23 décembre 2012

Ecrire, analyser au CE1 (Muriel Strupiechonski, GRIP)


Un manuel d'étude de la langue (grammaire, orthographe grammatical, conjugaison, orthographe d'usage) progressif, cohérent et exigeant.  

Muriel Strupiechonski - Didier Glad
Livre de l'élève - 208 pages - Format 17 x 26

Documents mis à disposition : 
Leçons du livre Écrire Analyser CE1:
Grammaire :
Orthographe grammaticale :
Conjugaison :
Orthographe d'usage :
Textes (entiers) d'introduction des leçons de grammaire de la page 10 à 21 >>>
Textes (entiers) d'introduction des leçons de grammaire de la page 24 à 62 >>>
Informations non contractuelles susceptibles de subir des modifications

Prix unitaire: 13 € 80
 Commander en ligne >>>

Catalogue 2012-2013 à lire >>>


AVANT-PROPOS


À son entrée à l'école primaire, l'enfant emploie spontanément la plupart des formes et structures grammaticales de sa langue maternelle. Dans les classes élémentaires, il apprend progressivement à reconnaître, à connaître et à utiliser les règles élémentaires de la construction des phrases et à écrire correctement. Ainsi s'approprie-t-il sa langue.

En grande section de maternelle et au CP, le temps scolaire est en partie consacré à des exercices oraux réguliers de distinction, de classement et de comparaison préparatoires à l'écriture-­lecture. (voir ici).

Au CE1, la leçon de grammaire a pour ambition de permettre à l'élève, de plus en plus capable d'écrire, d'identifier le verbe, son sujet, de reconnaître son complément, de distinguer l'article, l'adjectif et le nom, de différencier nature et fonction des mots, de maîtriser les premières conjugaisons, de commencer à assimiler les règles de l'orthographe grammaticale et de l'orthographe d'usage.

Introduite progressivement depuis le CP, la nomenclature n'est pas un but en elle-même mais une aide, avec l'analogie, pour classer et définir les rapports essentiels entre les différents éléments constitutifs de la phrase. Adaptée aux élèves des classes élémentaires, elle s'en tient aux catégories les plus simples. Pour cette raison, et conformément à l'usage, on préfère le terme d'article à celui, confus, de déterminant.

Cette démarche offre le double avantage d'alléger le travail de mémoire et de fortifier l'intelligence en tant que cette dernière permet à la fois de lier ce qui se ressemble sous certains rapports et de délier ce qui se distingue sous d'autres rapports.

Au regard de la méthode, cet ouvrage, construit selon des progressions conformes aux programmes du GRIP (Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur les Programmes) et mises à l'épreuve dans les classes SLECC, invite à suivre, pour chaque leçon, une démarche inductive : «L'exemple doit précéder la règle que l'enfant est appelé à découvrir lui-même et non venir la confirmer, l'illustrer en quelque sorte, après qu'elle a été énoncée comme un axiome. »
« Comment faire une leçon de grammaire », Madame Troufleau, Revue pédagogique, 1904, tome. I, p. 223. 

Chaque leçon commence par l'observation, toujours conduite par le maître, d'un fait de la langue écrite dégagé de préférence d'un texte d'auteur : la différence qualitative entre langage oral et langage écrit doit toujours être clairement marquée. L'énoncé de la règle vient ensuite, suivi d'exercices oraux puis écrits, aussi répétés et variés qu'il est nécessaire à la compréhension de la leçon. Le travail d'analyse, charnière entre enseignement grammatical et expression, est conduit pas à pas et constitue l'aboutissement de cette démarche : « Toute l'étude de la grammaire doit mener à l'ana et c'est par l'analyse que l'étude des formes et des fonctions prend son sens. Car il s'agit, en définitive, de comprendre les phrases et de les construire. C'est par l'analyse que se fait la liaison entre l'enseignement grammatical, qui est préparatoire, et la lecture et l'expression, qui sont les véritables buts de l'étude de la langue. Lire et écrire correctement et avec précision suppose toujours une analyse plus ou moins consciente. » (J. Leif, R. Dezaly, Pédagogie spéciale, Delagrave, 1959).

Articulé en quatre parties : grammaire, orthographe grammaticale, conjugaison, orthographe lexicale, ce manuel permet à chaque professeur des écoles, en fonction de sa classe, de programmer, de manière souple mais structurée, trente semaines d'enseignement de la langue française. 

LES AUTEURS






PROPOSITION DE PROGRESSION

Quand l'approche de l'écriture-lecture a été entreprise dès la grande section, les élèves entrant au CE1 ont acquis les correspondances régulières entre lettres et sons. De nombreux exercices d'analyse intuitive les ont aussi conduits à repérer un certain nombre d'accords, de désinences nominales et verbales. La progression proposée prend en compte tous ces acquis. Le travail est toutefois accessible à des élèves les maîtrisant mal - l'expérience le prouve - au prix de quelques aménagements.

Quelques notions, ne figurant pas dans les programmes du GRIP mais présentes dans les programmes 2008, ont été retenues par les auteurs du manuel dans la mesure où elles ne dérogent pas aux principes généraux énoncés dans l'avant-propos. Ainsi l'étude de verbes du troisième groupe en fin d'année scolaire ne perturbe pas la progressivité de l'apprentissage des formes régulières. Celle du cas particulier de l'adverbe « adjoint du verbe » donne corps à l'idée abstraite de « mots invariables » sans surcharger outre mesure la nomenclature. La répartition sur 30 semaines, pour une année scolaire de 36 semaines, permet, outre le temps imparti aux contrôles et aux révisions, d'opter pour un rythme moins soutenu que celui proposé, notamment en début d'année.

Ce livre n'est pas construit comme un « livre unique » de français : la lecture et la rédaction, véritables buts de toute étude de la langue, n'y sont pas intégrées. Mais, grâce au choix de textes d'introduction riches et variés, l'enseignant y trouvera la possibilité de relier l'étude systématique de la grammaire et de l'orthographe à d'autres domaines : littérature, poésie, expression orale, leçons de choses... la rigueur de la progressivité proposée autorise la libre adaptation pédagogique de ses développements.

La cohérence et la justesse de la pensée nécessitent une bonne maîtrise de la syntaxe et des mots précis : la grammaire et le vocabulaire sont les deux grandes composantes de l'étude de la langue. La première s'adresse à l'intelligence conceptuelle, la seconde à la mémoire. Ces domaines ne sont pas limités par une frontière rigide mais leur enseignement demande un équilibre et des allers-retours constants entre les deux.

La partie « grammaire » constitue la colonne vertébrale de la progression, c'est elle dont dépend la cohérence du manuel et, mise à part la leçon sur l'adverbe, il est déconseillé d'en modifier l'ordre.

S'il est peu probable, comme l'ont imaginé certains, de développer le vocabulaire par des « leçons de mots » isolées de tout autre contenu d'apprentissage (lecture, calcul, géométrie, sciences, géographie, histoire, travail manuel...) il est nécessaire de répertorier et de mémoriser les régularités orthographiques qui permettront à l'enfant de trouver des repères dans le vaste univers des mots. C'est le but de la partie « orthographe d'usage » qui ne se réduit pas à un simple catalogue de règles et d'exceptions mais qui propose de véritables leçons d'observation dirigée de la langue. Cette rubrique, reprise en grande partie au CE2 (voire au CM), pourra être l'objet d'allègements.

« Orthographe grammaticale » et « conjugaison » sont deux domaines intermédiaires dans lesquels sont mobilisées à la fois la mémoire des formes écrites et l'intelligence des rapports entre les mots. Les accords et les conjugaisons régulières relèvent de la grammaire, mais dès qu'on entre dans le domaine des irrégularités on se trouve confronté à des questions de vocabulaire. Au CE1, l'accent sera mis sur la régularité du système.

La répartition en quatre leçons hebdomadaires tient compte de l'équilibre et des interactions nécessaires entre ces formes de travail. Elle ne constitue pas une grille rigide et immuable mais nous conseillons à ceux qui souhaitent la modifier de tenir compte de ces considérations.

Semaine sans orthographe grammaticale


LUNDI
MARDI
JEUDI
VENDREDI
45 min
Grammaire
(leçon)
Grammaire
(exercices)
Conjugaison
(leçon)
Conjugaison
(exercices)
20 min
Orthographe
usage
(leçon 1)
Orthographe
usage
(exercices 1)
Orthographe
usage
(leçon 2)
Orthographe
usage
(exercices 2)

Semaine avec orthographe grammaticale


LUNDI
MARDI
JEUDI
VENDREDI
45 min
Grammaire
(leçon)
Grammaire
(exercices)
Conjugaison
(leçon)
Conjugaison
(exercices)
20 min
Orthographe
usage
(leçon)
Orthographe
grammaticale
1  (leçon)
Orthographe
usage
(exercices)
Orthographe
grammaticale
(exercices)


nouvelle couverture du manuel




Illustrations de Bourriquet :
source : http://www.neoprofs.org/t55086p100-projet-slecc-nouvelle-formule



Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...