2 juillet 2017

Terroriste Adam Djaziri

La surveillance en dents de scie d’Adam Djaziri, auteur de l’attentat manqué des Champs-Elysées (01/07/2017)

Voir aussi : Attentats en France.

La surveillance en dents de scie d’Adam Djaziri, auteur de l’attentat manqué des Champs-Elysées (01/07/2017)

Pendant dix-huit mois, la DGSI a suivi une stratégie hésitante vis-à-vis du terroriste fiché « S » et pourtant autorisé à détenir des armes.

LE MONDE | 01.07.2017 à 09h12 • Mis à jour le 02.07.2017 à 06h50 | Par Soren Seelow et Julia Pascual

Sur les Champs-Elysées, le 19 juin.
Sur les Champs-Elysées, le 19 juin.

Quelques heures après l’attentat manqué des Champs-Elysées, qui n’a pas fait d’autre victime que son auteur mort dans l’incendie de son véhicule, le 19 juin, l’opinion et les responsables politiques découvraient, stupéfaits, que celui-ci, fiché « S » pour son lien avec la mouvance islamiste, possédait légalement des armes. Une stratégie assumée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui n’a pas manqué de soulever de nombreuses questions, jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.


Comment la DGSI en est-elle arrivée à laisser un de ses objectifs posséder un permis de détention d’armes ? Le Monde a eu accès à plusieurs documents qui illustrent la stratégie hésitante du renseignement intérieur durant les dix-huit mois du suivi d’Adam Djaziri, entre surveillance discrète et mesures administratives restées sans suite. Ils soulignent également que la DGSI a refusé à plusieurs reprises de partager ses informations avec d’autres services de l’Etat.

Novembre 2015 : une demande d’assignation à résidence

Nous sommes au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. L’état d’urgence a été déclaré en France. En quelques semaines, plusieurs centaines de personnes sont assignées à résidence, et plusieurs milliers de perquisitions administratives diligentées.

Fiché « S » depuis le 1er septembre par la DGSI, Adam Djaziri fait partie des profils qui remontent dans le flot des objectifs. Plusieurs éléments ont suscité l’intérêt du service : il a été contrôlé à la frontière gréco-turque en février 2015, navigue dans un environnement salafiste et fait l’objet depuis septembre 2014 d’une fiche de recherche Interpol à la demande de la Tunisie, où il a été contrôlé en présence d’individus armés et radicalisés.

Dès le 22 novembre 2015, la DGSI adresse une demande d’assignation à résidence le concernant au ministère de l’intérieur. Mais la Direction des libertés publiques et des affaires juridiques (DLPAJ),...


Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...