5 mars 2018

Islamisation de l'Europe et génocide des Européens : Un document officiel de 1975 annonçant la stratégie pour islamiser l’Occident - Le chantage pétrolier par les pays arabes

Alain Wagner : un document officiel annonçant la stratégie pour islamiser l'Occident
La stratégie d’islamisation de l’Europe par le monde musulman. Alain Wagner est président de l’ICLA et de l’UDCC, expert et conseiller en stratégie sociétale et auteur de nombreux rapports auprès des services de renseignement français.


Ces accords fondateurs signés en 1975, nous sommes en train de les vivre aujourd’hui.

Ce plan consiste à implanter des communautés islamiques civilisationnellement différentes de l’Occident, qui fonctionnent selon les règles de la Charia, et qui ont pour vocation de prendre les postes-clés au niveau politique, économique et communicationnel dans les pays hôtes. La mise en œuvre de cette stratégie s’appuie sur les centres culturels, les mosquées, les écoles islamiques.

« Les centres culturels sont financés par les Etats, par le contribuable. »

« Un enfant musulman qui va dans une école occidentale est considéré comme subissant une aliénation et une invasion culturelle. »

« Un des objectifs fondamentaux, précisé comme absolument fondamentaux et nécessaire, obligatoire, c’est l’enseignement de l’arabe aux populations occidentales. »

Ainsi, Najat Vallaud-Belkacem agirait objectivement dans le cadre de sa fonction ministérielle comme un agent de l’ECI et de mise en place de cette stratégie de colonisation culturelle.

« Nous avons ouvert les portes de notre pays à un processus de colonisation »



---------------
La Résolution de Strasbourg de 1975 ouvre l’ère de l’islamisation de  l’Europe à la demande de la Belgique, de la France et du Luxembourg au bénéfice des milliardaires et de leurs multinationales. La première application de ce traité sera exécuté en France par le président Giscard d’Estaing avec le décret sur le regroupement familial qu’il signe dés 1976 et qui verra aussitôt affluer les masses maghrébines en France où elles viendront se fixer par centaine de milliers. En contre-partie de cet afflux de main d’œuvre musulmane bon marché, réclamée par les affairistes apatrides pour tirer vers le bas les salaires et les lois sociales européennes, les dirigeants européens s’engageaient à islamiser l’Europe selon les règles édictées par les pays du Maghreb en marge des négociations avec l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) sur le prix du pétrole. Les frères musulmans sont à la manœuvre derrière.
L’abaissement des frontières de l’UE, les lois favorables aux clandestins, le droit des réfugiés politiques, – lui aussi à l’initiative du président Giscard d’Estaing, comme l’avortement, le regroupement familial, la loi Giscard-Rothschild-Pompidou du temps où il était ministre des Finances, etc. – le ciel de France hérissé de mosquées, l’islamisation de l’Histoire de France et des pays de l’UE, toutes les lois ou tolérances en faveur de la religion musulmane qui puisent dans la charia, tout cela et bien d’autres choses découlent de ce pacte de Strasbourg et de ses suites inscrites officiellement dans les textes de l’OCI ( Organisation de la Coopération arabe ).
C’est ce qu’explique dans le détail Alain Wagner, documents à l’appui, dans la vidéo ci-dessous, extraite d’une interview donnée sur Radio Courtoisie le 11 Octobre 2016  :
Alain Wagner est président de l’ICLA ( alliance internationale contre la charia ) et de l’UDCC ( Union de Défense des Citoyens et des Contribuables ), expert et conseiller en stratégie sociétale et auteur de nombreux rapports auprès des services de renseignement français.
Transcription de la vidéo : (ne pas omettre de prendre connaissance des 2 notes de la rédaction en bas de page)
« Une date fondamentale 1973. Que s’est-il passé en 1973 ? La guerre syro-égyptienne contre Israël, les syro-égyptiens prennent une raclée et de manière quasiment immédiate l’OPEP multiplie le prix du pétrole par 4 et classe les pays par catégories: soit amie, soit neutre, soit ennemie. Et ils classent dans la catégorie « ennemie » toutes les personnes qu’ils associent de prés ou de loin avec l’État d’Israël. Ce qui a provoqué, certains s’en rappelleront, un choc pétrolier absolument terrifiant. On a eu le chantage du robinet, certains pays se sont retrouvés sous embargo pétrolier, – la Hollande, les États-Unis aussi -, et suite à ce chantage, ils nous ont imposé des conditions. Nous sommes allés à la table des négociations avec eux et nous avons tout accepté. Avec les accords qui ont suivi juste après, le 6 novembre 1973, les 9 pays de la communauté européenne de l’époque basculent dans le camp pro-arabe avec les corolaires qui vont bien: reconnaissance du peuple palestinien;  la dimension narrative arabe concernant Israël. La création de l’ancêtre du Protocole de Barcelone(Voir note 1) [ou processus ou partenariat) se développera en 1995, c’est-à-dire le DEA, ( Dialogue Euro-Arabe ) qui vise à mettre en œuvre des éléments qui ont été définis de manière très précise en 1975 par la Résolution de Strasbourg (note 2) et qui ont été adoptées communément par les pays arabes et par l’Assemblée générale de l’Association parlementaire de la Coopération euro-arabe. Ca a été voté à l’unanimité. Il y avait 200 représentants de tous les partis politiques européens.
Ce document [les Résolutions de Strasbourg 1975 ndlr] est fondamental puisqu’il pose les bases de ce que nous vivons encore aujourd’hui qui s’est traduit par différents avatars. (…) Mais le fait est que dans les résolutions de Strasbourg on trouve exactement ce qui nous arrive aujourd’hui. C’est à-dire la mise-en-place d’une politique de recrutement  de main d’œuvre dans le monde maghrébin.
Question : L’immigration n’est donc pas un fait voulu par nos élites, ça a été imposé au moment du processus ?
A.Wagner : Absolument pas. Ca a été réclamé par les Européens! Ce sont les Européens! J’ai le nom de la personne , c’est M. Kilij Declerc (Ortho? ndlr), donc un belge, – il faut savoir que les Belges ont été très moteur dans cette affaire-là avec la France et le Luxembourg . Ils ont mis en place un arrangement disant : « nous avons besoin de main d’œuvre que nous allons prendre chez nous » et là les pays musulmans ont mis des conditions. La condition ce n’était pas, vous allez prendre des gens chez vous et tout le monde va s’arranger à la va comme je te pousse, pas du tout! Il y a eu un soucis de tout planifier en parfaite cohérence avec la doctrine islamique :« ces gens qui viennent de nos pays, vont aller chez vous, ils vont s’installer chez vous, mais nous allons mettre des conditions ».
En contre-partie de la main d’œuvre: « l’Islam va être une partie constitutive de votre culture »
  • Ces conditions sont l’accès à l’égalité totale de traitement entre les personnes qui viennent de chez nous et vos propres citoyens, c’est-à-dire l’accès aux droits, sociaux, aux droits politiques, accès à tout, donc égalité de traitement entre les immigrés et les nationaux de vos pays.
  • Deuxième condition sine qua non:  ces gens-là ne vont pas aller chez vous pour devenir comme vous, ils vont aller chez vous, mais ils restent ce qu’ils sont et nous gardons le lien entre ces gens, c’est-à-dire, ce sont nos communautés qui vivent chez vous, à notre manière, suivis et chapeautés et cornaqués par nous.
  • Troisième condition: tout cela va se passer dans de telles conditions que vous allez devoir introduire dans vos sociétés un narratif concernant l’Islam qui suit les règles suivantes: l’Islam est une partie constitutive de votre culture
Q : C’était Chirac…
A.W. : Mais Chirac ne fait que mettre en œuvre les accords qui ont été signés à cette époque-là. C’est une mise en application. C’est-à-dire que la presse doit modifier son mode de traitement de l’Islam, on doit avoir un traitement positif, on doit avoir la mise en place positive d’une synergie culturelle entre l’Occident et le monde arabe, la mise en place de centres culturels dans toutes les capitales européennes,  et tout cela c’est dans les accords! donc nous y voilà, une mise en place de l’accompagnement culturel des populations musulmanes qui allaient arriver chez nous et qui, dans les faits ne devaient pas être séparées de la communauté musulmane, devaient pourvoir pratiquer leur culte de manière libre et vivre selon leur culture, selon leurs usages culturels. Et nous sommes exactement en train de vivre ça!
« Stratégie culturelle islamique pour l’extérieur du monde islamique »
Les accords fondateurs [ Résolutions de Strasbourg ndlr ] qui ont été signés en 75 vont être confirmés un nombre incalculable de fois, je ne peux pas vous citer toutes les réunions, mais il y en a eu des kilos. Tout cela est chapeauté par un document que j’ai trouvé récemment et qui s’appelle « Stratégie culturelle islamique pour l’extérieur du monde islamique ». Ce document a été adopté comme stratégie officielle par l’OCI qui est ( Organisation de la Coopération Islamique ). C’est l’équivalent de l’ONU, mais version  islamique. L’OCI est la deuxième plus grosse organisation internationale du monde, elle regroupe tous les pays musulmans.
Le plus haut niveau décisionnel de cette organisation islamique, est le sommet islamique qui regroupe les chefs d’Etat. Lors du 9ème sommet à Doha en 2000, au Qatar, ce document a été adopté, c’ est la stratégie du monde musulman chez nous. « A l’extérieur du monde islamique » c’est chez nous.Q : Donc tout ça ce sont des documents que vous avez en votre possession..
A.W. : Oui, et que tout le monde peut vérifier. Vous pouvez trouver ce document en téléchargement et le lire sur le site de L’ISESCO. Pour savoir ce qu’est l’ISECO, imaginez l’OCI comme un gouvernement; l’ISESCO c’est le ministère de la culture, de l’Éducation et de de la communication de l’OCI. Donc c’est un très très gros morceau. Ca fait partie de l’organigramme officiel, ils ont leur siège à Rabbat dans un très beau bâtiment.
Pour trouver le document vous allez sur le site de l’ISECO. Ensuite vous allez dans la partie en français, vous cherchez  l’onglet « stratégie » et vous téléchargez ce document en français, qui existe également en arabe et en anglais.
J’ai constaté des petites différences entre les versions. Les 3 langues sont des langues officielles de l’OCI, donc les trois documents sont des documents officiels. Ce document est le mode d’action de l’OCI pour les années qui viennent.
Ce mode d’action, je vais le résumer très rapidement, il consiste à « implanter », j’utilise leurs termes, des communautés islamiques civilisationnellement différentes de l’Occident, qui fonctionnent selon les règles de la charia et qui ont pour vocation de prendre les postes-clefs au niveau économiques, politiques et communicationnel dans les pays hôtes. Nous sommes les pays hôtes. Il faut savoir que la mise-en-œuvre de cette stratégie précisée dans le documents’appuie sur les centres culturels, les mosquées, les écoles islamiques.
Q. : Ces écoles islamiques sont encore marginales…
A.W. : Attendez, à chaque fois que vous avez une mosquée, vous avez une école islamique! Et d’ailleurs dans toutes les mosquées vous avez des salles de classe. C’est un processus éducatif parallèle établi dans ce même document.
Ce document a été mis en place, non par quelques excités dans le fin fond d’un pays arabe. Il a nécessité 9 ans de préparation, ils ont sillonné toute a France, ils le mentionnent d’ailleurs dans le prologue de ce document.
Comment en est-on arrivé là?
Eh bien ce sont les organisations européennes qui ont participé à l’élaboration de ce plan, c’est-à-dire des gens qu’on a chez nous. Le serpent qu’on a nourri! C’est à-dire qu’on a nourri des serpents, les centres culturels en Europe sont financés par les États, par le contribuable. Ils ont fait leurs consultations avec les chefs des centres culturels de toute l’Europe et les organisations islamiques de toute l’Europe. Ce qui veut dire que des gens comme M. Boubaker sont compris dans les organisations islamiques.
Les organisations islamiques européennes ont porté réclamation à l’OCI parce qu’ils constataient qu’il y avait des signes d’assimilation des enfants musulmans dans les sociétés occidentales. De ce fait ils ont mis en place un système qui vise à, j’utilise leurs mots, « immuniser les enfants contre l’invasion culturelle. » J’utilise leurs mots! Un enfant musulman qui va dans une école occidentale est considéré comme subissant « une aliénation » et une « invasion culturelle« . Il est en danger de sortir de l’Islam et de s’assimiler à la culture européenne ce qui est considéré comme quelque chose d’abominable.
Il faut bien voir que cette stratégie aujourd’hui c’est ce qui se passe chez nous. Aujourd’hui quand nous avons un centre culturel ou une mosquée qui s’appuie toujours sur un centre culturel, ils mettent en œuvre la politique de l’OCI.
Cerise sur le gâteau, il faut savoir qu’un des objectifs fondamentaux et nécessaire, obligatoire, c’est l’enseignement de l’arabe aux populations occidentales! Ce qui veut dire que nous avons à l’heure actuelle, une ministre [ Vallaud-Belkacem ndlr ] qui agit dans le cadre de sa fonction ministérielle comme un agent de l’OCI et comme un agent de mise en place de cette stratégie « culturelle ».
l’ISESCO est un  avatar des Frères musulmans
Dans le document anglais il y a un mot très intéressant, setelment, qui veut dire à la fois, « implantation » mais aussi « colonie ». Le texte anglais est très intéressant parce qu’il mentionne explicitement comme traduction de l’oumah (communauté des croyants), le terme de « nation islamique« . Il faut savoir que l’ISESCO est un  avatar des Frères musulmans.
Ce document est une bombe politique. Il y a certains épisodes dans l’histoire de France où on aurait mis ce document sur la table et on aurait dit: qu’est-ce que c’est que ça ? Vous avez l’intention d’appliquer ça chez nous ? Et on aurait expulsé ces gens! Nous avons actuellement notre gouvernement (Hollande) qui agit en parfaite coopération avec l’OCI pour la mise en place de cette stratégie dans notre propre pays. C’est-à-dire que nous avons ouvert objectivement les portes de notre pays à un processus de colonisation.
_______________
La conférence de Barcelone s’est tenue du 27 au 28 novembre 1995 et réunissait les 15 ministres des Affaires étrangères des États membres de l’UE et des douze pays tiers méditerranéens suivants : Algérie, Chypre, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Syrie, Tunisie, Turquie et Autorité palestinienne.
  • Cette conférence a posé les fondements d’un processus visant à atteindre un cadre multilatéral de dialogue et de coopération entre l’UE et les pays tiers méditerranéens, qui ont adopté conjointement une déclaration et un programme de travail dont le but était de « développer les ressources humaines« , à travers « un volet économique et financier«  dans « un espace commun«  tout en  favorisant « la compréhension entre les cultures et les échanges entre les sociétés civiles. ».
Cette conférence est la mise en application d’une fusion entre les pays des deux rives de la Méditerranée, débarrassés de frontières, telle que ne cesse d’en faire la promotion le président Macron, qui a promis à plusieurs reprises durant sa campagne électorale et depuis qu’il est élu, de créer les structures et de débloquer les moyens financiers nécessaires. Autant de réalisations qui étaient en gestation dans la Résolution de Strasbourg en 1975.
C’est un document qui fait suite à la guerre syro-égyptienne contre Israël. Le document se focalise principalement sur le retrait d’Israël des territoires occupés et marque son désir de régler le conflit en faisant bon accueil aux demandes arabes sous la pression du chantage de l’OPEP. Mais les signataires en profitent pour faire un accord de main d’œuvre maghrébines et pour faire passer en contre-partie, les demandes des pays arabes en faveur des communautés de travailleurs musulmans, dont les passages significatifs sont :
« L’Association parlementaire pour la Coopération euro-arabe demande aux gouvernements européens de prendre des mesures spéciales pour assurer la libre circulation des travailleurs arabes qui émigrent en Europe, ces droits doivent être équivalents à ceux des citoyens nationaux.« 
Les pays d’accueil doivent reconnaître  » la contribution historique de la culture arabe au développement européen, « 
Ils regrettent  » la négligence de l’enseignement de la culture arabe et de l’arabe en Europe « 
 » les gouvernements européens aideront les pays arabes à créer les ressources nécessaires pour que les travailleurs immigrés et leurs familles puissent cultiver leur culture arabe et à leur vie religieuse, »
« Appelle les gouvernements des Neuf à aborder l’aspect culturel du dialogue euro-arabe (DEA) dans un esprit constructif en donnant une plus grande priorité à la diffusion de la culture arabe en Europe. »
Par le décret de 1976 sur le regroupement familial, Valéry Giscard d’Estaing a permis aux familles des travailleurs immigrés du Maghreb de les rejoindre et ainsi de se fixer en France. Alors que jusque-là les travailleurs maghrébins rejoignaient leur foyer dans leur pays à la fin de leur contrat de travail.
Ce décret qui a ouvert les vannes à l’immigration musulmane de masse en France est une conséquence directe de la Résolution de Strasbourg.
Eric Zemmour dans son livre « le suicide Français » paru en 2014,  écrit à propos du décret de regroupement familial de Giscard,:
« des centaines de milliers de femmes et d’enfants quittent l’Afrique du Nord pour s’installer en France. La nouvelle mesure se révèle rapidement comme une catastrophe administrative. Les services sociaux et administratifs sont débordés, la construction des HLM est insuffisante, des bidonvilles se créent. »
« Raymond Barre, nouveau Premier ministre, se rendant compte des difficultés rencontrées par les services administratifs et opposé à l’immigration qu’il perçoit comme un obstacle à la modernisation de l’appareil productif, suspend par décret (1976) le regroupement familial, mais le décret est déclaré illégal par le Conseil d’État. »
Par ailleurs La résolution de Strasbourg est à l’origine de la création de deux institutions redoutables :
  • L’UIPA (Union InterParlementaire Arabe)
  • L’APCAE (Association Parlementaire pour la coopération Euro-Arabe)
Voir Également: 
Emilie Defresne    emiliedefresne@medias-presse.info
http://www.medias-presse.info/du-lourd-le-pacte-euro-arabe-dislamisation-de-la-france/76696/

LE PRÉTENDU “PLAN KALERGI” DE DESTRUCTION DE L’EUROPE (par l’Imprécateur)


François Hollande déclare que nous sommes en guerre au cœur même de la France (depuis longtemps, mais il ne s’en était pas encore aperçu). Il décide de fermer les frontières, annonce des ripostes implacables, réunit le Congrès à Versailles pour lui dire que sa riposte implacable consiste en une révision de la Constitution que tous les juristes en droit constitutionnel estiment inutile et irréaliste (une idée de l’un des énarques qui  conseillent l’Élysée, sans doute).
On se dit qu’il a enfin compris qu’en ouvrant grand les portes de l’immigration il a aussi ouvert la France aux terroristes islamistes, on se réjouit de le voir en général des Armées. C’était mal le connaître. À peine sorti du Congrès, il annonce que la France accueillera 30.000 « réfugiés » de plus d’ici la fin de son quinquennat ! Comme le disait le général Dourakine, « Un âne à deux pieds peut devenir général et demeurer un âne ».
Il est faux de croire que cette persévérance de François Hollande dans l’erreur est gratuite ou le résultat de l’auto-adoration de son intelligence qu’il croit très grande. En fait, il n’est que le grouillot d’institutions supranationales peu voyantes, souvent partiellement noyautées par la Franc-maçonnerie, comme Nouvel Ordre Mondial, Trilatérale, Bilderberg, FAF*, etc. Elles ont en commun, outre le contrôle de la finance mondiale, l’application du Plan Kalergi pour l’Europe.
FirefoxSchermSnapz002
Quand on connait ce plan, toute la politique sociétale, misérabiliphore (délibérément porteuse de misère) et immigrationniste des deux gouvernements Hollande s’explique. La presse européenne ne vous en parlera pas, c’est un secret d’États européo-germano-français dont Angela Merkel est le maître d’œuvre en Europe, avec ses secrétaires l’ex-président de la Commission européenne Van Rompuy et son successeur Jean-Claude Juncker. D’ailleurs, en 2010, c’est à Mme Merkel qu’est revenu le premier prix de la Société Européenne Coudenhove-Kalergi, puis en 2012 à Von Rompuy et en 2014 à Juncker.
Un prix très recherché par la super-élite mondialisée. Mais de quoi s’agit-il ?
Le comte Richard Nikolaus Enjiro von Coudenhove-Kalergi est un métis de père autrichien et de mère japonaise, né à Tokyo en 1894, qui a fait de brillantes études et conçu, dès les années 1920, l’idée de l’Europe des Nations. C’est le véritable père fondateur de l’Europe, bien avant Jean Monnet, Robert Schumann et leurs successeurs. Ils ont repris quasiment in extenso les idées qu’il a publiées dans ses livres : marché commun, politique agricole commune, monnaie unique… promettant mais oubliant celles qui les gênaient : fiscalité commune, harmonisation sociale, Communauté Européenne de Défense, entre autres, dont ils craignaient qu’elles leur fassent perdre une partie de leur pouvoir sur les peuples et freinent leur enrichissement personnel.
Oublié aujourd’hui, Coudenhove-Kalergi fut autrefois très célèbre et écouté de nombreux Chefs d’État. Il fut même proposé à plusieurs reprises pour le Prix Nobel de la Paix. En 1939 il proposa un projet d’Europe dont les grandes lignes sont : une Europe où les peuples seraient à égalité ; suffisamment soudés pour pouvoir tenir tête aux trois autres blocs, USA, URSS et Chine ; allant au-delà de la simple union économique et monétaire ; avec une forte armée commune qui aurait facilité la mixité culturelle des peuples européens blancs, chrétiens de culture gréco-romaine ; garantissant l’indépendance et l’intégrité de tous les États associés (Europe des Nations) ; développant une mystique européenne fondée sur : a) la culture classique européenne, b) la foi chrétienne, c) la conception de l’honneur des chevaliers médiévaux. « De même que dans tout être vivant le corps est façonné par l’âme, de même le corps de l’Europe ne naîtra que sous l’impulsion d’un esprit européen ».
Et il insiste : l’Europe doit être une Europe majoritairement blanche, chrétienne : tendance sociale et humanitaire chrétienne, foi chrétienne portée par un esprit héroïque et chevaleresque, afin qu’elle reprenne son rôle à la tête de la planète (L’Europe de demain, Conférence du 17 mai 1939 à l’hôtel Ambassadeur à Paris). Cette définition d’une Europe des Nations, réunissant les peuples européens, blancs, de civilisation chrétienne, excluant les pays communistes et musulmans, a mis les gauches européennes en fureur. Elles ont haï Coudenhove-Kalergi jusqu’au moment ou elles ont trouvé le moyen de récupérer son projet pour une faire un plan totalement détourné de l’original, un plan effroyablement raciste que l’on attribue à tort à Kalergi. Elles l’ont même accusé de nazisme, alors qu’il était marié à une juive, détesté de Hitler, et qu’il a fui le régime hitlérien en fin d’année 1939 en se réfugiant aux États-Unis jusqu’à son retour en France en fin d’année 1945.
En 1966, au Xème Congrès paneuropéen à Vienne, il se déclare déçu par l’orientation prise par l’Europe naissante, la fonctionnarisation du Conseil de l’Europe et duParlement européen, demande une politique étrangère commune afin de tenir tête aux États-Unis pour pouvoir arrêter d’être toujours à la remorque des États-Unis et de l’OTAN dont il demande la restructuration, et un renforcement de la coopération technologique intra-européenne afin de faire de l’Europe la première puissance économique du monde. Il meurt peu de temps après en 1972.
paneuropa
Souvenons-nous que c’est l’époque de “l’Europe des Six” à laquelle les peuples étaient très favorables dans cette version proposée par Coudenhove-Kalergi qui avait eu pour résultat la prospérité inégalée des Trente Glorieuses (1946-1976) et la paix, ou l’absence de guerres, dans cette Europe non-communiste (pas d’Europe de l’Est) et non-musulmane (pas de Macédoine, Albanie, Croatie, Kosovo). De plus, Coudenhove-Kalergi avoue douter de la volonté des dirigeants de l’époque d’aller vers l’Europe des Nations.
À peine Kalergi mort (en 1972), la Commission Européenne entreprit, dès 1973, d’élargir l’Europe des Six (qui fonctionnait si bien), en recrutant de nouveaux pays, jusqu’à arriver aux 28 d’aujourd’hui, et cette Europe qui fonctionne si mal qu’une majorité d’Européens n’en veut plus.
C’est peu après, en 1978, six ans après la mort de Coudenhove-Kalergi, qu’apparaît le Plan Kalergi que certains tentent de faire remonter à 1922, alors que le premier livre de Coudenhove-Kalergi, Paneuropa a été publié en 1923. On lui attribue le Plan Kalergi. Il porte son nom, mais il est permis de penser qu’il s’agit d’un faux et que les auteurs ont cherché à utiliser sa notoriété pour dissimuler leur projet néo-nazi. En effet, les rédacteurs du Plan s’appuient surtout sur son livre Praktisher idealismus, mais quand on a lu ce livre, on s’aperçoit vite que l’on ne retrouve dans le Plan Kalergi que des bouts de citations tronquées, sorties de leur contexte, sans références directes et qu’il va totalement à l’encontre de la philosophie du père de l’Europe des Nations.
En effet, selon le prétendu Plan Kalergi, l’Europe ne serait que le premier pas vers un gouvernement mondial sous autorité américaine, exactement l’inverse de ce que voulait Kalergi . Pour réaliser ce “Nouvel Ordre Mondial”, il faut une super-élite et des peuples-bétails soumis par la pauvreté et disciplinés par la contrainte (du pur Orwell) encore exactement le contraire de ce qu’a enseigné toute sa vie Kalergi qui vantait le modèle démocratique et économique suisse. Et c’est là, dans ce projet de nouvel ordre mondial, que l’on retrouve le modèle d’Europe que veut construire avec obstination Angela Merkel, avec le renfort de la Commission européenne présidée par Juncker, et la collaboration de Hollande.
Les dernières moutures du Plan Kalergi en font carrément le Plan du Nouvel Ordre Mondial qui veut la disparition des races jusqu’à effacer le mot même (c’est fait, au moins dans le Larousse !) pour arriver à une espèce unique, monochrome, métisse et abâtardie, dominée par la super-élite, celle-ci étant réduite aux socialistes et aux juifs qui auraient seuls la nationalité de la Nouvelle République Mondiale, le peuple restant apatride pour qu’il oublie à la longue  le mot « Patrie ».
img443
Dans le Plan Kalergi dernière version, il faudrait, pour soumettre les peupleseuropéens, un binôme germano-français qui imposerait sa volonté auxautres pays. Il faudrait remplacer lespeuples originaires du Vieux Continentpar une sorte de sous-humanité issuede mélanges raciaux en croisant lespeuples européens avec des Asiatiques,des Arabes et des Noirs, pour créer untroupeau multiethnique sans qualitésspécifiques et facile à dominer pourl’élite au pouvoir. « L’homme du futur sera de sang mêlé. La futurerace eurasiato-negroïde, trèssemblable aux anciens Égyptiens, remplacera la multiplicité des peuples ». Et encore : « abolir le droit à l’autodétermination des peuples et, successivement, éliminer les nations en utilisant les mouvements ethniques séparatistes et l’immigration allogène de masse <…> favoriser les sexualités déviantes, homosexualité (mariage pour tous) et pédophilie (via les enseignants), et détruire la famille traditionnelle(nuire à la Manif Pour Tous) <…> prendre le contrôle et acheter la docilité de la presse en rachetant les titres (Bergé, Niel, Pigasse, etc.) et en les subventionnant<…> jouer sur la fibre humanitaire pour augmenter les impôts, ruiner les classes conservatrices et justifier les restrictions des libertés (Loi sur le Renseignement) », etc.
Aujourd’hui on pourrait ajouter « jouer sur la fibre écolo pour augmenter les impôts » !
Ne cherchez pas d’autres explications aux déclarations de JC Juncker, nouveau président de la Commission européenne qui se dit « déçu » de ce que les peuples refusent d’accueillir et de financer le torrent des “réfugiés”…
« Il ne faut pas se laisser aveugler par la pensée populiste <…> C’est notre devoir de les accueillir » (Hollande) ;
« Nous avons le défi du métissage à relever et nous le relèverons » (Sarkozy) ;
« Nous pouvons accueillir 800 000 réfugiés dès cette année » (Merkel) ;
« Je suis déterminé à trouver des solutions collectives pour relever cet immense défi » (Valls) ;
« J’ai décidé d’en accueillir 30.000 de plus » (Hollande) ;
« La véritable question est de savoir si oui ou non nous sommes prêts à continuer à assurer notre tradition d’accueil et en particulier vis-à-vis de la communauté musulmane. Moi, naturellement, je réponds oui à cette question » (Juppé) ;
« Ce que les gens doivent développer en tous lieux, est le contrôle des naissances ET les mariages mixtes (interraciaux), dans le but de créer une seule race dans un monde unique et dépendant d’une autorité centrale » (G.Brock Chisholm, ex-directeur de lOMS, Islamic Organization for Medical Sciences).
image006
Maintenant, qui a eu l’idée de ce Plan Kalergi dont Covenhove-Kalergi n’est pas l’auteur et qu’il aurait rejeté avec horreur ? Au départ, il y a Sigrid Hunke, militante néo-nazie, ex-maîtresse de Himmler et amie du grand mufti nazi de Jéusalem. Elle épousa Walter Hallstein. Le professeur de droit W. Hallstein était membre de plusieurs organisations nazies du Reich, mais pas membre du parti nazi, ce qui lui permit de s’en tirer sans trop de dommages après la guerre. Il deviendra le premier président de la Commission européenne en 1958. En 1960, Sigrid Hunke-Hallstein écrit un livre Le soleil d’Allah illumine l’Occident qui sert de référence à tous les gogos comme Jack Lang qui soutiennent que l’Europe doit énormément à la civilisation arabo-musulmane. Dans ce livre, elle suggère de réintroduire en Europe un maximum d’Arabes musulmans pour métisser les peuples européens.
Ce n’est pas encore le Plan Kalergi, mais on y vient.
Sigrid et son mari font dans les milieux européens une intense promotion des idées qui deviendront plus tard le Plan Kalergi que l’on trouve déjà esquissé dans le Plan Hallstein pour une Europe Fédérale (1965) que Kalergi, partisan de l’Europe des Nations chrétiennes, dénonça, et qui fit bondir Charles De Gaulle. Les politiciens socialistes européens acquis au Plan attendirent la mort de Kalergi en 1972 pour recruter parmi l’élite européenne, récupérant en la noyautant la Société européenne Coudenhove-Kalergi et créant en 1978 le fameux Prix Coudenhove-Kalergi que Raymond Barre a été le premier à recevoir, puis des gens comme Helmut Kohl l’ami de Mitterrand, Ronald Reagan, et finalement Angel Merkel, van Rompuy et Jean-Claude Juncker. Ils ont fait appel aux compétences rédactionnelles de plusieurs énarques pour finaliser les modalités d’action.
François Hollande est un farouche partisan du Plan, ainsi que Valls et Macron qui ont reçu à Bilderberg instruction de le soutenir. Si Sarkozy le soutien aussi, c’est que le club Le Siècle dont il est membre, ainsi que beaucoup de personnes de son entourage à l’UMP-LR, l’ont convaincu que c’était son intérêt.
Il est dit sur de nombreux sites Internet tellement semblables les uns aux autres (même celui de Dieudonné !) que l’on dirait que les copiés-collés ont fonctionné à tours de bras, que le Plan Kalergi visant au déclin de l’Europe par le remplacement et par le métissage de sa population, a été préparé par des think-tanks (réservoirs de réflexion) basés aux États-Unis. C’est complètement faux, une simple manœuvre de dissimulation, c’est une coproduction de l’élite franco-germanique séduite à l’idée de conserver héréditairement le pouvoir par la soumission à la manière musulmane des peuples d’Europe, masse métissée de travailleurs**.
Le plan américain est plutôt de profiter des effets secondaires de ce plan, car il aide, par la migration massive de populations arabes qu’il provoque vers l’Europe, à déstabiliser les États du monde arabo-musulman, déstabilisation sur laquelle les États-Unis comptent pour prendre le contrôle direct ou indirect, via l’Iran et l’Arabie Saoudite, de ses richesses énergétiques.
Les Américains sont peu favorables à un métissage forcé des peuples européens qui, pensent-ils affaiblira leur capacité productive et d’échanges économiques, échanges dont ils espèrent être les gagnants. De plus, comme ils ne sont pas certains du succès du Plan Kalergi porté par Merkel-Hollande, dont ils sentent qu’il est quelque peu néo-nazi et pourrait provoquer une révolte des peuples, ils préfèrent en cas d’échec les laisser en porter la responsabilité.
* François Hollande est young leader de la French American Foundation.** lire 2084 de Boualem Sansal
L’Imprécateur
4b66ee7b-23a7-4c14-b0a7-c6adcced33b4
(Visité 29 112 fois, dont 6 fois aujourd'hui)
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...