27 décembre 2017

L'apostasie dans l'islam orthodoxe: peine de mort !

L'islam orthodoxe contient un précepte particulièrement choquant. Il demande que l'apostat, celui qui quitte l'islam, soit tué. Cet ordre provient essentiellement de la Sounna, le Coran en revanche ne comporte aucun verset qui ordonne indiscutablement de tuer l'apostat, mais déverse comme à son habitude un torrent de haine à son égard en lui promettant l'enfer. 

Le délit d'apostasie n'est pas nécessairement la conversion à une autre religion que l'islam. Le fait d'oser porter un regard critique sur le Coran ou l'islam en général, de s'en éloigner ou de ne plus être pratiquant est en soi assimilable à de l'apostasie.

Le prophète a dit : "celui qui quitte sa religion, tuez-le!". Sahîh Bukhari : 6411

Les quatre écoles de jurisprudence sunnites ainsi que l'école chiite s'accordent sur le fait que le musulman qui quitte l'islam doit être exécuté. Cette peine correspond à une réalité concrète dans bien des pays musulmans (ou non-musulmans). Quand le fait de quitter la religion islamique n'est pas légalement passible de mort, le risque est toujours présent que des extrémistes exécutent eux-mêmes la sentence. Même en France ou en Allemagne le danger est bien réel pour ceux qui, originaires de l'islam, ne croient plus que cette religion est la vérité. Heureusement, bien des musulmans aujourd'hui refusent cette pratique. C'est le cas notamment des musulmans "Coran-seul", qui rejettent la Sounna.

La peine de mort en cas d'apostasie est un moyen très efficace pour préserver l'islam orthodoxe (moins cependant que l'obligation de croire pour échapper à l'enfer, qui prive le croyant de sa liberté de pensée intime). Déjà, cela a pour effet de dramatiser encore plus l'apostasie, si bien que le croyant qui doute fera tout pour croire à nouveau. Mais s'il perd finalement sa foi, il y a de grandes chances qu'il le garde pour lui et que personne ne soit au courant. S'il avait pu partager son témoignage, d'autres personnes auraient été amenées à se poser de questions et, éventuellement, à perdre la foi elles aussi. Mais cela n'arrivera pas si ceux qui ne croient plus continuent hypocritement à pratiquer l'islam orthodoxe. La peine de mort pour les apostats muselle les anciens musulmans, donne faussement l'impression que tout le monde croit, et que si soi-même on est sceptique on est bien le seul. C'est à la fois une censure de tout ce qui contredit l'islam orthodoxe et une manipulation des croyants.

Quelques Hadiths considérés comme authentiques sur le sujet (source):


D'après Ikrima:

Le prophète a dit: "celui qui quitte sa religion, tuez le!". Sahîh Bukhari : 6411

D'après `Abd-Allah ibn Mas`ûd (qu'Allah soit satisfait de lui),
l'Envoyé d'Allah (pbAsl) a dit: "Il n'est pas permis de verser le sang d'un musulman qui témoigne qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah et que je suis l'Envoyé d'Allah, sauf dans ces trois cas: l'époux adultère, le coupable d’un meurtre et l'apostat qui abandonne la communauté musulmane"Sahîh de Muslim: 3175

Sahih Bukhari Volume 6, livre 61, Numéro 577: J’ai entendu le prophète dire, “à la fin des temps, apparaîtront de jeunes gens aux idées folles. Ils parleront bien, mais ils sortiront de l’islam comme une flèche sort de son jeu, leur foi ne dépassera pas leur gorge. Ainsi, partout où vous les trouvez, tuez les, il y’aura une récompense pour ceux qui les tueront au jour de la résurrection.


Quelques versets du Coran traitant de l'apostasie qui, même s'ils ne mentionnent pas explicitement la peine de mort ici-bas, sont loin de rayonner l'amour et la tolérance (source).


Coran sourate 2 verset 217: Ils t’interrogent aussi sur le mois sacré et s’il y est permis de combattre. Réponds-leur : «Certes, combattre en ce mois est un vrai sacrilège ! Mais éloigner les gens de la Voie de Dieu, renier Dieu, détourner les fidèles de la Mosquée sacrée et chasser de son enceinte ceux qui l’habitent est un sacrilège bien plus grave encore auprès de Dieu, car la subversion est plus grave que la guerre.» Les infidèles ne cesseront de vous combattre tant qu’ils ne vous auront pas détournés de votre foi, si toutefois ils réussissent à le faire. Or, ceux d’entre vous qui renieront leur foi et mourront en état d’infidélité perdront à jamais le bénéfice de leurs œuvres dans cette vie et dans la vie future, et seront voués au châtiment du Feu.


Coran sourate 3 verset 90: Mais pour ceux qui, après avoir cru, renient leur foi et se complaisent dans leur impiété, jamais leur repentir ne sera accepté. Ce sont ceux-là les vrais égarés.

Coran sourate 4 verset 137: Ceux qui, après avoir cru, renient leur foi, puis la retrouvent pour la perdre à nouveau et s’enfermer dans l’impiété, Dieu ne leur pardonnera jamais ni ne les remettra dans la bonne voie.

Coran sourate 5 verset 54: vous qui croyez ! Si certains d’entre vous renient leur foi, Dieu fera surgir d’autres hommes qu’Il aimera et qui L’aimeront. Humbles avec les croyants, durs envers les négateurs, ils combattront au service de Dieu, sans la crainte d’aucun reproche. Telle est la grâce de Dieu, qu’Il accorde à qui Il veut, car Dieu est le Détenteur des faveurs et l’Omniscient.

Coran sourate 16 verset 106: Quiconque renie Dieu après avoir cru – à moins d’y être contraint tout en demeurant fidèle intérieurement à sa foi –, ainsi que ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à l’impiété, ceux-là, la colère de Dieu s’abattra sur eux et ils seront voués à un terrible châtiment


Remarque: j'entends parfois dire que le verset 4:137 serait une réfutation coranique de la peine de mort pour ceux qui ont quitté l'islam, car il semblerait indiquer qu'une personne qui a perdu la foi une première fois aurait encore une chance de croire à nouveau. Si cette personne a été condamnée à mort alors elle ne peut plus jouïr de cette chance. Il faut voir cependant que l'existence d'une loi qui condamne à mort ceux qui quittent l'islam n'a pas pour effet la mise à mort de tous les apostats, mais, comme le faisait remarquer un imam que je questionnais sur le sujet, pousse la plupart d'entre eux à garder secrête leur apostasie, à ne pas faire de publicité pour l'incroyance. A ce moment là, il ne leur arrive rien sur le plan pénal, mais d'un point de vue islamique, après la mort ils sont perdus. Ils ont cependant la possibilité, d'après le verset 4:137, de retrouver une fois leur foi. Ce verset n'est pas en contradiction avec l'islam orthodoxe.


L'avis des écoles de jurisprudence (pour l'instant en anglais seulement, source)


According to the School of Malik, as written in his book Muwatta:


From Zayd ibn Aslam, Malik has reported that the Apostle of God declared: Whoever changes his religion should be executed. Malik said about this tradition: As far as we can understand this command of the prophet means that the person who leaves Islam to follow another way, but conceals his kufr and continues to manifest Islamic belief, as is the pattern of the Zindiqs and others like them, should be executed after his guilt has been established. He should not be asked to repent because the repentance of such persons cannot be trusted. But the person who has left Islam and publicly chooses to follow another way should be requested to repentIf he repents, good. Otherwise, he should be executed.

According to the Hanbali School as explained in the well authenticated book al-Mughni:

In the opinion of Imam Ahmad ibn Hanbal any adult and rational man or woman who renounces Islam and chooses kufr should be given a three day period to repentThe person who does not repent should be executed. This is also the opinion of Hasan Basri, Zuhri, Ibrahim Nakhi, Makhul, Hammad, Malik, Layth, Awzai, Shafi'i and Ishaq ibn Rahwiyah.

Imam Tahawi has provided an interpretation of the Hanafi School in his book Sharh Ma'ani al-Athar as follows:

The lawyers differ among themselves concerning whether or not the person who has apostatized from Islam should be requested to repent. One group says it is much better that the imam (leader) requests the apostate to repent. If he repents, he should be released. Otherwise he should be executed. Imam Abu Hanifah, Abu Yusuf and Muhammad Rahmatullah are among those who have expressed this opinion. A second group says there is no need to request repentance. For them the condition of the apostate resembles that of the harbi kafir ("the infidel at war"). The infidels at war whom our invitation has already reached need not be invited to Islam before initiating war against them. Nevertheless every effort should be made to fully inform all others who have not been previously invited to repent, before attacking them. Likewise every effort should be made to bring back to Islam the person who has apostatized for lack of information about Islam. But the person who understands Islam well and deliberately renounces Islam, should be executed without any invitation to repentance. This opinion is supported by a statement of Imam Abu Yusuf also who writes in his book al-Amla': I will execute an apostate and will not ask for repentance. If, however, he hastens to repent, I will leave him and commit his affair to God.

An extended explanation of the Hanafi school is found in the Hidayah and reads:

When any person forsakes Islam -- Refuge is in God -- then Islam should be presented to him. If he has any doubt, every effort should be made to clear it. For it is highly possible that he is afflicted by some doubt, which, if removed, will avert his evil prospect of death by the better prospect of re-embracing Islam. But according to the leading lawyers it is not necessary to offer him Islam because he has already received its invitation.

A representation of the Shafi'a school as found in the Hidayah is as follows:

It is recorded from Shafi'i that it is incumbent upon the imam to grant the apostate a three day respite. It is illegal for him to execute him before the respite expires, since the apostasy of a Muslim could be the result of some form of doubt. Thus there must be some time given him as an opportunity for consideration and reflection. We consider three days to be sufficient for this purpose.



Conclusion

La peine de mort en cas d'apostasie doit absolument être considérée comme caduque. J'ai vu des musulmans qui faisaient des compromis. Par exemple, en affirmant que l'islam n'oblige pas de tuer l'apostat, mais le permettrait seulement. Piètre consolation. Ou encore en affirmant que la peine de mort concernerait uniquement les apostats qui incitent d'autres personnes à quitter l'islam. Les autres seraient tranquilles. Piètre consolation, là encore. Il est normal qu'un ancien musulman soit particulièrement motivé pour informer ses anciens correlégionnaires au sujet de ce qu'il estime maintenant être une tromperie. C'est encore plus le cas s'il a adopté une religion comme le christianisme, auquel cas il considère que les musulmans sont perdus, et iront en enfer si rien n'est fait. Les musulmans qui approuvent la peine de mort de telles personnes devraient aussi approuver la peine de mort de musulmans anciennement chrétiens qui tentent de convaincre les chrétiens. Ou alors c'est du deux poids, deux mesures.

Quelques liens exprimant des opinions diverses sur ce sujet :

http://answering-islam.org/Silas/apostasy.htm (site chrétien qui fait très bien le point sur le sujet)
http://www.ribaat.org/modules.php?name=News&file=print&sid=513 (site musulman présentant la version "orthodoxe")
http://www.islamophile.org/spip/article635.html?var_recherche=apostasie (autre site pour un point de vue "un peu plus libéral")


source :
https://web.archive.org/web/20170609014716/http://www.anti-religion.net:80/apostasie_islam.htm
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...