20 juin 2017

Les effets économiques de l' "invasion" musulmane

Désolé pour l'absence de politiquement correct, mais je suis dans une phase de réflexion, c'est-à-dire une phase de recherche de la vérité où toutes les possibilités se doivent d'être explorées, puis rejetées ou confirmées. C'est un brouillon et non un texte définitif que je pourrai signer en l'état. 

Le terme d'invasion fait référence généralement à des mouvements brusques et massifs de population sur un nouveau territoire. 

Ici, l'invasion, mise à part celle des migrants, est plus lente sur un temps court, mais sur un temps moyen-long, elle est visible. Certains parlent de grand remplacement et sont vivement critiqués, mais les prévisions démographiques les plus sérieuses semblent leur donner raison, confirmant les prédictions de nombreux chefs d'Etat musulmans qui ont anticipé depuis trente ans une conquête de l'Europe sans guerre. 

Si cette colonisation était bien orchestrée, si de plus les valeurs et modes de vie importés étaient satisfaisants, on pourrait se dire pourquoi pas. 



Mais voilà : si on sort la tête du sable pour regarder le paysage, on s'aperçoit que les attentats et tentatives d'attentats les plus meurtriers sont musulmans, à caractère raciste, anti-occidentaux, anti-démocratiques, anti-chrétiens, anti-juifs. On rejoue avec l'EI, les autres groupes terroristes, on réanime dans l'imaginaire de nombreux musulmans du monde entier en 2015-2017 la geste du Mahomet de la période médinoise qui a soumis par le sang, la terreur, l'esclavage et les viols des populations chrétiennes, juives, zoroastriennes et polythéistes de l'Arabie. 

L'État islamique est classé comme organisation terroriste par de nombreux États et est accusé par les Nations unies, la Ligue arabe, les États-Unis et l'Union européenne d'être responsable de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité, de nettoyage ethnique et de génocide. Il pratique également la destruction de vestiges archéologiques millénaires dans les territoires qu'il contrôle.

Il faut rappeler que c'est l'état normal de l'Islam en phase d'expansion. Remontons dans le temps pour suivre la conquête de l'Egypte, de l'Irak, de la Syrie, du Proche et Moyen-Orient, du Maghreb, de l'Espagne, de la Turquie, de l'Iran, de l'Afghanistan, de l'Inde, du sud de la Malaisie, du Soudan, nous y trouverons les mêmes mécanismes : razzias, conquêtes rapides et cruelles, soumissions des populations, mises en esclavage, nettoyages ethniques, génocides, persécutions, destructions des lieux de culte. N'oublions pas que les croisades, pour lesquelles les musulmans nous en veulent tant, ne sont qu'une réaction bien pâlichonne (quelques centaines de milliers de morts) en regard des millions de morts et d'esclaves chrétiens qu'avait réussi à faire Mohammed et les différents califes depuis 620, soit en 400 ans. N'oublions pas que l'Europe a bien failli être musulmane. C'est aux Espagnols et aux Hongrois que nous devons l'arrêt de la vague musulmane. Sans cet arrêt, il n'y aurait point eu de Renaissance, pas de Descartes, Leibniz, Newton, Lavoisier, Diderot, Kant, etc., pas de sciences et de techniques telles que nous les connaissons. Un Etat musulman où règne la Charia ne permet qu'une gamme incomplète de recherches intellectuelles, de même qu'avec l'Eglise catholique sous le Moyen-Âge. 

L'Islam n'est soluble dans la République laïque qu'à condition d'être réduit au domaine strictement privé. Il faut aussi que les prêches à la Mosquée soient faits en français pour vérifier que les versets coraniques contraires aux droits de l'homme n'y soient prononcés et défendus. Libre à chacun de lire Mein Kampf ou Mein Koran dans sa chambre, mais leur lecture publique doit être sinon interdite, du moins strictement encadrée, sous peine de construire solidement les premiers fondements de la radicalisation qui conduit soit au terrorisme révolutionnaire, soit au terrorisme post-prise de pouvoir (voir Iran à partir de 1979), la charia étant un ensemble de règles instaurant un État totalitaire.

Un programme de déradicalisation efficace coûte à mon sens des milliers voire des dizaines de milliers d'euros pour un seul individu. A mon sens, il ne doit pas être destiné seulement aux terroristes proclamés, mais également à tous ceux susceptibles de le devenir en quelques semaines via un programme idoine de radicalisation. 

La société peut-elle se permettre de telles dépenses sachant le grand nombre de musulmans ayant une lecture radicale, c'est-à-dire une lecture classique du Coran et des textes islamiques et tenant la nationalité française pour nulle par rapport à l'appartenance à l'oumma, la communauté des musulmans ? 

Malheureusement, que la société en ait les moyens ou pas, c'est la seule solution que je vois avec la déchéance de nationalité, le rapatriement dans le pays d'origine ou la guillotine. Or, on ne va pas tuer des gens alors que la République française de la 5e République, sous les présidences de de Gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et maintenant Macron, ont une responsabilité énorme dans cette islamisation de la société française (ayatollah Khomeiny hébergé et soutenu en France, qui déclenchera avec l'aide des USA la révolution islamique en 1979, accords de Strasbourg de 1975 avec les pays de l'OPEP prévoyant d'accueillir une vaste population musulmane gardant leurs coutumes et cultures, gestions des conflits au Moyen-Orient, Afrique et Maghreb, jeux politiques troubles avec les ex-colonies au détriment d'une réelle coopération entre les peuples, accords économiques avec les pays du Golfe en fermant les yeux sur les respects des droits de l'homme, nombreux hommes politiques français recevant des pots-de-vin du Qatar, de l'Arabie saoudite, de l'Iran, du Koweit pour défendre l'Islam en France, construire des mosquées, autoriser le port du voile, dégradation massive et continue de la qualité de l'éducation nationale de la primaire à l'université avec les conséquences au niveau de l'intégration et de la pensée critique sur les jeunes générations).



Les prisonniers musulmans en France (Farad Khoroskhavar)
How illegal immigrants cost Canadian taxpayers $58M (Rebel Media)
Commentator : And the legal ones remove $24 billion from the Canadian economy each year as remittances to their native countries.

1,3 million de touristes en moins en France en 2016 (30/06/2017)
Par Mathilde Visseyrias  Publié le 30/06/2017 à 07:41

Des soldats français à l'entrée du château de Versailles, le 12 août 2016.
Des soldats français à l'entrée du château de Versailles, le 12 août 2016.

Le recul de la fréquentation des clientèles européennes et asiatiques a été atténué par la croissance des arrivées de visiteurs nord-américains. L'Hexagone demeure la première destination touristique dans le monde.

Le chiffre est désormais officiel. La France a accueilli 82,6 millions de touristes étrangers en 2016. Ce chiffre n'intègre pas le tourisme étranger dans les DOM-TOM, qui représente plus de 600.000 visiteurs, selon Michel Durrieu, directeur du tourisme au ministère des Affaires étrangères. La France compte donc 83,2 millions de touristes étrangers venus l'an dernier, contre 84,5 millions en 2015.
Côté recettes, Michel Durrieu parle d'environ 40 milliards d'euros récoltés en 2016, contre 42 milliards d'euros 2015.

On le savait: 2016 a été très difficile pour le tourisme dans l'Hexagone, doublement frappé par les attentats parisiens de novembre 2015, suivis de celui de Nice le 14 juillet dernier. La baisse de l'an passé accentue la perte de parts de marché de l'Hexagone dans le tourisme mondial.

La clientèle asiatique a boudé la France, au profit d'autres destinations européennes jugées plus sûres. Les arrivées de Japonais ont ainsi dégringolé de 39,7 %
Selon la Direction générale des entreprises (DGE), le recul de la fréquentation des clientèles européennes (- 3,8 %) a été atténué par la croissance des arrivées de touristes lointains. Il s'agit surtout des visiteurs américains et canadiens, qui ont profité d'un dollar fort par rapport à l'euro. Ainsi, 4,2 millions de touristes américains sont venus (+ 15%). En revanche, la clientèle asiatique a boudé la France, au profit d'autres destinations européennes jugées plus sûres. Les arrivées de Japonais ont ainsi dégringolé de 39,7 %. La fréquentation de Chinois a chuté de 8,7 %, à 2 millions. Cela reste malgré tout deux fois plus élevé qu'en 2011. Coté Européens, les reculs les plus marqués concernent les clientèles néérlandaises (- 18,5 %) et italiennes (- 11,4 %).

Malgré ces chiffres, la France demeure la première destination touristique dans le monde. L'écart se réduit toutefois avec ses challengers, les États-Unis (77,5 millions de touristes en 2015) et l'Espagne (68,2 millions).

2017 s'annonce en nette reprise. Les arrivées de touristes étrangers retrouvent une tendance haussière depuis le dernier trimestre de 2016.

La rédaction vous conseille


Arrivée du Maroc d’enfants isolés et toxicomanes : un phénomène inédit à Paris (14.03.2017)
Ces migrants mineurs passés par l’Espagne refusent toute prise en charge et errent dans le quartier de Barbès.

LE MONDE | 14.03.2017 à 06h40 • Mis à jour le 14.03.2017 à 16h44 | Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance) et Louise Couvelaire

Migrants dormant sur le trottoir dans le 18ème arrondissement de Paris le 15 février 2017.

Migrants dormant sur le trottoir dans le 18ème arrondissement de Paris le 15 février 2017.

Ce soir-là, ils sont une quinzaine à arpenter ce petit bout de macadam, entre le square Alain-Bashung et la rue de la Goutte-d’Or, dans le 18e arrondissement de Paris. Le plus jeune n’a pas l’air d’avoir plus de 10 ans, le plus âgé, à peine 15. Bonnets ou casquettes vissés sur la tête, ils vont et viennent en petits groupes, passent d’un trottoir à l’autre, rebroussent chemin… Des allers-retours incessants, sans but, ponctués par un triste rituel : de temps à autre, ils plongent leur visage dans un sac en plastique et inspirent de la colle à pleins poumons.

Cela fait deux mois que ces adolescents sont arrivés du Maroc. Deux mois qu’ils errent ainsi dans le quartier de Barbès, seuls, refusant toute prise en charge par les pouvoirs publics. Difficile d’évaluer leur nombre : la Ville de Paris en a identifié vingt-quatre, âgés de 9 à 16 ans. Ils pourraient être une centaine, selon l’Office français de l’immigration et de l’intégration. « Des mineurs isolés aussi jeunes, toxicomanes et réfractaires à toute aide, c’est du jamais-vu à Paris », explique-t-on à la mairie. Le phénomène a pris les autorités de court. Et met les nerfs des riverains à rude épreuve.

Planté devant l’entrée d’une laverie automatique de la rue de Jessaint, Ouakka, 79 ans, ouvre l’œil. Sa mission ? Empêcher ces enfants de pénétrer dans l’établissement. « Ils fument, ils crachent, ils boivent, ils se droguent, ils insultent et vandalisent », souffle-t-il. Cherchant refuge pour la nuit, certains ont forcé la porte à plusieurs reprises pour camper sur les machines à laver. D’autres ont squatté des Autolib’. « Défoncés à la colle, ils sont hyper agressifs », raconte Théodore Ceccon, 37 ans, gérant du restaurant italien d’en face, La Bella Donna. « On les a vus se battre au cutter, agresser une jeune fille de 14 ans pour lui voler son sac, cambrioler le studio du boucher, défoncer la porte d’une école… »

Tous passés par l’Espagne
« On...


Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...