10 octobre 2012

L'addition - Chapitre 3 de Histoire de deux petits marchands de pommes de Jean Macé.


CHAPITRE III
L'ADDITION

Mon petit Ramasse-Tout, dit Pinchinette après avoir un peu réfléchi quand l’enfant eut achevé son histoire, tu veux que je te fasse un seul nombre avec tous ceux dont tu m’as parlé. Rassure-toi : c’est la chose du monde la plus simple.  .
Voyons d’abord ce qui reste de notre nombre d’hier, et prends le charbon pour écrire sur le plancher :
Un panier de moins sur les cinq, cela les remet à quatre. Écris ….
4
Les sept boîtes, diminuées de deux, ne sont plus que cinq. Écris ...
5
On n’a pas touché aux trois sacs. Écris ………………………….
3
Les six pommes n’ont pas bougé non plus. Écris………………..
6

Tu as donc d’abord : 4.536.
Où est maintenant ta récolte?
Huit boîtes et sept sacs étaient pêle-mêle dans un coin. On les plaça bien en ordre au-dessous de la grande provision, les boîtes sous les boîtes, les sacs sous les sacs, et Ramasse-Tout écrivit : 87.
— Eh bien ! qu’est-ce que tu fais là ? Et le rang des unités ! tu l’oublies.
— Mais il n’y en a pas.
— Et à quoi sert donc notre zéro?
— Tiens! c’est vrai.
Il ajouta un zéro, et cela lit : 870.
— Voilà qui est bien. Allez me chercher ensemble les tas de Partageur l’un après l’autre, et noua les alignerons de la même manière.
Le premier contenait trois boîtes, huit sacs et neuf pommes.
On écrivit : 389.
Le second contenait deux boîtes, quatre sacs et huit pommes.
On écrivit : 248.
Le troisième contenait une boîte, trois sacs et sept pommes.
On écrivit : 187.
Le quatrième contenait quatre boîtes, deux sacs et six pommes.
On écrivit : 426.
Pinchinette, se plaçant alors avec Ramasse-Tout entre les chiffres et les files de pommes
Suis-moi bien attentivement, dit-elle, et tout ce que tu me verras faire avec les pommes, fais-le avec les chiffres.
Elle prit une planche qu’elle mit en travers au-dessous des pommes pour séparer des nombres déjà faits celui qu’elle voulait faire et le garçon fit une barre au-dessous de 420, pour l’imiter.

— Maintenant, comptons les pommes, dit Pinchinette.
Six et neuf, quinze; et huit, vingt-trois; et sept, trente; et six, trente-six.
— Trente-six pommes ! Passe-moi trois sacs, j’ai de quoi les remplir.
Elle remplit les trois sacs, et mit derrière la planche les six pommes qui restaient.
Ramasse-Tout écrivit 6 au-dessous de ses unités.
— Cela nous fait trois sacs de plus. Comptons-les avec les autres.
Trois et trois, six; et sept, treize; et huit, vingt et un ; et quatre, vingt-cinq; et trois, vingt-huit; et deux, trente.
Bon ! nous voilà en état de remplir juste trois boîtes, et nous n’aurons plus de sacs.
Elle remplit les trois boîtes, et comme elle n’avait rien à mettre derrière la planche, Ramasse-Tout écrivit : 0 au-dessous de ses dizaines.
— Passons aux boîtes. En voici déjà trois qui nous viennent des sacs.
Trois et cinq, huit ; et huit, seize; et trois, dix-neuf; et deux, vingt et un; et un, vingt‑deux; et quatre, vingt-six.
Les vingt boîtes s’en allèrent dans deux paniers, et elle mit derrière la planche les six qui lui restaient.
Ramasse-Tout écrivit : 6 au-dessous de ses centaines.
Deux paniers et quatre paniers, cela fait six paniers.
Écris vite un 6 au rang des mille, mon petit Ramasse-Tout, et viens m’aider à porter les paniers de l’autre côté de la planche.
Qu’avons-nous maintenant?
Six paniers, six boîtes, pas de sacs et six pommes.
Voyons ton nombre?
6.606. C’est juste l’affaire. Voilà une opération faite, et tu vois que ce n’est pas bien malin.
— Comment faudra-t-il appeler cette opération-là?
— Nous l’appellerons l’ADDITION, et désormais, quand tu voudras réunir ensemble des nombres pour en faire un seul, tu pourras dire que tu les additionnes.
— Et le grand nombre que j’aurai à la fin, comment le nommer?
— Son nom sera le total, puisqu’il contient tous les autres.

 
Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...