11 novembre 2012

"Mémorisation par coeur de simples faits" (Antipoison pédagogique)



   La phrase « mémorisation par cœur de simples faits » est peut-être la plus vigoureuse dénonciation de l’enseignement traditionnel qu’on puisse trouver dans l’arsenal des progressistes. La phrase décrit une activité qui aggrave une pédagogie mortelle (càd la mémorisation par cœur) par un contenu mortel (càd de simples faits). 
  Dans le progressisme romantique, les faits sont morts mais l’expérience vécue la main à la pâte est vivante ; les faits sont inertes et déconnectés tandis que le sens est vital et intégré.
   William Wordsworth, romantique du xixe siècle, a dit un jour que « nous dépérissons à nous plonger » dans des faits « déconnectés, morts et sans énergie » et il nous encourageait à voir les faits de manière imaginative. 
   Pour ses successeurs américains, de simples faits sont toujours déconnectés, morts et sans énergie. Leur « simplicité » implique leur déconnection et leur artificialité intrinsèques. Aussitôt qu’une « compréhension » réelle se produit toutefois, les simples faits sont transcendés. 

   Il y a quelque vérité à cette conception comme il y en a d’habitude dans les points de vue qu’on a depuis longtemps et largement maintenus. 
   La compréhension veut dire relier des faits ; les faits isolés n’ont pas de sens. 
   Là où l’accusation romantique et progressiste contre les faits tombe à plat, c’est dans l’idée exagérée que les faits qui ne sont pas directement et immédiatement reliés à notre propre vie sont intrinsèquement fragmentés et morts. 
   Cette accusation globale n’est autre qu’une distorsion anti-verbale et anti-intellectuelle. 
   Les faits sont absolument nécessaires à la compréhension. 
   Que les faits soient morts et fragmentés dépend des enseignants et des élèves, non des faits eux-mêmes dont on a besoin non seulement pour la compréhension mais qui sont parfois immensément vitaux et intéressants en eux-mêmes.



(article original : "mere facts")



Conception formaliste-utilitaire de l’enseignement
Développementalisme romantique
Antipathie au contenu disciplinaire
Antipathie envers la notation et le classement  
Pédagogie naturaliste
Ce document est la traduction du Guide critique des termes et des expressions en éducation qui est en annexe du livre The Schools We Need and Why We Don't Have Them de E. D. Hirsch. Texte en anglais : Critical Guide to Educational Terms and Phrases.
La traduction française est de Pierre Lariba [lariba@wanadoo.fr].
Un abrégé de ce texte, écrit par la Texas Education Consumers Association pour son site Web se trouve sur le site de l'association NYC HOLD, Honest Open Logical Decisions on Mathematics Education Reform.
Publication sur le site de Michel Delord : http://michel.delord.free.fr/hirsch-terminology-fr.pdf


Pour revenir à l'index des mots, cliquez sur l'image :
Antipoison pédagogique
La terminologie scolaire que tout parent doit comprendre
Ce document est la traduction du Guide critique des termes et des expressions en éducation qui est en annexe du livre The Schools We Need and Why We Don't Have Them de E. D. Hirsch
La traduction française est de Pierre Lariba [lariba@wanadoo.fr].
Un abrégé de ce texte, écrit par la Texas Education Consumers Association pour son site Web se trouve sur le site de l'association NYC H0LD, Honest 0pen Logical Decisions on Mathematics Education Reform.

------------------------------------------ 
 

This was an excerpt from E. D. Hirsch Jr :
The Schools We Need and Why We Don't Have Them.

Text in american (original version) :  
Critical Guide to Educational Terms and Phrases.


Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...