11 mars 2018

La loi anti-FakeNews permettra de faire fermer ce site



Les terroristes musulmans sont autorisés à entrer et prospérer sur le territoire européen et à y commettre leurs atrocités (viols de jeunes filles, attentats, trafic de drogue, trafic d'armes, etc.). Chaque attentat commis permet aux différents gouvernements de faire passer des lois anti-terroristes qui se retournent contre les gens qui luttent contre l'islamisation, l'immigration de masse et la destruction des nations par l'hydre européenne. (voir Une Américaine et un Autrichien emprisonnés 3 jours en Angleterre pour avoir défendu la liberté d'expression, 10.03.2018).


Rendez-vous à Hyde Park, au Speaker's Corner, dimanche prochain, dimanche 18 mars, à 15 h 00 pour voir le discours de Martin Sellner sur la liberté d'expression qui sera prononcé par Tommy Robinson, Martin Sellner étant l'Autrichien qui s'est vu enfermé trois jours puis déporté pour avoir voulu commettre l'acte terroriste de vouloir prononcer un discours sur la liberté d'expression (voir lien plus haut). Prévoyez d'être assailli par des musulmans furieux qui ne sont pas Charlie et des antifas ne supportant pas que l'on puisse défendre son pays et plus généralement l'Europe et sa tradition libérale contre les assauts conjugués et violents de l'Union européenne, de l'ONU et de l'OMC, du politiquement correct multiculturaliste et immigrationniste et de l'islamisme.


La loi anti-fake news s'inscrit dans ce dispositif répressif et proto-dictatorial à l'égard des critiques de l'UE, de l'islam et de la mondialisation.



C : La loi anti-fakeNews est une loi qui protège la caste médiatico-politique de toute critique, allant même jusqu'à empêcher les révélations sur ses propres crimes et trahisons.

Elle va permettre d'intensifier son projet mondialiste et immigrationiste, sans oublier la facture de 2008 qui reste à régler et dont on présentera la note aux peuples qui sera salée : plus de 68 Trilliards de dettes !

On ira jusqu'au bout de la ruine et de l'extermination des peuples occidentaux pour faire place nette à son remplacement !
N'oubliez jamais le vieil adage des ordures révolutionnaires : quand le peuple est contre le pouvoir républicain, il faut le dissoudre... nous y sommes !

C : c'est le Ministère de la Vérité, bienvenue en macronie ! (Orwell, 1984)

C : Museler la liberté d'expression quelle qu'elle soit est le début du fascisme

C : Les petites puputes journalopes du groupe radio "France" et "France" télévision n'ont rien à craindre car eux agissent en bonnes petites soumises.
C : BIENVENUE dans l'océan de MERDE de la DICTACTURE EUROPÉENNE ET DU PETIT PRINCE MACRON.
Il y en aura pour TOUT LE MONDE et dans TOUS LES DOMAINES.....un OCEAN DE MERDE ou nous avons pas fini d'en chier. Mais c'est bel et bien les français qui ont voulu tout ça non???? Petit à petit la dictature s'est installé avec la complicité des fdp de médias 1) on desarme petit à petit les français ( licence tir et chasse) en durcissant les lois 2) on invente un loi sous prétexte de terrorisme pour faire des razzias chez quiconque s'oppose au pouvoir ( 3 perquisitions sur 10 visées des islamistes) 3) À présent on fait taire la presse qui ne rentre pas dans le moule..... Le 3e REICH ne s'y serait pas pris autrement



C : Au fait le nuage de Tchernobyl ! vrai ou fausse nouvelle ! ?
Est ce que le nuage radioactif de Tchernobyl a passé la frontière française? Les utilisateurs du levothyrox aimeraient savoir ?

C : Thanks for sharing. I think this sort of censuring and dictatorial management will occur in all Europe as more and more citizens become aware of what islamisation and dictature of UE mean. In France, my country, those who denounce islamisation of the country are being persecuted like Tommy Robinson. Their house are being forced by the police under the anti-terrorist laws. They are being sued for islamophobia or hate speech. A new law will soon be discussed in the parliament on how to deal with the so-called "fake news" . A judge according to this law could close within 48 h any website that don't match the government pro-migrant and pro-islam ideology. https://www.youtube.com/watch?v=SjSlDO1Dy3U (in french) if it's not by the government and his political police, free speech is fighting against by antifas : Tommy Robinson : https://www.youtube.com/watch?v=Nn5RtDC-roI Pierre Cassen, founder of the website Riposte laïque, is describing the police pressions, the justice pressions : https://www.youtube.com/watch?v=AJ1bMUypZS8 (it's in french)



C : Nous y arrivons doucement mais sûrement :


LE DÉBUT DE LA TERREUR NAZIE

Dès son accession au poste de chancelier, le 30 janvier 1933, Adolf Hitler travailla à transformer l'Allemagne en une dictature à parti unique. Il entreprit aussi de se doter des pouvoirs nécessaires pour mettre en œuvre sa politique de purification “racial” à long terme et la conquête de l'Europe, et ce aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du cadre légal de la constitution allemande.
Dans la nuit du 27 au 28 février 1933, un déficient mental de nationalité néerlandaise mit le feu au bâtiment du parlement allemand (le Reichstag). Hitler et son ministre de la propagande, Joseph Goebbels, présentèrent cet événement comme le prélude à un soulèvement armé communiste et parvinrent à persuader le vieux président, Paul von Hindenburg, de proclamer ce qui allait devenir un état d'urgence permanent. Ce “Décret de l'incendie du Reichstag” suspendit les dispositions de la constitution allemande protégeant les droits individuels fondamentaux, au nombre desquels la liberté de presse, la liberté d'expression et la liberté de réunion. Le décret permit également à l'Etat et la police de s'immiscer dans la vie privée des citoyens puisque la censure de la correspondance, les écoutes téléphoniques et les perquisitions à domicile sans mandat ou sans motif sérieux furent autorisées. Dans le cadre de cet état d'urgence, le régime nazi pouvait arrêter et incarcérer les personnes sans motif et sans limite de temps.
Hitler et le régime nazi eurent également recours à la terreur pour intimider les opposants. Les formations paramilitaires, telles que les SA (Sturmabteilungen, “sections d'assaut”) et les SS (Schutzstaffel, "échelons de protection") avaient été créées dans les années 20 pour terroriser les opposants politiques et assurer la protection des leaders du NSDAP. Après l'arrivée des nazis au pouvoir, de nombreux membres de ces unités furent recrutés comme auxiliaires de police et autorisés à passer à tabac ou tuer ceux qu'ils considéraient comme des opposants. De plus, des militants nazis attaquaient ceux qu'ils considéraient comme des ennemis du régime soit spontanément soit lors de vagues de persécution organisées localement.
La SS était un instrument particulièrement important de la terreur nazie. Ses membres constituaient le personnel des camps de concentration, dans lesquels les ennemis supposés du régime étaient emprisonnés. En outre, le chef de la SS Heinrich Himmler prit également le contrôle de la police régulière. Sous Himmler et son adjoint Reinhard Heyrich, la SS centralisa les forces de la police politique allemande au sein d'une nouvelle agence, la Gestapo (Geheime Staatspolizei, police secrète d'Etat). Opérant en collaboration avec une police criminelle nationale nouvellement unifiée, les agents en civil de la Gestapo avaient recours à des méthodes impitoyables pour identifier et arrêter les opposants politiques et, en règle générale, les personnes qui refusaient de se conformer à la politique du régime nazi.
Dans les mois qui suivirent la prise du pouvoir d'Hitler, des membres des SA et de la Gestapo allèrent de maison en maison à la recherche des ennemis du nazisme. Ils arrêtèrent les socialistes, les communistes, les leaders syndicaux et en général tous ceux qui s'étaient exprimés contre le parti nazi. Certains furent assassinés. A l'été 1933, le parti nazi était devenu le seul parti politique légal. Presque toute l'opposition organisée au régime avait été éliminée. La démocratie était morte en Allemagne.
L'intimidation par la terreur fut considérablement favorisée par le zèle avec lequel de nombreux Allemands (par conviction, appât du gain, jalousie ou vengeance) dénonçaient leurs concitoyens, juifs ou non, à la police. La Gestapo n'aurait pas pu exercer un tel contrôle sur la société allemande sans ce flot continu de dénonciations, dont beaucoup étaient complètement dénuées de fondement.
Les nouvelles autorités nazies dont la SA, la SS et les autorités municipales de nombreuses communes créèrent des “camps” dans toute l'Allemagne. Il s'agissait de centres de détention aménagés dans des camps proprement dits ou bien dans de vieux entrepôts, des usines désaffectées et d'autres bâtiments. Les autorités nazies y détenaient les opposants politiques sans procès et dans des conditions cruelles et brutales. Le 20 mars 1933, les SS ouvrirent un camp dans une fabrique de munitions désaffectée de la ville de Dachau, située près de Munich, dans le sud-ouest de l'Allemagne. Le camp de concentration de Dachau devait devenir le “modèle” du vaste système de camps administré par la SS.




C :






Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...