, un enfant handicapé qui sait lire et écrire, a des opportunités d'insertion professionnelle, sociale, et une relation familiale affermie par les lettres.
Bravo Mmes Badour ! Chapeau bas !

Si vous êtes angoissés parce que vous constatez que l'école pratique la méthode globale, il vous faut absolument ce livre afin d'aider votre enfant. Un conseil de parents avisés: ne le dites jamais à la maîtresse que vous allez utiliser une autre méthode à la maison parce que sinon vous entrez dans une guerre totale contre la maîtresse et l'éducation nationale, vous savez le mammouth.

Etrigane dit: perso la maitresse de ma fille utilise cette méthode!!! comme quoi... le mammouth n'est peut-être pas là où on le croit !


Non je confirme que le mammouth est bien là où il est car avec cette maitresse, et ses collègues, nous n'avons jamais pu parler normalement du programme et des méthodes. Nous avons à faire à des robots qui récitent un argumentaire préfabriqué, qui ne reconnaissent aucun échec possible alors qu'il y en a, qui n'acceptent aucune remarque et qui plus est, se plaignent de leurs conditions de travail, ce que je comprends parfaitement, mais qui n'ont jamais fait grève pour les défendre. Ils n'ont pas le monopole, ni la science infuse et nous savons tous ce que cette méthode globale est catastrophique pour la construction des enfants. Des docteurs le disent et le prouvent. Alors si cette maitresse utilise la méthode, vous pouvez dire que vous avez de la chance mais vous êtes une exception.


Intéressant et complet, par Jacinthe Beaudin
Cette méthode de lecture et d'écriture est très complète ! Tout y est tellement bien détaillé, il est simple d'appliquer cette méthode pour accompagner l'apprenant dans cette merveilleuse découverte de la lecture et de l'écriture. Il y a des exercices de préparation afin de développer des habiletés essentielles. Ensuite, chaque lettre est bien expliqué et l'apprentissage se fait en suivant un rythme important. Les connaissances se construisent sur une fondation solide. Je recommande la méthode Fransya ! C'est tout simplement génial !


 

Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...