19 juillet 2011

E.D. Hirsch Jr : le croisé inattendu

À la consternation de ses critiques des facultés de sciences de l’éducation, le mouvement de Core Knowledge a bien pris à travers le pays. Les parents et les enseignants l’ont adopté avec enthousiasme, comme les fondateurs de beaucoup d’écoles à charte. Aujourd’hui, environ 750 écoles de Core Knowledge et affiliées fonctionnent dans 47 États, et la fondation estime que plus de 1,2 million d’élèves ont utilisé des parties de son cursus.


Dans la pratique, le programme fondamental est riche, ethniquement diversifié et stimulant – avec un très lointain rapport avec la parodie du cliché sur les “écrivains sexistes, européens et morts”. Les CP étudient l’Égypte ancienne et le Mexique moderne ; les CE1 apprennent la vie de César Chavez (syndicaliste paysan de Californie, de parents fermiers d’origine mexicaine, disparu en 1993), l’Inde ancienne et les Amérindiens, et ainsi de suite. Des évaluations indépendantes des écoles de Core Knowledge par les Instituts américains pour la Recherche et d’autres organisations ont montré la preuve prometteuse d’effets positifs sur la réussite des élèves et aucun effet d’abrutissement dû au “drill-and-kill » (l’exercice c’est tuant), effet que les pédagogues progressivistes avertis étaient sûrs de voir se produire avec la création d’un programme revenant aux choses fondamentales. Les parents, pendant ce temps, ont voté avec leurs pieds, créant de longues listes d’attente dans beaucoup d’écoles Core Knowledge. Dans une école de Fort Collins, au Colorado, certains parents ont même cherché à inscrire leurs enfants non encore nés.


Étant donné son développement d’un programme fondamental populaire, ce n’est pas une surprise si Hirsch a été mis aujourd’hui au premier rang du mouvement pour les normes qui a provoqué le vote en 2001 de la loi No Child Left Behind (Aucun enfant n’est abandonné). Dans son livre de 1996, The Schools We Need and Why We Don’t Have Them (Les écoles dont nous avons besoin et pourquoi nous ne les avons pas), Hirsch a fourni les fondations intellectuelles pour exiger des tests à l’échelle du pays en lecture, en maths, en science et en histoire aux différents niveaux scolaires. Il a gagné l’admiration à la fois de George W. Bush et de la Fédération américaine des enseignants – ce qui n’est pas un mince exploit. Et comme le New York Times Book Review le rapportait en novembre 2002, même beaucoup d’écoles progressivistes sont revenues maintenant à l’enseignement des classiques. 

« Le débat ronronne dans les facultés de sciences de l’éducation, » rapporte le Times, mais « dehors dans le monde, la guerre a été gagnée. » Sans le cran, la persévérance et la puissance de feu intellectuelle d’E.D. Hirsch Jr, cette guerre pourrait bien avoir été perdue.


Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...