8 juin 2016

L’EI s’attaque à l’Iran (07.06.2017)







Les forces de sécurité devant le Parlement iranien, mercredi, après l’attaque revendiquée par l’EI.
Les forces de sécurité devant le Parlement iranien, mercredi, après l’attaque revendiquée par l’EI. Photo Omid Vahabzadeh. AP

L’Etat islamique a revendiqué un double attentat à Téhéran, mercredi, faisant au moins 13 morts et 46 blessés. Une première dans le plus grand pays chiite. Cet assaut spectaculaire risque d’envenimer les relations entre la République islamique et son rival, l’Arabie Saoudite.

Leader du monde chiite depuis la révolution de 1979, l’Iran a été pour la première fois touché par un double attentat revendiqué par l’Etat islamique (EI), qui a fait 13 morts et 46 blessés au Parlement de Téhéran et dans le mausolée de l’imam Khomeiny. La confrontation semblait inévitable, tant l’EI a érigé en priorité stratégique la division communautaire, entre chiites et sunnites au Moyen-Orient, coptes et musulmans en Egypte, «croisés» et musulmans en Europe. La République islamique fut longtemps considérée comme l’ennemi numéro 1 des Etats-Unis - un statut ravi par l’EI. Avec cette attaque spectaculaire, le régime théocratique et le groupe jihadiste s’engagent dans une lutte sans merci, à rebours des accusations de complaisance de l’un envers l’autre portées par l’Arabie Saoudite et récemment reprises par Donald Trump.
Pourquoi l’EI a attaqué l’Iran ?
L’Iran est d’autant plus une cible qu’il est engagé contre l’EI en Irak, via les Gardiens de la révolution et les milices qu’il soutient. «Les attentats de mercredi sont liés à l’implication des milices chiites actives aux abords de Mossoul. Ces mêmes milices ont coupé les routes qui menaient de Mossoul à la Syrie par où transitaient les jihadistes», explique Pierre-Jean Luizard, historien et directeur de recherche au CNRS. Téhéran est également un soutien indéfectible du président syrien Bachar al-Assad, de confession alaouite (branche du chiisme), à qui il fournit combattants, miliciens, armes et financements. «Longtemps, malgré sa rhétorique, l’Iran n’a pas beaucoup combattu l’EI en Syrie, il ne figurait pas parmi ses cibles prioritaires. Mais depuis que Daech est affaibli par la coalition, Téhéran est plus agressif, cela a pu les pousser à réagir», indique Thierry Kellner, chercheur à l’Université libre de Bruxelles.
L’an dernier, les autorités iraniennes avaient annoncé avoir démantelé une cellule de l’EI à Kermanshah, près de la frontière irakienne, après une intervention des forces spéciales qui s’était soldée par six arrestations et la mort de quatre terroristes présumés. «Des mouvements islamistes étaient jusqu’à présent actifs à la périphérie du pays, au Baloutchistan [près de la frontière pakistanaise, ndlr] ou dans les régions kurdes, relève Mohammad-Reza Djalili, professeur émérite à l’Institut de hautes études internationales de Genève. Mais cette fois, c’est le cœur de l’Iran qui est touché : la capitale, et deux lieux à la fois emblématiques et très sécurisés.»
Signe d’une volonté accrue de frapper l’Iran, l’EI a récemment traduit en persan quatre numéros de sa revue de propagande en ligne, «Rumiyah». En mars, dans une rare vidéo en persan, il affirmait vouloir «conquérir l’Iran et le rendre à la nation musulmane sunnite». Mais jusque-là, l’EI ne menaçait que rarement l’Iran. L’explication avait été donnée par son porte-parole, Mohammed al-Adnani, dans un message diffusé au printemps 2014. Il expliquait que son organisation obéissait à Al-Qaeda qui souhaitait «sauvegarder ses intérêts et ses lignes d’approvisionnement en Iran».
Des lettres récupérées par l’armée américaine dans la maison d’Abbottabad, au Pakistan, où a été tué Ben Laden en mai 2011, ont montré qu’il existait «une coopération tactique entre Al-Qaeda et l’Iran», comme l’a relevé le Combating Terrorism Center (CTC) qui avait analysé les documents. Des figures majeures d’Al-Qaeda, tel l’Egyptien Abou al-Khayr al-Masri, un proche de Ben Laden, se sont réfugiées en Iran après le 11 Septembre et l’intervention de la coalition en Afghanistan. Certains ont été emprisonnés, d’autres placés en détention surveillée, ou encore laissés libres. «L’Iran a surtout accueilli des membres d’Al-Qaeda lors de la guerre d’Afghanistan. C’était un moyen à la fois d’acheter la paix sur son territoire et de garder une influence sur le mouvement, explique Pierre-Jean Luizard. Mais cela reste sans commune mesure avec l’Arabie Saoudite, où la connivence avec des mouvements salafistes jihadistes atteint certaines branches de la famille royale.»
Quelles conséquences sur la scène intérieure iranienne ?
Le président Hassan Rohani a été largement réélu le 19 mai pour un mandat de quatre ans, sur une promesse : poursuivre et accroître le retour de la prospérité économique. Il a sorti le pays de son isolement diplomatique pour reprendre des relations commerciales, attirer des investissements et aussi des touristes. Jusqu’à mercredi matin, l’Iran semblait épargné par les attentats contrairement à la majorité de ses voisins (Afghanistan, Pakistan, Turquie, Irak). «Ils viennent de commencer à attaquer et ils disent que ce n’est que le début, témoigne la responsable d’un hôtel de Téhéran très couru par les touristes. Et qu’ils aient pu entrer dans le Parlement montre que l’Iran a de sérieux problèmes de sécurité.»
Les opposants conservateurs de Rohani n’ont pas attendu pour attaquer sa politique d’ouverture. «C’est une mauvaise passe pour lui, mais cela ne devrait pas fondamentalement changer les choses, nuance Mohammad-Reza Djalili. La sécurité est le domaine réservé du Guide suprême, Ali Khamenei, pas du président. Depuis la révolution, les ministres des Renseignements sont toujours des membres du clergé, hommes de confiance du Guide.»
Mais dans une période de deuil et d’unité nationale, ces critiques pourraient paraître déplacées. «Une fois l’émotion un peu retombée, chaque camp pourra utiliser cet événement pour attaquer l’autre, commente Thierry Kellner. L’opération pose question quant à l’efficacité des services de surveillance mais, d’un autre côté, on va assister à un réflexe de solidarité dans l’opinion publique iranienne face à un ennemi externe : l’Etat islamique.»
Quelles conséquences diplomatiques ?
Les relations déjà exécrables entre l’Iran et son grand rival, l’Arabie Saoudite, vont encore se détériorer. Sans surprise, quelques heures après le double attentat, les Gardiens de la révolution ont accusé Riyad et Washington d’être «impliqués». «Les Gardiens de la révolution ont toujours prouvé qu’ils ne laissaient pas le sang d’innocents être répandu sans se venger», ont-ils menacé. Lors de sa visite en Arabie Saoudite les 20 et 21 mai, Donald Trump avait violemment attaqué l’Iran. «En attendant que le régime iranien montre sa volonté d’être un partenaire dans la paix, toutes les nations […] doivent travailler ensemble pour l’isoler», avait-il déclaré. Trump a aussi approuvé sur Twitter la décision, annoncée lundi, de plusieurs pays du Golfe (dont l’Arabie Saoudite) de rompre les relations diplomatiques avec le Qatar, accusé de soutenir le terrorisme et, surtout, de vouloir entretenir des relations avec l’Iran.
La fin du califat mettra-t-elle fin aux attentats ?
Non. Les territoires de l’EI se réduisent depuis 2015 en Irak et en Syrie, sans que les attaques ne cessent. Leur fréquence a même augmenté ces dernières semaines. Manchester, Londres, Kaboul, Manille probablement et, désormais, Téhéran. L’EI a eu le temps de se préparer aux attaques contre son territoire. Après Mossoul, où les jihadistes sont retranchés dans la vieille ville, une offensive a été lancée lundi contre Raqqa, capitale de facto de l’EI en Syrie. Ses combattants ont certes beaucoup plus de difficultés à quitter leur califat sans être arrêtés ou tués. Mais les partisans déjà rentrés, ou ceux qui décident de passer à l’action sans avoir jamais rejoint la Libye, la Syrie ou l’Irak, peuvent frapper. La propagande de l’EI les y incite depuis 2014.
Pierre Alonso Célian Macé Luc Mathieu




Isolement du Qatar : l’Arabie Saoudite joue avec le Golfe

Par Hala Kodmani — 5 juin 2017 à 20:36




Réunion du Conseil de coopération du Golfe, le 30 mars, à Riyad.
Réunion du Conseil de coopération du Golfe, le 30 mars, à Riyad. Photo Faisal al-Nasser. Reuters

Riyad, suivi par les Emirats arabes unis et l’Egypte, a rompu ses relations avec Doha. Mais derrière les accusations de soutien aux Frères musulmans et à l’Etat islamique, cette décision vise surtout à affaiblir l’activisme diplomatique de l’émirat et à raviver les tensions avec l’Iran.

C’est la grande déchirure entre pays arabes sunnites. L’Arabie Saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et le Bahreïn ont annoncé lundi, au surlendemain de l’attentat de Londres, la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar qu’ils accusent de soutenir le «terrorisme». Doha a dénoncé une décision «injustifiée» et «sans fondement». Celle-ci a été prise «avec l’Egypte» et a un «objectif clair : placer le Qatar sous tutelle, ce qui marque une violation de sa souveraineté», a affirmé le ministère qatari des Affaires étrangères. La tension n’a cessé de monter depuis la visite de Donald Trump à Riyad, où il avait appelé les pays musulmans à «chasser» les extrémistes et les terroristes tout en demandant d’isoler l’Iran.

Aux origines de la brouille

Depuis une quinzaine de jours, les échanges d’invectives, d’accusations, les vraies et fausses révélations se sont multipliés entre le Qatar et les autres pays de la région, menés par l’Arabie Saoudite. Le déballage de linge sale a été amplifié par les grands médias arabes, financés, pour la plupart, par l’une ou l’autre des pétromonarchies du Golfe. Mais tout commence le 23 mai lorsque l’agence de presse officielle du Qatar annonce que son site a été piraté et que de fausses informations ont été diffusées. Il s’agit de déclarations prêtées au dirigeant du Qatar, le cheikh Tamim al-Thani. Ce dernier aurait mis en garde ses pairs du Golfe contre une confrontation avec «l’Iran, poids lourd régional islamique qu’on ne peut ignorer», tout en défendant le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais. Repris aussitôt en boucle par les médias saoudiens, égyptiens et émiratis, malgré les démentis qataris, ces propos déclenchent une tempête sur les réseaux sociaux. Quelque 340 000 tweets sont postés en dix heures avec le hashtag #lesdéclarationsdeTamim. En réponse, le Qatar lance le hashtag #TamimLaGloire où les internautes expriment leur soutien au cheikh «face à la campagne de dénigrement médiatique».
La querelle survient au lendemain de la visite de Donald Trump à Riyad (le 21 mai) où a été célébrée en grande pompe l’alliance historique retrouvée entre les Etats-Unis et les pays arabes sunnites longtemps qualifiés de «modérés». A contre-pied de la politique de Barack Obama, marquée par la volonté de conclure l’accord international sur le nucléaire iranien, Donald Trump dénonce dans son discours à Riyad «les interventions déstabilisatrices» de l’Iran chiite dans les pays arabes, accusant Téhéran d’être derrière le terrorisme. «Le soutien de Trump a donné des ailes à l’Arabie Saoudite pour conforter son leadership dans la région et sa ligne dure face à l’Iran, souligne Hasni Abidi, le directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève. Toutefois, le «déclencheur Trump», selon l’expression du politologue, a aussi été le révélateur de ressentiments plus anciens entre les pétromonarchies du Golfe. Le grand frère saoudien n’ayant jamais accepté l’hyperactivité politique et diplomatique indépendante du petit Qatar, ni son rapprochement direct avec les Etats-Unis.

Le soutien au terrorisme : un argument prétexte

L’escalade de la crise initiée par Riyad peu après l’attentat de Londres n’est probablement pas fortuite. Au moment où la question du financement du terrorisme fait polémique à la veille des élections générales au Royaume-Uni, survient l’annonce de la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar pour «soutien au terrorisme». Le communiqué officiel saoudien justifiant sa décision souligne que «le Qatar accueille divers groupes terroristes pour déstabiliser la région, comme la confrérie des Frères musulmans, Daech et Al-Qaeda». Des accusations qui mettent sur le même plan les Frères musulmans et les organisations jihadistes extrémistes, y compris l’Etat islamique, ne peuvent qu’emporter l’adhésion de l’Egypte du maréchal Al-Sissi et des Emirats arabes unis, qui ont mis la confrérie sur liste noire. Le premier qui a renversé le président égyptien (Frères musulmans) élu en 2013, rend les islamistes responsables de tous les maux économiques et sécuritaires du pays. Il a surtout un besoin vital de l’aide financière saoudienne. Les Emirats, eux, ont une aversion viscérale pour les Frères musulmans. En outre, la proximité accrue entre le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed, et le jeune, et néanmoins homme fort à Riyad, le vice prince-héritier Mohammed ben Salman, explique que les Emirats aient également décidé de rompre avec Doha. Or, «le Qatar soutient publiquement les mouvements de l’islam politique depuis le début des printemps arabes, les considérant comme une bonne transition pour remplacer les dictatures de la région. Dans le même temps, les Saoudiens veulent faire oublier leur influence historique et leur promotion du salafisme qui a fait le nid des extrémistes», rappelle Hasni Abidi. Doha avait accueilli en asile depuis une vingtaine d’années nombre de chefs opposants islamistes tunisiens, égyptiens, syriens… leur offrant une tribune sur les antennes d’Al-Jezira.

L’Iran au cœur du différend

Au moment où le royaume wahhabite veut constituer un axe sunnite fort face à la république islamique chiite (son grand rival régional), le Qatar vient brouiller les cartes. Or, l’appel du cheikh Tamin, le leader du Qatar, à améliorer les relations des pays arabes avec l’Iran a pu apparaître comme un casus belli aux yeux de l’Arabie Saoudite. «Mais ce n’est pas la raison principale de la rupture», estime Hasni Abidi, qui souligne notamment que plusieurs membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), dont les Emirats arabes unis et le Qatar entretiennent des relations de voisinage correctes avec Téhéran. «Cette division au sein du CCG - qui est un ensemble régional cohérent et réussi, et dans lequel l’Iran a toujours vu une menace - ne peut que réjouir Téhéran», ajoute l’expert. Face à la querelle entre Arabes, l’Iran en profite pour afficher «sa sagesse», allant jusqu’à proposer ses services de médiateur à ses voisins du Golfe. «La résolution des différends dans les pays de la région n’est possible que par des moyens politiques et pacifiques, et un dialogue franc entre les parties», indique un communiqué de Bahram Ghasemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. «L’usage de sanctions dans le monde interdépendant d’aujourd’hui est inefficace, inacceptable et condamnable», a-t-il ajouté. Mais en mettant en avant sa rivalité avec l’Iran, «l’Arabie Saoudite veut surtout faire oublier ses déboires intérieurs et extérieurs, notamment dans la guerre au Yémen», observe Hasni Abidi. Embourbée depuis deux ans dans un conflit sans résultat, la coalition arabe sous commandement saoudien a trouvé dans le Qatar un bouc émissaire. Peu après l’annonce de la rupture des relations diplomatiques, la coalition militaire, intervenant contre les Houthis, ces rebelles chiites pro-iraniens, a décidé d’exclure le Qatar. 

Une querelle de famille aux conséquences limitées

Considérée comme la crise la plus grave entre les pays arabes du Golfe depuis la création du CCG en 1981, elle n’est toutefois pas la première. En 2014 une querelle semblable avait également conduit l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis et le Bahreïn à rappeler leurs ambassadeurs au Qatar pendant huit mois. Le soutien de Doha aux mouvements islamistes (en Tunisie, en Egypte, à Gaza avec le Hamas, en Syrie avec des groupes rebelles) était à l’origine de cette précédente brouille. Le rabibochage après moins d’un an de rupture a été possible au prix de quelques concessions du Qatar qui a expulsé vers Riyad des opposants saoudiens et interdit d’antenne sur Al-Jezira un célèbre prédicateur islamiste égyptien, le cheikh Al-Qaradawi.
Une médiation prochaine devrait calmer le jeu. Elle peut venir du Koweït ou du sultanat d’Oman, les deux membres du Conseil de coopération du Golfe qui n’ont pas pris partie dans la querelle. La Turquie, qui entretient des rapports étroits avec les monarchies du Golfe, s’est déclarée prête à aider au dialogue. Mais c’est surtout l’appel du Secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson «aux pays du Golfe à résoudre leurs désaccords», qui devrait constituer une pression forte. «Il s’agit finalement d’une querelle de famille entre enfants gâtés», résume Hasni Abidi.
Hala Kodmani








L’Arabie saoudite et ses alliés rompent avec le Qatar, accusé de «soutenir le terrorisme»

Par AFP —  (mis à jour à )


( Photo d'illustration)
( Photo d'illustration) AFP

L’Arabie saoudite et ses alliés ont rompu lundi leurs relations avec le Qatar, provoquant une crise diplomatique majeure au Moyen-Orient quinze jours après un appel de Donald Trump à l’unité des pays arabes face au terrorisme.
Le Qatar a réagi avec colère à cette décision annoncée à l’aube en accusant ses voisins du Golfe de vouloir le mettre «sous tutelle» et de l’étouffer économiquement. La Bourse de Doha a chuté de 8% à l’ouverture des transactions avant de clôturer en baisse de 7,58%. Des habitants de la capitale qatarie se sont rués sur les produits alimentaires, vidant des rayons entiers de supermarchés, a rapporté le site en ligne Doha News. La rupture des relations avec le Qatar intervient 15 jours après une visite à Ryad du président des Etats-Unis qui avait exhorté les pays musulmans à se mobiliser contre l’extrémisme. Elle a provoqué une réaction mesurée de Washington qui a invité les pays du Golfe à rester «unis».
Cette crise diplomatique est la plus grave depuis la création en 1981 du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui regroupe l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar. Ce dernier y a toujours occupé une place à part, poursuivant sa propre politique régionale et affirmant son influence par le sport, grâce notamment à l’organisation du Mondial-2022 de football. Ryad, Abou Dhabi et Manama ont justifié la rupture avec Doha par son «soutien au terrorisme», y compris Al-Qaïda, le groupe Etat islamique (EI) et les Frères musulmans, confrérie classée «terroriste» par l’Egypte et des pays du Golfe.
Selon l’Arabie, Doha soutient aussi «les activités de groupes terroristes soutenus par l’Iran dans la province de Qatif (est)», où se concentre la minorité chiite du royaume saoudien, ainsi qu’à Bahreïn, secoué depuis plusieurs années par des troubles animés par la majorité chiite de ce pays. Ryad et Téhéran ont rompu leurs relations diplomatiques en janvier 2016 à la suite de l’exécution d’un chef chiite en Arabie. Le Qatar a également été exclu de la coalition militaire arabe qui combat des rebelles pro-iraniens au Yémen. Une décision saluée par le gouvernement du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi qui a aussi rompu avec Doha en l’accusant de soutenir -malgré sa participation à la coalition arabe- ses adversaires, les rebelles Houthis.

«Sans fondement»

Le Qatar a qualifié d'«injustifiée» et «sans fondement» la décision de certains pays du Golfe, prise «en coordination avec l’Egypte». Elle a un «objectif clair: placer l’Etat (du Qatar) sous tutelle, ce qui marque une violation de sa souveraineté» et est «totalement inacceptable», a affirmé le ministère des Affaires étrangères à Doha. Le Qatar, dirigé par le jeune émir cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, «n’interfère pas dans les affaires d’autrui» et «lutte contre le terrorisme et l’extrémisme», a-t-il assuré.
Outre la rupture des relations et le rappel des diplomates, les trois pays du Golfe ont pris des mesures de rétorsion sans précédent: fermeture des espaces aériens, des accès terrestres et maritimes, interdiction de voyager au Qatar et d’entrée pour les ressortissants du Qatar. La suspension des vols avec le Qatar a été annoncée par les grandes compagnies aériennes Emirates (Dubaï) et Etihad (Abou Dhabi). L’Egypte a pour sa part décidé de fermer ses frontières «aériennes et maritimes» avec le Qatar qui, selon son ministère des Affaires étrangères, «insiste à adopter un comportement hostile vis-à-vis» du Caire.

Appel de Trump 

Cette crise intervient alors que les autorités qataries ont affirmé la semaine dernière avoir été victimes de «hackers» ayant publié sur le site internet de l’agence de presse officielle QNA de faux propos attribués à l’émir Tamim. Ces propos controversés rompaient avec le consensus régional sur plusieurs sujets sensibles, notamment l’Iran, vu comme un allié stratégique alors qu’il vient d’être accusé par l’Arabie saoudite d’être «le fer de lance du terrorisme». Ils contenaient aussi des commentaires négatifs sur les relations entre l’administration Trump et le Qatar, pourtant un proche allié des Etats-Unis.
La visite du président Trump à Ryad, son premier déplacement à l’étranger, avait été couronnée par la signature d’un accord sur «une vision stratégique» pour renforcer les relations économiques et de défense entre le royaume saoudien et les Etats-Unis. Dans un discours le 21 mai à Ryad devant des dirigeants du monde musulman, M. Trump avait appelé à «chasser» les extrémistes et «les terroristes», en référence aux groupes jihadistes, auteurs d’attaques dans plusieurs pays. Il avait aussi demandé à la communauté internationale «d’isoler» l’Iran.
Le Qatar s’est plaint d’être victime d’une campagne hostile concernant un soutien présumé aux groupes islamistes. La dernière crise ouverte dans le Golfe remonte à 2014 lorsque trois pays du CCG (Arabie, Bahreïn et Emirats) avaient rappelé leur ambassadeur à Doha pour protester contre le soutien présumé du Qatar aux Frères musulmans. Contrairement à l’Arabie, aux Emirats et à Bahreïn, les deux autres pays du Golfe --le Koweït et le sultanat d’Oman-- ont observé lundi un silence total sur la crise avec le Qatar.
AFP





QATAR

En Israël, une satisfaction relative

Par Nissim Behar, Correspondant à Tel-Aviv — 6 juin 2017 à 20:46


Au début de la semaine, Benyamin Nétanyahou s’est réjoui d’apprendre que le Qatar venait, sous la pression, entre autres, de l’Arabie Saoudite, d’expulser plusieurs cadres du Hamas installés chez lui.
Au début de la semaine, Benyamin Nétanyahou s’est réjoui d’apprendre que le Qatar venait, sous la pression, entre autres, de l’Arabie Saoudite, d’expulser plusieurs cadres du Hamas installés chez lui. Photo Gali Tibbon. AFP

Les pressions sur le Qatar renforcent l’axe sunnite. L’Etat hébreu espère ainsi un affaiblissement de l’Iran, chiite, malgré le risque de perdre la médiation de Doha avec le Hamas.

A l’instar du ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, les responsables israéliens ne cachent pas leur satisfaction de voir l’Egypte, l’Arabie Saoudite, le Yémen et Bahreïn rompre leurs relations diplomatiques, commerciales et aériennes avec le Qatar, accusé de financer le terrorisme. Aux yeux des Israéliens, ce geste constituerait un premier pas vers l’officialisation de l’axe sunnite voulu par Donald Trump et avec lequel l’Etat hébreu espère collaborer contre l’Iran, le Hezbollah libanais, et l’Etat islamique. Mais surtout contre le Hamas, dont la direction politique est installée à Doha.
Au début de la semaine, Benyamin Nétanyahou s’est d’ailleurs réjoui d’apprendre que le Qatar venait, sous la pression, entre autres, de l’Arabie Saoudite, d’expulser plusieurs cadres du Hamas installés chez lui. Parmi ceux-ci, Salah al-Arouri, le responsable de la branche armée de l’organisation islamiste en Cisjordanie. Un dur qui a passé quinze ans dans les prisons de l’Etat hébreu avant de s’installer en Turquie. Prié par Ankara de déguerpir en 2015, Al-Arouri s’est exilé au Qatar avant de se chercher une autre terre d’exil. Il se trouverait aujourd’hui en Malaisie.
Ambassadeur.Tout bénéfice pour Israël ? A priori, les déboires du Qatar servent les intérêts régionaux de Jérusalem. Sauf que l’état-major de Tsahal et les services de renseignements émettent de gros bémols. Car l’émirat joue depuis plusieurs années un rôle méconnu - mais important - de médiateur avec le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.
Basé à l’hôtel Al-Mashtal de Gaza City, un cinq étoiles inauguré en 2011, Mohamed al-Emadi y dirige en effet officiellement le Comité qatari pour la reconstruction de la bande de Gaza. En réalité, il est l’ambassadeur officieux de l’émirat auprès du Hamas. A ce titre, il fait office de relais entre l’organisation islamiste, qui ne reconnaît pas «l’entité sioniste», et Israël, qui prétend «n’entretenir aucun contact avec les terroristes». Le Qatar a commencé à jouer un rôle central à Gaza peu après l’opération «Plomb durci», en 2009. Ce rôle est devenu d’autant plus important que l’émir Hamad ben Khalifah al-Thani a déversé environ 500 millions de dollars sur Gaza, avant de s’y rendre en visite officielle en 2012.
Depuis lors, l’émirat supplée régulièrement à de nombreux besoins de la population gazaouie. En finançant la construction de logements, en versant le salaire des fonctionnaires de l’enclave ou, comme ce fut le cas au début de l’année, l’achat de fuel pour la centrale électrique.
Messages.Mohamed al-Emadi joue évidemment un rôle central dans ce dispositif. Selon nos informations, il est aussi en contact régulier avec le général israélien Yoav Mordechai, le chef de l’Unité de coordination des activités gouvernementales israéliennes dans les territoires palestiniens.
Cette discrète médiation qatarie permet à Israël et au Hamas de se faire passer des messages. Certains sont purement techniques et touchent à l’approvisionnement de l’enclave mais d’autres sont plus politiques. Ils servent notamment à faire baisser la tension lorsque des factions islamistes de Gaza tirent des roquettes sur le sud d’Israël.
Nissim Behar Correspondant à Tel-Aviv

v


Patrice Franceschi : «À Raqqa se joue aussi l'avenir du Kurdistan syrien»

  • Par 
  • Mis à jour 
  •  
  • Publié 

Photo de Patrice Franceschi prise par des combattants kurdes.
INTERVIEW - L'écrivain et voyageur raconte comment la bataille de Raqqa, à laquelle participent les Kurdes, est déterminante pour l'élimination de Daech, mais aussi pour la viabilité d'un futur Kurdistan autonome en Syrie.
Engagé depuis trente ans pour la cause kurde, l'écrivain et voyageur Patrice Franceschi accompagne les Kurdes de Syrie dans leur combat contre Daech depuis le début de la guerre. Il a notamment publié Mourir pour Kobané (éd. des Équateurs, 2015).
LE FIGARO. - Quelle place les Kurdes occupent-ils dans la bataille de Raqqa?
Patrice FRANCESCHI. - Ce sont les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde, qui sont engagées contre Daech. Le commandement des FDS, ce sont indubitablement les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG en kurde). Mais, à la différence de la bataille de Manbij dans le nord-ouest de la Syrie l'été dernier, les Arabes sont aujourd'hui en première ligne et majoritaires, autour de 80% des combattants, car Raqqa est une ville proprement arabe. Il y a aussi quelques chrétiens, notamment syriaques. Pour les Kurdes, ce choix a tous les avantages, à commencer par celui d'épargner leurs hommes. Dans le nom même de cette coalition, l'appellation kurde n'apparaît pas. À la grande satisfaction des Arabes!
Depuis le siège de Kobané en 2014, les Kurdes sont devenus en Syrie le meilleur rempart contre Daech. Comment expliquez-vous leur détermination?
Jusqu'à Kobané, tout le monde me disait qu'ils allaient être balayés. Je savais que non, parce que les raisons pour lesquelles ils veulent créer de façon révolutionnaire leur Kurdistan dans le nord de la Syrie avec l'égalité hommes-femmes, la démocratie et la laïcité, s'accompagnent d'une ferveur incroyable. Je savais, pour les accompagner depuis le début de la guerre, que si les Occidentaux leur donnaient un coup de main militaire, non seulement ils résisteraient, mais ils pourraient gagner contre tous les autres mouvements islamistes et djihadistes. Ils ont une puissance intérieure supérieure à tous les autres.
Les Kurdes ont compris à Kobané qu'en allant jusqu'au bout, jusqu'au sacrifice, ils pourraient démontrer ainsi leur capacité auprès des Occidentaux. Leur rencontre avec François Hollande en janvier 2015 à Paris a été le moment de bascule. L'alliance avec les pays occidentaux, notamment avec Washington, commence alors vraiment. En deux ans et demi, leur avancée a été constante. S'ils vont à Raqqa aujourd'hui, c'est parce qu'ils ne pourront jamais vaincre l'État islamique sans que la capitale de celui-ci tombe définitivement.
Les Kurdes et le régime de Damas se sont jusqu'ici largement épargnés. L'avancée des FDS à Raqqa peut-elle changer la donne?
Les Kurdes détestent le régime de Damas, mais sont capables de passer de manière pragmatique des accords de non-agression avec lui, mais il ne s'agit pas d'une alliance idéologique. Les négociations avec les Russes sont très difficiles parce qu'ils sont ensemble, avec les Kurdes et le régime syrien, dans la poche d'Afrin, au Nord, pour contenir les pressions turques, mais, en même temps, Moscou ne veut pas que les FDS, soutenues par Washington, avancent dans la région de Raqqa, voire aillent jusqu'à Deir Ezzor [ville de l'est syrien, partiellement tenue par le régime, mais assiégée par Daech]. Je pense néanmoins que les Russes, les Américains et les Kurdes sauront s'entendre pour délimiter l'avancée respective des FDS et du régime.


Les Kurdes sont très habiles pour ne pas aller trop loin. À l'automne, la bataille de Raqqa sera probablement gagnée, peut-être même avant. La dimension diplomatique du conflit pourra reprendre afin de décider de l'avenir du Rojava comme entité kurde autonome au nord de la Syrie. Ce sera une zone tampon pour les Occidentaux, débarassée de tout islamisme. Il existe, en revanche, un risque réel que Recep Erdogan, isolé diplomatiquement, ne supporte pas cette poussée kurde en Syrie et tente une nouvelle intervention dans le nord de la Syrie. Moscou et Washington s'y opposeraient, mais cela pourrait faire durer la crise plus longtemps.
Après la Première Guerre mondiale, un État avait déjà été promis aux Kurdes qui s'étaient battus contre l'Empire ottoman. Mais avec le traité de Lausanne en 1923, le Kurdistan a été enterré. Les Kurdes ont-ils aujourd'hui des garanties?
Ils s'en souviennent de cette époque... Ils ont toujours été trahis, savent bien qu'ils peuvent l'être à nouveau et essaient d'obtenir des contreparties pour préparer l'avenir. Ils prennent notamment des précautions territoriales en allant plus loin que le territoire kurde pour pouvoir le négocier ensuite. Surtout, ils savent que Daech va disparaître en tant qu'État mais pas comme mouvement idéologique. Les Occidentaux n'auront pas intérêt à les lâcher après sa chute car, sinon, tout sera à recommencer l'année suivante. Construire un Rojava autonome est le meilleur moyen d'endiguer l'islamisme dans cette région.
Dans quel état se trouve aujourd'hui le Rojava? Les Kurdes du PKK en Turquie ne sont pas connus pour leur fonctionnement démocratique...
Ceux qui pensent cela ne connaissent pas la situation dans la Turquie de Recep Erdogan, où l'on est soit idéologiquement opposé à lui, soit avec lui. Par ailleurs, les Kurdes syriens du Parti de l'union démocratique (PYD) et les Kurdes turcs du PKK, ce n'est pas la même chose. Si le PYD est bien une émanation historique du PKK, leurs agendas sont différents. Qu'ils soient alliés, bien sûr, les Kurdes n'ont aucun intérêt à être en bisbille entre eux.
Les Kurdes syriens ont pris leur autonomie et administrent le Rojava par eux-mêmes. À l'échelle de la démocratie locale, ils sont très horizontaux dans leur gestion. Il y a partout des comités de village. C'est du communalisme et c'est tout à fait inédit, surtout au Moyen-Orient. Si toutes les frontières de Rojava sont en guerre, les trois à quatre millions d'habitants vivent en paix, certes dans une certaine pauvreté, mais moins qu'il y a un an, parce qu'ils ont redéveloppé une part de l'économie, ainsi que l'agriculture - on est dans le croissant fertile. Au fond, ils bâtissent un État, qui fait trois fois la taille du Liban.
Comment les Kurdes du Rojava agissent-ils vis-à-vis des minorités ethniques et religieuses?
Les Kurdes partent du principe qu'il y a deux choix. Soit on combat les minorités, soit on les intègre. Ils ont joué le jeu de l'intégration. C'est pour ça qu'il y a aujourd'hui les FDS. Les Arabes combattent avec les Kurdes. Quel exploit! Normalement c'est à feu et à sang dans ces pays-là.
Certes, ils imposent de nombreuses règles, mais dans des sociétés patriarcales et conservatrices, ils n'ont pas le choix pour mettre fin à la polygamie et appliquer la parité. Partout, il y a un homme et une femme pour diriger. Les cafés sont ouverts, les filles sont en jupes. Ils ont recréé un service militaire, mais nous aussi, autrefois, quand la patrie était en danger, il y avait la mobilisation générale. Les déserteurs pouvaient être fusillés. En matière militaire, ils ont une verticalité du commandement. Un chef à l'Est donne un ordre à l'Ouest, il est exécuté tout de suite. Ils ont la conscience collective d'être dans une guerre existentielle. S'ils n'agissent pas ainsi, ils perdront face à des États et des groupes terroristes infiniment plus riches et nombreux qu'eux. Je n'ai vu à aucun moment un abus d'autorité de quelque sorte.
Les Kurdes commencent à toucher les dividendes de cet effort collectif et de cette intelligence des situations. On oublie souvent qu'au-delà des aspects militaires comme aujourd'hui à Raqqa, il faut aussi qu'il y ait les structures d'un État durable. En Irak, quand Mossoul sera définitivement libéré, on n'est pas du tout certain du résultat parce que rien ne dit que les Irakiens, divisés, pourront reconstruire politiquement la région.

vvPascal Bruckner : «L'affaire du Bondy Blog est le Titanic de la gauche branchée»
  • Par 
  • Mis à jour 
  •  
  • Publié 
Crédits Photo: Jean-Christophe MARMARA - LE FIGARO
FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Le philosophe et essayiste réagit à la révélation des tweets haineux du chroniqueur du Bondy Blog, Mehdi Meklat. L'auteur d'Un racisme imaginaire dénonce également la motion d'une députée canadienne visant à condamner l'islamophobie.

Pascal Bruckner est philosophe, essayiste et romancier. Il a dernièrement publié La Sagesse de l'argent (éd. Grasset, 2016) et Un racisme imaginaire (éd. Grasset, 2017).

FIGAROVOX. - Le chroniqueur du Bondy Blog, Mehdi Meklat, a publié des milliers de tweets antisémites, racistes, homophobes et misogynes. Que pensez-vous de cette affaire?
Pascal BRUCKNER. - L'affaire du Bondy Blog est le Titanic de la gauche branchée. Pendant des années, M le MondeLibérationLes InrocksTélérama ont encensé la formidable vitalité de ce kid des banlieues, si cocasse, si futé qui se proposait, par la voix de son «double maléfique» de tuer des Juifs, de sodomiser Madame Valls, de cracher sur Charb, de casser les jambes de Finkielkraut. Quel humour, quelle force! Les chaisières de la gauche antiraciste se gondolaient, rien qu'à le lire. Il a fallu le courage d'une internaute républicaine et athée pour que l'abjection soit révélée. J'espère que ce «nazillon cool» va être traîné devant la justice, même s'il me semble que ses tweets sont prescrits.
Je ne crois pas que cette affaire Mehdi Meklat passera inaperçue. Elle a le mérite de révéler au grand jour que les membres issus de minorités dites discriminées peuvent aussi commettre des discriminations, qu'ils peuvent aussi être racistes, antisémites, homophobes ou misogynes. Contrairement à la vulgate tiers-mondiste, il y a des oppresseurs chez les oppressés. Le raisonnement du tiers-mondisme est toujours le même: les opprimés sont innocents par nature. De père en fils, le statut de victime se transmet, ce qui permet à celui qui dispose de ce statut de n'être jamais ni responsable ni coupable. C'est une monstrueuse supercherie.
Dans une interview accordée à Télérama, Mehdi Meklat ose même se déclarer victime de la fachosphère... dont il fait évidemment partie! Mais je suis sûr qu'il sera accueilli bientôt par le site frérot salafiste de Médiapart, au nom bien sûr de la lutte contre «l'islamophobie».
Qu'est-ce que l'affaire Mehdi Meklat dit aussi du développement de l'antisémitisme, de l'homophobie et de la misogynie en France?
Il faut relier cette affaire aux propos de la sociologue Nacira Guénif, qui a témoigné lors du procès contre Georges Bensoussan, auteur des Territoires perdus de la République et aujourd'hui d'Une France soumise, accusé d'islamophobie pour avoir pointé l'antisémitisme qui existe au sein de la communauté musulmane. Alors que Georges Bensoussan expliquait notamment le développement de l'expression «espèce de juif, mes excuses», Nacira Guénif a expliqué que ce propos, souvent employé en arabe, «est passé dans le langage courant et ne signifie pas la haine des juifs (…) C'est une expression figée qui fait partie du langage courant. Déshistoriciser des expressions, dit-elle c'est essentialiser». Vous avez bien lu, ne tombez pas de votre chaise. Traiter quelqu'un d'«espèce de juif», c'est l'équivalent de «passe-moi le sel»! On veut désamorcer la violence des kids des banlieues en faisant de celle-ci l'expression d'une minorité oppressée. On oublie au passage qu'il y a aujourd'hui une proportion non négligeable des membres de la communauté musulmane pour qui l'homophobie, l'antisémitisme et la misogynie font partie de leur bagage culturel. C'est ce qu'il ne faut pas dire aujourd'hui. Georges Bensoussan a été condamné pour cela, au nom de l'islamophobie, devenue crime de lèse-majesté.
Au Canada, trois semaines après l'attentat contre une mosquée à Québec, une députée libérale a déposé une motion contre «le racisme et la discrimination religieuse systémiques», mesure qui ne concernerait en réalité que l'islam et non les autres religions. Qu'est-ce que cela dit de l'islamophobie?
C'est la preuve que l'islamophobie ne sert pas d'abord à protéger les musulmans des discriminations qu'ils peuvent subir, mais à protéger la religion islamique de toute espèce de critique. On offre ainsi à l'islam un sauf-conduit qui n'est accordé à aucune autre religion, ni au christianisme, ni au judaïsme, ni à l'hindouisme ou au bouddhisme. C'est l'équivalent sur le plan spirituel de la préférence nationale chère à Marine le Pen sur le front de l'emploi. Les barbus en ont rêvé, les Canadiens pourraient le faire prochainement. Qu'une confession ne puisse être soumise à l'analyse de la raison, qu'elle soit ainsi soustraite à l'esprit d'examen comme si elle était hors-sol, hors humanité, est un événement inédit dans l'histoire. C'est aussi un aveu terrible: les tenants du péché d'islamophobie veulent faire de l'islam une religion intouchable, supérieure à toutes. Il faut la prendre en bloc. On peut se moquer de tous les dieux, de tous les textes sacrés mais pas du Coran et de ses fidèles. C'est une régression proprement hallucinante.
N'est-ce pas aussi en faire paradoxalement une religion inférieure en infantilisant les musulmans?
Absolument. C'est d'ailleurs une très mauvaise nouvelle pour les musulmans, qui seront les premières victimes de cette motion, si elle était votée. Une telle mesure qui les déresponsabilise, au détriment des chrétiens, des juifs, des sikhs, des hindous, des athées ne peut qu'entraîner un déchaînement de colère et de haine. On installe les fidèles du Coran dans une niche pieuse parce qu'on les estime, au fond, incapables de se réformer eux-mêmes et non comptables de leurs actes. Le musulman est élevé à la fois au rang de tabou et de totem. Il appartient ainsi à une religion fétiche sous vitrine sur laquelle on marque, comme au musée: ne pas toucher. Il s'agit pour l'instant d'une simple motion, mais le fait même que l'idée ait pu germer dans la tête de cette députée libérale, d'origine pakistanaise, et qu'elle n'ait pas été unanimement condamnée en dit long sur la société canadienne. Heureusement que nos cousins du Québec ont gardé une once de bon sens, au contraire de beaucoup de leurs compatriotes anglo-saxons.
Cela montre-t-il les limites du multiculturalisme?
En réalité, nous sommes au-delà du multiculturalisme. Nous atteignons ici le stade du «mono-confessionalisme» puisque l'islam est favorisé, par l'État fédéral, à l'exception de toutes les autres confessions (ce qui était, toutes proportions gardées, la position du catholicisme sous l'Ancien Régime en France, protégé par la monarchie). Le multiculturalisme a au moins pour souci d'établir l'égalité entre les cultures. Je me rappelle qu'en 2005 ou en 2006, l'Ontario avait souhaité instaurer la charia pour les citoyens de confession musulmane. Ce furent des femmes musulmanes qui s'y opposèrent pour rester protégées par le droit commun. Là encore, nous voyons que l'infantilisation de l'islam, son statut dérogatoire, n'est pas un cadeau fait aux musulmans. C'est, sous couleur de préservation, une marque de mépris post-colonial: vous n'êtes pas assez mûrs pour bénéficier de tous les privilèges de la liberté de conscience et de la citoyenneté. Imaginez que l'on ait agi ainsi de la Renaissance au siècle des Lumières avec le catholicisme, pour le soustraire à la discussion, cette religion serait restée confinée dans ses dogmes d'antan. La grandeur d'une foi, c'est sa capacité à se réformer, à s'adapter aux réalités du siècle.
Cette motion proposée par la députée n'illustre-t-elle pas aussi une course à la victimisation?
Chaque époque dispose de sa victime fétiche. Ce furent les Juifs, à un certain moment, mais les Juifs, «ça commence à bien faire», les Chrétiens, quant à eux sont toujours considérés comme les bourreaux de l'histoire, les bouddhistes, les confucianistes, les hindous n'entrent pas dans le bon casting de l'antiracisme. Reste donc le musulman qui devient la victime absolue. Je pense qu'Ottawa cherche, aussi, par ce projet, à prendre Donald Trump à contre-pied en faisant le contraire de ce qu'il préconise. Mais le «muslim ban» décrété par Trump (la limitation des entrées de ressortissants de sept pays musulmans jugés à risque) n'a pas effacé par miracle le problème du djihadisme et de la radicalisation. Ce n'est pas en disant «blanc» quand Trump dit «noir» qu'on aura raison.
Le Canada est engagé dans l'accueil des réfugiés et dans la protection des minorités au Moyen-Orient. Mais n'est-ce pas un très mauvais signal envoyé à ces minorités du Levant que d'accorder au Canada un statut spécifique à l'islam?
Il y a bel et bien un parallèle dérangeant. Quel signal envoyons-nous ainsi aux chrétiens d'Orient? Celui d'une supériorité culturelle, politique et presque ontologique de l'islam. Les chrétiens persécutés du Moyen-Orient n'ont qu'à se convertir, ils pourront ainsi accéder au statut de victime et être protégés par l'étiquette d'islamophobie! Que cela ait pu être l'œuvre d'une députée libérale alors que cette initiative est absolument contraire à toute idée libérale classique est proprement hallucinant. Nous sommes dans une période de grande confusion mentale et d'inversion complète des valeurs. Je crains malheureusement qu'en France, de nombreuses personnes se félicitent de cette initiative canadienne. Je serais curieux de connaître la réaction d'Emmanuel Macron à cet égard.
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...