3 septembre 2011

La loi Jospin de 1989, source de tous les maux ? Une erreur de diagnostic

On dit souvent que le point de départ de la crise de l’instruction est la loi Jospin de 89. Cette théorisation largement diffusée, qui tient du leitmotiv, a acquis la consistance d’un fait. C’est aussi vrai pour ses partisans que pour ses ennemis, créant ainsi un consensus objectif. Celui-ci constitue la base même de l’impossibilité de penser les problèmes réels de l’instruction et d’entreprendre une réelle action pratique.

Car, en réalité, 1) la Loi Jospin de 89 ne fait qu'introduire une nouvelle inflexion à l'intérieur d'un phénomène plus profond et plus ancien, elle ne fait qu’entériner des politiques mises en place bien plus tôt et ne pourrait exister sans elles. Par exemple, les projets d’établissements, fondement de la loi de 89, sont expérimentés depuis octobre 1982, la suppression de l’arithmétique dans tout l’enseignement secondaire date de 1986, etc.

Ensuite, 2) placer le point de départ de la crise de l’instruction en 1989 indique bien que l’on ne place pas la rupture principale au moment où les contenus sont attaqués mais au moment du triomphe des méthodes promues par les sciences de l’éducation.

Plus grave encore, 3) on présente ainsi comme potentiellement positifs tous les programmes et toutes les réformes pédagogiques des années 70-80, années pendant lesquelles s’opèrent les véritables renoncements.

En ce sens, la focalisation de la critique sur la Loi Jospin de 89 est devenu exclusivement un frein au développement du courant partisan de l’instruction.

Au moment où la discussion publique et officielle s’est déplacée, notamment sous l’influence du GRIP, sur les contenus de l’enseignement, la nécessité de « l’enseignement des quatre opérations en CP» (supprimé en 1970), la critique de la nomenclature grammaticale (1975) et la compréhension, dissoute dans les mêmes années, du rapport entre la grammaire structurale et la grammaire classique, il devient manifeste qu’il ne suffit plus pour avoir l’illusion d’avancer - si cela n’a jamais suffit - de s’en prendre, à la manière des médias traitant les problèmes de société, à la loi de 89, à l’élève au centre ou au référentiel bondissant…

Sur la base d’une connaissance des disciplines allant de la maternelle à l’université, il convient de s’attaquer en tout premier lieu aux programmes et progressions. C’est la principale justification de l’existence du GRIP, Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur les Programmes.

Extrait du texte modifié.
Texte intégral :
La situation de l'école primaire sur le plan international
Quelques éléments historiques sur le danger récurrent de l’utilitarisme
Michel Delord
Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...