27 février 2018

Décapitations : l’histoire sanglante de l’islam, de Mahomet à aujourd’hui

Résultat de recherche d'images pour "décapitation"

A cause de l’immigration de millions de musulmans dans nos pays occidentaux, les mœurs barbares de l’islam arrivent chez nous, avec leur cortège d’égorgements et de décapitations.
De tels crimes se multiplient dans tous les pays occidentaux, et continueront à se multiplier tant que le nombre de musulmans s’accroîtra dans nos pays.
Répétons-le clairement et sans circonlocutions : les égorgements et décapitations continueront dans nos pays tant qu’y demeureront des musulmans désirant appliquer leur religion.
Il n’y a qu’une solution : expulser l’islam hors de l’Occident !

670 millions de morts : l’islam est la religion du génocide

Plus de 670 millions de non-musulmans ont été massacrés depuis la naissance de l’Islam. Les chiffres continuent d’augmenter tout le temps– le dernier en titre étant la Syrie, avec un nombre estimé entre 400 000 et 480 000 morts, tandis que d’autres massacres oubliés de l’histoire ne cessent d’être ajoutés.

24 février 2018

Similitudes entre Mein Kampf et le Coran

Similitudes entre Mein Kampf et le Coran

musulmans faisant le salut nazi

« [Mein Kampf] le livre qui, répandu en Allemagne à plus d'un million d'exemplaires, a eu sur l'orientation soudaine de tout un peuple une influence telle, qu'il faut, pour en trouver l'analogie, remonter au Coran. »

(Extrait de l'Avertissement dans l'édition française de Mein Kampf publiée avant la seconde guerre mondiale.)

L'Islam, le Coran et Mahomet en 20 questions-réponses

Résultat de recherche d'images pour "attentat world trade center"
Attentats du World Trade Center (11 septembre 2001) qui a fait en deux heures plus de morts que  l'Inquisition (2000-3000 morts) en 350 ans.
Depuis ce jour, 32600 attentats recensés ont été commis dans le monde au cri d'Allah Akbar.

1. Le coran est-il d'origine « divine » ?


Une lecture attentive de ce livre démontre qu'il est d'origine purement humaine. Il regroupe les prétendues « révélations » de Mahomet « arrangées » par ses successeurs et notamment par le calife Othman. 


Bien loin d'être un « livre saint », le coran est l'un des livres les plus malsains qui aient été rédigés depuis l'invention de l'écriture par les Phéniciens. Il est comparable au « Mein Kampf » d'Adolf Hitler sur de nombreux points mais bien plus dangereux. 



2. Mahomet était-il un « saint homme » ?

23 février 2018

Appel au massacre des non-musulmans : il faut interdire le Coran !

Les versets 89 ET 90 de la sourate 4 des femmes, An-Nissa, suffiraient pour déclarer l’islam comme un danger mortel pour l’humanité au titre de l’article 7 du Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale dans ses articles 6 et 7 sur le génocide et sur les crimes contre l’humanité.
En effet, lesdits versets sont de véritables commandements de tuer tous ceux qui sont différents de soi et qui refusent de se soumettre à la loi de l’islam. Compte tenu de l’immuabilité et de l’intemporalité des textes coraniques, il n’y a pas lieu de les contextualiser. Ils sont toujours de mise, autrement les doctes de l’islam les auraient déclarés obsolètes et caduques.

Le mariage d'enfants est un ''crime odieux '' par Nada Al Ahdal

En islam, le mariage forcé est monnaie courante. Beaucoup de jeunes filles, certaines même pas pubères, se retrouvent mariées du jour au lendemain avec un homme de 20, 30, 40, 50 ans et plus !!! choisi par leurs parents pour son argent, sa situation, son importance, sa réputation. Ces jeunes filles sont échangées comme des brebis et après avoir vécu sous l'autorité du père de famille, elles devront vivre sous l'autorité du mari et lui obéir au doigt et à l’œil sous peine d'être frappée jusqu'à ce qu'elles cessent. Le viol conjugal est un terme qui ne veut rien dire, car à partir du moment où la femme est mariée, elle doit se plier à tous les désirs sexuels de son mari sous peine d'être battue.


L’adolescente yéménite Nada Al-Ahdal, qui a fui son domicile pour éviter un mariage arrangé à l’âge de 11 ans et a créé un institut pour la protection des droits des enfants, a déclaré que l’institut traitait d’une myriade de questions, notamment du recrutement d’enfants soldats, du mariage précoce et du travail des mineurs.

21 février 2018

Ex-musulmane : Je ne respecte pas l'Islam



Mona Walter est venue en Suède de la Somalie en tant que réfugiée de guerre. Elle avait 19 ans. Elle était heureuse de rejoindre une nation européenne moderne avec pour les femmes des droits égaux à ceux des hommes. Comme toute jeune femme musulmane qui arrive en Suède, elle fréquente sa communauté et se rend fréquemment à la mosquée. Aujourd’hui, elle livre une véritable introduction à l’islam…

Réfuter les arguments des musulmans : La croissance rapide de l'Islam (David Wood)

Selon des études scientifiques, l'Islam est la religion qui grandit le plus vite au monde. De nombreux musulmans utilisent ces études pour affirmer que l'Islam est forcément la vérité en raison de sa croissance rapide. Mais la croissance d'un mouvement, d'une religion, ou d'une idéologie prouve-t-elle que cela vient de Dieu ? Al Fadi et David Wood débattent de ce sujet.

20 février 2018

Mahomet (Muhammad), le modèle parfait de l'islam !


Mahomet est le modèle parfait pour le musulman, l'exemple à suivre. 
- Est-ce qu'il a violé des enfants ? Oui. Aïcha à l'âge de 9 ans. - Est-ce qu'il a violé des morts ? Oui. Muhammed couche dans sa tombe avec le cadavre de sa mère adoptive. (Voilà pourquoi, dans certains pays musulmans, il est autorisé de faire l'amour à sa femme dans les six heures après sa mort).
- A-t-il violé les femmes et les filles d'autrui ? Oui. Suphiya Bint Huyyay. Muhammed l'a violée le même jour qu'il a assassiné son père Huyyay Ibn Akhtab et son mari et toute sa tribu dans la bataille de Khyber.
- Avait-il des esclaves ? Oui. Le Coran même légalise la propriété des esclaves. Les esclaves sont appelés au Coran comme ceux que votre main droite possède.

Tidiane N'Diaye - Le Génocide Voilé ou La Traite Négrière Arabo-Musulmane.

Résultat de recherche d'images pour "esclaves noirs"

Cette étude éclaire un drame passé à peu près inaperçu : la traite des Noirs d’Afrique par le monde arabo-musulman. Cette traite a concerné dix-sept millions de victimes tuées, castrées ou asservies, pendant plus de treize siècles sans interruption. Les razziés étaient contraints de traverser le désert à pied pour rejoindre le Maghreb, l’Égypte ou la péninsule Arabique via Zanzibar, par bateaux… 

18 février 2018

L'islam est la religion du djihad


D'où vient la chahada, la profession de foi par la récitation de laquelle on devient musulman ? D'un hadith sahih de Bukhari qui reprend Coran 9, 29 : "Il m'a été ordonné de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils déclarent qu'il n'y a d'autres divinités qu'Allah et que Muhammad est Son Messager, qu'ils accomplissent la prière et s'acquittent de la Zakât (aumône obligatoire). S'ils s'y conforment, ils préserveront de moi leur vie et leurs biens, sauf infraction punie par l'Islam. Il appartient ensuite à Dieu de les juger." Les versets pacifiques sont abrogés (invalidés et remplacés) par les plus récents. Ainsi la sourate 9, l'avant-dernière abroge toutes les précédentes sur les rapports entre musulmans et non-musulmans. Coran 9, 5 :Les mois sacrés expirés, tuez les idolâtres partout on vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les et guettez-les à toute embuscade ; mais s’ils se convertissent, s’ils observent la prière, s’ils font l’aumône, alors laissez-les tranquilles, car Dieu est indulgent et miséricordieux. Coran 9, 29 : Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son apôtre ont défendu, et à ceux d’entre les hommes des Écritures qui ne professent pas la croyance de la vérité. Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribut, tous sans exception, et qu’ils soient humiliés. Coran 9, 36 : Le nombre des mois est de douze devant Dieu[13], tel il est dans le livre de Dieu, depuis le jour ou il créa les cieux et la terre. Quatre de ces mois sont sacrés ; c’est la croyance constante. Pendant ces mois, n’agissez point avec iniquité envers vous-mêmes, mais combattez les idolâtres dans tous les mois, de même qu’ils vous combattent dans tous les temps, et sachez que Dieu est avec ceux qui le craignent. Coran 9, 41 : Chargés ou légers, marchez et combattez dans le sentier de Dieu, avec vos biens et vos personnes. Cela vous sera plus avantageux, si vous le comprenez. Coran 9, 73 : O prophète ! Combats les hypocrites et les infidèles, traite-les avec rigueur. La géhenne est leur demeure. Quel détestable séjour ! Coran 9, 111 : Dieu a acheté aux croyants leurs biens et leurs personnes pour leur donner le paradis en retour ; ils combattront dans le sentier de Dieu, ils tueront et seront tués. La promesse de Dieu est vraie : il l’a faite dans le Pentateuque, dans l’Évangile, dans le Koran ; et qui est plus fidèle à son alliance que Dieu ? Réjouissez-vous du pacte que vous avez contracté ; c’est un bonheur immense. Hadith sahih de Bukhari : Mohammed a dit : "J'ai vaincu par la terreur." http://lislampourlesnuls.blogspot.com/2017/07/mohammed-jai-vaincu-par-la-terreur.html L'islam commande le djihad et le terrorisme. Plus de djihad, plus d'esclavage, plus de conversion forcée, plus de chahada, plus d'islam. C'est aussi simple que ça. Alors faut assumer d'avoir une religion d'assassins ou alors faut apostasier ! Mais arrêtez les bobards de merde et la victimisation à deux balles !


Comment peut-on tuer au nom de Dieu ?

Question logique, qui a un sens dans les sociétés bouddhistes, juives, hindouistes, chrétiennes, bref non musulmanes ; mais qui s’avèrera incongrue et stupide dans celles qui sont fortement imprégnées de culture islamique.
Au VIIIe siècle, une secte musulmane, les moutazilites itazala, (se mettre à l’écart), fondée par Wâsil ibn ‘Atâ (698-750) et Amr ibn ‘Ubayd (mort en 762), considérait qu’on peut rester adepte du rationalisme tout en acceptant l’idée de l’existence du dieu unique. Ils développèrent l’idée selon laquelle le Coran est un livre créé et non « incréé » au même titre qu’Allah. Certains parmi eux jugeaient le texte coranique mal rédigé, vilipendaient la qualité de sa construction qu’ils trouvaient mal ficelée et critiquaient sa syntaxe. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils réfutaient la nature divine que bien des musulmans attribuent au message coranique. Pour les moutazilites, le mal dans le monde ne saurait être d’origine divine mais plutôt humaine. Par ce raisonnement, ils arrivèrent à établir que la haine, les massacres et les guerres recommandés par le Coran sont uniquement les volontés d’un être humain obsédé par un désir hégémonique, car l’image d’un dieu austère, rancunier et cruel (telle que présentée par le Coran) ne cadre pas avec le bon esprit et l’extrême magnanimité qui devraient caractériser l’Être Suprême. Ce mouvement rencontra un franc succès auprès des intellectuels de l’époque, mais fut, bien sûr, déclaré hérétique par l’islam classique.

Le négateur de l’islam est mécréant :

Contrairement aux livres sacrés des autres religions, le Coran est le seul qui incite et encourage la haine entre les hommes en prêchant le jihad et en exaltant au martyre. Le Coran raisonne essentiellement en terme dualiste : « amis » contre « ennemis », « fidèles » (musulmans) contre « infidèles » (non-musulmans). Il raisonne de façon constante par un antagonisme régulier entre celui qui est considéré comme « mécréant », parce que n’appartenant pas à l’islam, et le vrai « croyant », faisant partie de la « communauté des croyants », celle des musulmans, n’offrant alors qu’une seule solution aux non-musulmans : l’incroyance.
Le négateur de l’islam est « mécréant », qu’il soit athée, agnostique, polythéiste ou même qu’il appartienne à une autre religion monothéiste. Malgré les rares versets qui font allusion à l’amitié (certains exégèses y ont décelé une transcription des versets bibliques), les injonctions belliqueuses du Coran sont d’une telle virulence et d’un tel poids qu’elles ne laissent la place à aucune ambiguïté, de façon que sa lecture ne puisse qu’encourager certains croyants à ne conserver que le sens qui appelle au jihâd, ce « combat sacré » pour Allah, par les armes, en vue de l’expansion de l’empire musulman.
L’islam est la religion qui se présente tout d’abord comme celle du jihad. Sacralisation de la razzia bédouine, le jihad est cette monstrueuse entreprise guerrière visant, grâce au tranchant et sanglant sabre (sayf) de son prophète, la conquête des terres qui ne se trouvent pas encore soumises aux préceptes islamiques. Une horreur qui constitue le moteur de l’ahurissante diffusion de l’islam au fil des siècles et qui n’envisage s’achever qu’après la conquête finale conduisant à la soumission totale de toutes les terres du monde. Un hadith attribue ces paroles à Mahomet :
« Lorsque ma communauté s’emparera du sabre, elle ne le remettra dans son fourreau, qu’au Jour de la Résurrection ». [1].
La seule relation possible entre le « mécréant » et l’islam, c’est ce jihad, hormis l’inhumain et humiliant statut de dhimmi (« protégé », non-musulman) qui pourrait être accordé au non-musulman en terre d’islam.
La question du jihad est d’une telle importance qu’il est nécessaire de s’y attarder pour en mesurer les enjeux. Élément permanent et indéboulonnable du dogme islamique, sa justification repose sur un immense socle de références aux textes sacrés, de repères historiques et discours religieux enracinés dans l’idéologie musulmane et les consciences islamiques, qu’il convient de développer. L’écrivain et anthropologue musulman, Malek Chebel, reconnaissait dans les colonnes du quotidien français Le Monde, du 17 et 18 septembre 2006, que :
« L’islam a toujours fonctionné sur le trépied suivant : les « guerriers’’ qui se réclament du jihad, les « théologiens’’ [les ouléma] qui leur fournissent une légitimation sacrée, et les marchands qui financent ».
De nos jours, principalement l’Arabie Saoudite, grâce aux pétrodollars et aux sommes prodigieuses apportées et dépensées par les pèlerins. Et c’est presque essentiellement grâce au jihad que l’islam doit son extraordinaire et fulgurante expansion ;
« L’islam commande à tout homme adulte, dans la limite de sa validité physique, de se lancer à la conquête des peuples, avec pour but de faire obéir ses commandements partout. Ceux qui étudient la guerre sainte islamique comprendront pourquoi l’islam veut conquérir le monde » disait l’Ayatollah Khomeiny en 1942.

La “perfection du Coran” :

« …C’est un Livre dont les versets sont parfaits en style et en sens, et venu d’un Sage, d’un Parfaitement Connaisseur. N’adorez qu’Allah… » (Coran 11,1-2),
L’« infériorité du ‘’mécréant’’ » :
« Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez en Allah. » (Coran 3,110)
ont fait de cette exigence coranique une obligation sacrée de l’islam et l’un des thèmes centraux et récurrents de la théologie islamique. Les ouléma voient dans le jihad un commandement d’Allah qui, face aux non-musulmans, transcende toute restriction temporelle et toutes les barrières géographiques. Selon l’école malikite, l’une des quatre principales de l’islam sunnite,
« le Jihâd est une obligation d’institution divine. Son accomplissement par certains en dispense les autres. Pour nous, malékites, il est préférable de ne pas commencer les hostilités avec l’ennemi avant de l’avoir appelé à embrasser la religion d’Allah, à moins que l’ennemi ne prenne d’abord l’offensive. De deux choses l’une : ou bien ils se convertiront à l’islam, ou bien ils paieront la capitation (djizya), sinon, on leur fera la guerre. […] On doit combattre l’ennemi sans chercher à savoir si l’on combattra sous l’ordre d’un chef pieux ou dépravé » [2]
Ce sont bien les motivations coraniques issues des razzias et des premières expansions triomphantes de l’islam qui sont à l’origine des nombreux versets qui concernent ce
« combat dans la voie d’Allah ».
Ces versets, qui ont été « révélés » par Mahomet à différentes étapes de sa vie, font l’éloge et encouragent cette guerre dite « sainte » qui s’entremêle à la religion avec la curieuse promesse de la double récompense du butin de guerre et du paradis pour le combattant musulman.
Les versets se répartissent entre ceux qui recommandent le jihAd uniquement hors des quatre mois sacrés du calendrier musulman :
« Après que les mois sacrés se seront écoulés, tuez les polythéistes partout où vous les trouverez ; capturez-les, assiégez-les, dressez leurs des embuscades » (Coran 9,5)
et ceux qui exigent « ce combat sacré », pour le triomphe de l’islam, en tous temps et en tous lieux non islamiques.
« Légers ou lourds, lancez-vous au combat, et luttez avec vos biens et vos personnes dans le sentier d’Allah. Cela est meilleur pour vous, si vous saviez » (Coran 9,41).
Il ne s’agit donc pas d’un combat spirituel contre soi-même ni d’un combat à vocation défensive. Pour se démarquer des islamistes, certains musulmans « modernistes » ou « modérés » accordent une importance de premier plan à une dimension morale qu’ils attribuent au jihad et le définissent comme une guerre essentiellement spirituelle, cet « effort sur soi que le croyant musulman doit effectuer pour lutter contre ses désirs et ses manquements religieux » ; ils cherchent ainsi à nier ou, du moins, à considérablement minimiser son sens guerrier. À l’inverse des « fondamentalistes » et « intégristes » islamiques qui, sur la base du Coran et de la Sunna et en référence à la vie de leur prophète, accordent une place de premier choix à sa dimension guerrière. La différence entre ces deux jihads a été introduite au IXe siècle, avec la fin des premières vagues de conquêtes musulmanes. L’islam primitif, tel qu’enseigné par ses textes sacrés et donné en exemple par Mahomet, privilégie le jihad offensif et guerrier, « dans la voie d’Allah », à l’« effort sur soi » totalement ignoré au VIIe siècle, période de la naissance de l’islam. Et c’est d’abord ce jihad offensif et belliciste qui surgit spontanément à l’esprit du « croyant » lorsqu’il évoque ce terme au plus profond de son être.
D’ailleurs, dans le Coran, c’est bien le sens de la « guerre sainte » offensive qui prime. L’islamiste égyptien Sayyid Qutb écrivait :
« Le jihâd n’est pas une guerre défensive comme le disent certains parmi les musulmans, elle est offensive ».
C’est en fait un devoir religieux établi dans le Coran et la Sunna, une guerre qui doit être déclarée contre ceux qui ne croient pas à la mission de Mahomet.
« Il s’agit de la guerre sainte, institution divine » [3]
décrétée spécialement dans le but de faire avancer l’islam et d’éloigner le « diable » des musulmans.
C’est bel et bien d’opérations militaires cruelles pour des conversions forcées avec amassements de butins dont il s’agit.
« Combattez ceux qui ne croient pas en Allah… Et combattez les gens du Livre [juifs et chrétiens], qui n’acceptent pas la religion de la vérité, jusqu’à ce qu’ils acceptent de payer la capitation de leurs propres mains, après s’être humiliés. » (Coran 9,29) ;
Selon un hadith,
« Combattre dans le chemin d’Allah, matin et soir, vaut mieux que ce bas monde et ce qu’il contient ». [4]
C’est pour cela qu’en islam le mensonge takia est permis, afin de faire croire au non-musulman, ce qu’il veut, dans le but de le convertir ou de le rouler…, le viol, le vol ou les razzias, la guerre pour ne pas dire les agressions gratuites contre les non-musulmans sont intimement liés à la foi, des centaines de hadiths, de versets et de sourates prouvent ce que d’aucuns appelleront des élucubrations islamophobes.
Geneviève Harland


YT

L’ISLAM EST LA RELIGION DU JIHAD
*Le négateur de l’islam est mécréant* :
Contrairement aux livres sacrés des autres religions, le Coran est le seul qui incite et encourage la haine entre les hommes en prêchant le jihad et en exaltant au martyre. Le Coran raisonne essentiellement en terme dualiste : « amis » contre « ennemis », « fidèles » (musulmans) contre « infidèles » (non-musulmans). Il raisonne de façon constante par un antagonisme régulier entre celui qui est considéré comme « mécréant », parce que n’appartenant pas à l’islam, et le vrai « croyant », faisant partie de la « communauté des croyants », celle des musulmans, n’offrant alors qu’une seule solution aux non-musulmans : l’incroyance.

Le négateur de l’islam est « mécréant », qu’il soit athée, agnostique, polythéiste ou même qu’il appartienne à une autre religion monothéiste. Malgré les rares versets qui font allusion à l’amitié (certains exégèses y ont décelé une transcription des versets bibliques), les injonctions belliqueuses du Coran sont d’une telle virulence et d’un tel poids qu’elles ne laissent la place à aucune ambiguïté, de façon que sa lecture ne puisse qu’encourager certains croyants à ne conserver que le sens qui appelle au jihâd, ce « combat sacré » pour Allah, par les armes, en vue de l’expansion de l’empire musulman.

L’islam est la religion qui se présente tout d’abord comme celle du jihad. Sacralisation de la razzia bédouine, le jihad est cette monstrueuse entreprise guerrière visant, grâce au tranchant et sanglant sabre (sayf) de son prophète, la conquête des terres qui ne se trouvent pas encore soumises aux préceptes islamiques. Une horreur qui constitue le moteur de l’ahurissante diffusion de l’islam au fil des siècles et qui n’envisage s’achever qu’après la conquête finale conduisant à la soumission totale de toutes les terres du monde. Un hadith attribue ces paroles à Mahomet :

« Lorsque ma communauté s’emparera du sabre, elle ne le remettra dans son fourreau, qu’au Jour de la Résurrection ».

La seule relation possible entre le « mécréant » et l’islam, c’est ce jihad, hormis l’inhumain et humiliant statut de dhimmi (« protégé », non-musulman) qui pourrait être accordé au non-musulman en terre d’islam.

La question du jihad est d’une telle importance qu’il est nécessaire de s’y attarder pour en mesurer les enjeux. Élément permanent et indéboulonnable du dogme islamique, sa justification repose sur un immense socle de références aux textes sacrés, de repères historiques et discours religieux enracinés dans l’idéologie musulmane et les consciences islamiques, qu’il convient de développer. L’écrivain et anthropologue musulman, Malek Chebel, reconnaissait dans les colonnes du quotidien français Le Monde, du 17 et 18 septembre 2006, que :

« L’islam a toujours fonctionné sur le trépied suivant : les « guerriers’’ qui se réclament du jihad, les « théologiens’’ [les ouléma] qui leur fournissent une légitimation sacrée, et les marchands qui financent ».
De nos jours, principalement l’Arabie Saoudite, grâce aux pétrodollars et aux sommes prodigieuses apportées et dépensées par les pèlerins. Et c’est presque essentiellement grâce au jihad que l’islam doit son extraordinaire et fulgurante expansion ;


« L’islam commande à tout homme adulte, dans la limite de sa validité physique, de se lancer à la conquête des peuples, avec pour but de faire obéir ses commandements partout. Ceux qui étudient la guerre sainte islamique comprendront pourquoi l’islam veut conquérir le monde » disait l’Ayatollah Khomeiny en 1942.

--------------------
--------------------
L’ISLAM EST LA RELIGION DU JIHAD (suite) La “perfection du Coran” : « …C’est un Livre dont les versets sont parfaits en style et en sens, et venu d’un Sage, d’un Parfaitement Connaisseur. N’adorez qu’Allah… » (Coran 11,1-2), L’« infériorité du ‘’mécréant’’ » : « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez en Allah. » (Coran 3,110) ont fait de cette exigence coranique une obligation sacrée de l’islam et l’un des thèmes centraux et récurrents de la théologie islamique. Les ouléma voient dans le jihad un commandement d’Allah qui, face aux non-musulmans, transcende toute restriction temporelle et toutes les barrières géographiques. Selon l’école malikite, l’une des quatre principales de l’islam sunnite, « le Jihâd est une obligation d’institution divine. Son accomplissement par certains en dispense les autres. Pour nous, malékites, il est préférable de ne pas commencer les hostilités avec l’ennemi avant de l’avoir appelé à embrasser la religion d’Allah, à moins que l’ennemi ne prenne d’abord l’offensive. De deux choses l’une : ou bien ils se convertiront à l’islam, ou bien ils paieront la capitation (djizya), sinon, on leur fera la guerre. […] On doit combattre l’ennemi sans chercher à savoir si l’on combattra sous l’ordre d’un chef pieux ou dépravé » Ce sont bien les motivations coraniques issues des razzias et des premières expansions triomphantes de l’islam qui sont à l’origine des nombreux versets qui concernent ce « combat dans la voie d’Allah ». Ces versets, qui ont été « révélés » par Mahomet à différentes étapes de sa vie, font l’éloge et encouragent cette guerre dite « sainte » qui s’entremêle à la religion avec la curieuse promesse de la double récompense du butin de guerre et du paradis pour le combattant musulman. Les versets se répartissent entre ceux qui recommandent le jihad uniquement hors des quatre mois sacrés du calendrier musulman : « Après que les mois sacrés se seront écoulés, tuez les polythéistes partout où vous les trouverez ; capturez-les, assiégez-les, dressez leurs des embuscades » (Coran 9,5) et ceux qui exigent « ce combat sacré », pour le triomphe de l’islam, en tous temps et en tous lieux non islamiques. « Légers ou lourds, lancez-vous au combat, et luttez avec vos biens et vos personnes dans le sentier d’Allah. Cela est meilleur pour vous, si vous saviez » (Coran 9,41). Il ne s’agit donc pas d’un combat spirituel contre soi-même ni d’un combat à vocation défensive. Pour se démarquer des islamistes, certains musulmans « modernistes » ou « modérés » accordent une importance de premier plan à une dimension morale qu’ils attribuent au jihad et le définissent comme une guerre essentiellement spirituelle, cet « effort sur soi que le croyant musulman doit effectuer pour lutter contre ses désirs et ses manquements religieux » ; ils cherchent ainsi à nier ou, du moins, à considérablement minimiser son sens guerrier. À l’inverse des « fondamentalistes » et « intégristes » islamiques qui, sur la base du Coran et de la Sunna et en référence à la vie de leur prophète, accordent une place de premier choix à sa dimension guerrière. La différence entre ces deux jihads a été introduite au IXe siècle, avec la fin des premières vagues de conquêtes musulmanes. L’islam primitif, tel qu’enseigné par ses textes sacrés et donné en exemple par Mahomet, privilégie le jihad offensif et guerrier, « dans la voie d’Allah », à l’« effort sur soi » totalement ignoré au VIIe siècle, période de la naissance de l’islam. Et c’est d’abord ce jihad offensif et belliciste qui surgit spontanément à l’esprit du « croyant » lorsqu’il évoque ce terme au plus profond de son être.

--------------------
--------------------

L'ISLAM EST LA RELIGION DU JIHAD (SUITE) D’ailleurs, dans le Coran, c’est bien le sens de la « guerre sainte » offensive qui prime. L’islamiste égyptien Sayyid Qutb écrivait : « Le jihâd n’est pas une guerre défensive comme le disent certains parmi les musulmans, elle est offensive ». C’est en fait un devoir religieux établi dans le Coran et la Sunna, une guerre qui doit être déclarée contre ceux qui ne croient pas à la mission de Mahomet. « Il s’agit de la guerre sainte, institution divine » décrétée spécialement dans le but de faire avancer l’islam et d’éloigner le « diable » des musulmans. C’est bel et bien d’opérations militaires cruelles pour des conversions forcées avec amassements de butins dont il s’agit. « Combattez ceux qui ne croient pas en Allah… Et combattez les gens du Livre [juifs et chrétiens], qui n’acceptent pas la religion de la vérité, jusqu’à ce qu’ils acceptent de payer la capitation de leurs propres mains, après s’être humiliés. » (Coran 9,29) ; Selon un hadith, « Combattre dans le chemin d’Allah, matin et soir, vaut mieux que ce bas monde et ce qu’il contient ». C’est pour cela qu’en islam le mensonge takia est permis, afin de faire croire au non-musulman, ce qu’il veut, dans le but de le convertir ou de le rouler…, le viol, le vol ou les razzias, la guerre pour ne pas dire les agressions gratuites contre les non-musulmans sont intimement liés à la foi, des centaines de hadiths, de versets et de sourates prouvent ce que d’aucuns appelleront des élucubrations islamophobes. Geneviève Harland

--------------------
--------------------

D'où vient la chahada, la profession de foi par la récitation de laquelle on devient musulman ? D'un hadith sahih de Bukhari qui reprend Coran 9, 29 : "Il m'a été ordonné de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils déclarent qu'il n'y a d'autres divinités qu'Allah et que Muhammad est Son Messager, qu'ils accomplissent la prière et s'acquittent de la Zakât (aumône obligatoire). S'ils s'y conforment, ils préserveront de moi leur vie et leurs biens, sauf infraction punie par l'Islam. Il appartient ensuite à Dieu de les juger." Les versets pacifiques sont abrogés (invalidés et remplacés) par les plus récents. Ainsi la sourate 9, l'avant-dernière abroge toutes les précédentes sur les rapports entre musulmans et non-musulmans. Coran 9, 5 :Les mois sacrés expirés, tuez les idolâtres partout on vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les et guettez-les à toute embuscade ; mais s’ils se convertissent, s’ils observent la prière, s’ils font l’aumône, alors laissez-les tranquilles, car Dieu est indulgent et miséricordieux. Coran 9, 29 : Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son apôtre ont défendu, et à ceux d’entre les hommes des Écritures qui ne professent pas la croyance de la vérité. Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribut, tous sans exception, et qu’ils soient humiliés. Coran 9, 36 : Le nombre des mois est de douze devant Dieu[13], tel il est dans le livre de Dieu, depuis le jour ou il créa les cieux et la terre. Quatre de ces mois sont sacrés ; c’est la croyance constante. Pendant ces mois, n’agissez point avec iniquité envers vous-mêmes, mais combattez les idolâtres dans tous les mois, de même qu’ils vous combattent dans tous les temps, et sachez que Dieu est avec ceux qui le craignent. Coran 9, 41 : Chargés ou légers, marchez et combattez dans le sentier de Dieu, avec vos biens et vos personnes. Cela vous sera plus avantageux, si vous le comprenez. Coran 9, 73 : O prophète ! Combats les hypocrites et les infidèles, traite-les avec rigueur. La géhenne est leur demeure. Quel détestable séjour ! Coran 9, 111 : Dieu a acheté aux croyants leurs biens et leurs personnes pour leur donner le paradis en retour ; ils combattront dans le sentier de Dieu, ils tueront et seront tués. La promesse de Dieu est vraie : il l’a faite dans le Pentateuque, dans l’Évangile, dans le Koran ; et qui est plus fidèle à son alliance que Dieu ? Réjouissez-vous du pacte que vous avez contracté ; c’est un bonheur immense. Hadith sahih de Bukhari : Mohammed a dit : "J'ai vaincu par la terreur." http://lislampourlesnuls.blogspot.com/2017/07/mohammed-jai-vaincu-par-la-terreur.html L'islam commande le djihad et le terrorisme. Plus de djihad, plus d'esclavage, plus de conversion forcée, plus de chahada, plus d'islam. C'est aussi simple que ça. Alors faut assumer d'avoir une religion d'assassins ou alors faut apostasier ! Mais arrêtez les bobards de merde et la victimisation à deux balles !

17 février 2018

Les musulmanes sont-elles intelligentes ? (David Wood)



Vidéo originale : https://www.youtube.com/watch?v=qrLoF...
Titre original : Jordan Peterson Destroys Islam in 15 Seconds

Traduction : Chaîne Youtube AmbiguitY.
Plus de 100 vidéos sur les points cruciaux de l'islam.


Dans ce débat avec Cathy Newman sur la chaîne 4, le psychologue clinicien Jordan Peterson prouve qu'il n'y a aucune différence en terme d'intelligence entre les hommes et les femmes. Cependant, le Prophète Mohammed affirme que les femmes sont beaucoup moins intelligentes que les hommes. Les tests de l'intelligence prouvent-ils que Mohammed a tort ? David Wood débat de ce sujet.

16 février 2018

[Coup de gueule] "Musulmans, assumez ou apostasiez !" (Aaziis)

     Vidéo coup de gueule contre les musulmans hypocrites qui n'assument pas leur coran. Désolé si j'ai balbutié ou bégayé, mais ce sujet m'énerve au plus ou point. Mon message et simple : assumez ou apostasiez !  Je ferai d'autres vidéos concernant tous ces mythos de musulman couscous. Aucune haine hein, seulement de la colère.

      Bon visionnage.

                      Aazis

 

15 février 2018

Défendons Afrin : défendons l’humanité !


Au moment où j’écris, l’armée turque est engagée dans une invasion transfrontalière illégale de la région d’Afrin, au Kurdistan syrien. Prétendant combattre des « terroristes », l’État turc — candidat à l’entrée dans l’Union européenne, allié de l’Occident et deuxième plus grande armée de l’OTAN — a lancé un acte d’agression contre ceux-là mêmes qui ont imposé le respect au monde en vainquant Daech, grâce à leur sacrifice courageux et leur résistance héroïque. La campagne militaire comprend des troupes de l’Armée syrienne libre (ASL) pro-Erdoğan et menace 800 000 civils, dont la moitié sont des déplacés internes ayant trouvé refuge à Afrin depuis les régions d’Idlib ou d’Alep.

Le courage des ex-musulmanes




Témoignage d'une ex-musulmane saoudienne nous expliquant son périple l'ayant amené à quitter l'Islam. 

Inégalité, oppression, punition, telles sont les choses que subissent les femmes quand elles vivent dans l'Islam.

Vidéo originale : https://www.youtube.com/watch?v=-qFsc...
Traduction : AmbiguitY.


Projet de loi anti-islamique : interdiction du Coran


Signez la pétition pour l'adoption par l'Union Européenne du projet de Loi de la Charte de protection des peuples occidentaux pacifiés démocratiques. 

Tous les habitants des pays de l'Europe doivent se mobiliser immédiatement contre la montée de l'islamisme sur leur terre ancestrale et interdire l'impression et la distribution du livre Coran. 

L'Islam et le plus grand génocide de tous les temps (Sherif Gaber)

L'Etat islamique représente-t-il l'Islam ? A l'occasion de sa réponse argumentée et sourcée, Sherif Gaber évoque le génocide hindou, le plus grand génocide de l'histoire commis par les conquérants arabo-musulmans entre 1000 et 1500.

Notes de l'auteur, Sherif Gaber : J'ai été condamné à la prison en Égypte pour avoir défendu les droits des LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et trans) et pour mon athéisme. Je suis un ex-musulman qui connait le Coran par coeur, j'ai étudié l'histoire de l'islam et de la religion pendant des années. Merci donc de ne pas m'accuser de ne pas connaitre l'islam, je le connais mieux que vous.

Aidez Sherif pour qu'il puisse continuer à faire des vidéos :

«La France doit soutenir les Kurdes de Syrie»


Résultat de recherche d'images pour "kurdes syrie daech"
Les exactions turco-islamistes à Afrine ne laissent présager rien de bon. Lorsque les jeunes combattantes kurdes au courage admirable sont capturées par les djihadistes, elles sont torturées, éventrées et leurs seins tranchés. 


Résultat de recherche d'images pour "kurdes syrie daech"
Ci-dessus, une exécution de prisonniers par des enfants-soldats de Daech. Le presque-califat ottoman d'Erdogan (République islamiste de Turquie) soutient les terroristes de Daech et d'autres groupes terroristes islamistes contre les Kurdes de Syrie, alliés héroïques de la France dans la guerre contre Daech dont les attentats ont causé 200 morts et des milliers de blessés rien qu'en France. 

Résultat de recherche d'images pour "kurdes syrie daech"
"Il m'arrive de prendre part à des combats. Un jour, nous sommes partis pour un village dont il fallait évacuer les habitants. Deux groupes participaient à l'opération: le premier avançait au fond du village en repoussant les islamistes, et le second évacuait les civils. Je faisais partie du groupe qui chassait les djihadistes. Une fois dans leur base, nous avons découvert qu'ils tenaient dans l'esclavage sexuel des fillettes de moins de dix ans", a dit Joanna Palani.

13 février 2018

Quand et comment ont-ils vendu l'Occident à l'Islam ?



A diffuser à tous ceux qui en douteraient encore : le processus de colonisation islamique actuel a été programmé dès 1975, sur des documents officiels, par nos propres dirigeants ! Signatures d’accords, regroupement familial, construction de mosquées, immigration massive, enseignement de l’arabe à l’école : tout était écrit.

Ce plan consiste à implanter des communautés islamiques civilisationnellement différente de l’occident, qui fonctionnent selon les règles de la Charia, et qui ont pour vocation de prendre les postes-clés au niveau politique, économique et communicationnel dans les pays hôtes. 
Voici en treize minutes la face cachée du processus de destruction de l’Europe.

Dans une France réveillée, cela devrait se traduire par la comparution de TOUS (quelles que soient leurs fonctions, leur âge, etc.) les responsables devant des tribunaux pour haute trahison à l'encontre du peuple français !!!
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...