25 juin 2017

Terrorisme : osons l’anti-islamisme ! L’état d’urgence ne peut pas durer éternellement (23 juin 2017)


Comme prévu, Emmanuel Macron crée son Centre national du contre-terrorisme (CNCT) et a présenté un projet de loi visant à intégrer dans le droit ordinaire certaines dispositions de l’état d’urgence. On entend déjà les cris d’orfraie de ceux qui craignent plus l’État que les terroristes, et invoquent les « heures les plus sombres » à la seule idée que l’on puisse expulser un prédicateur appelant au meurtre des homosexuels.

L’état d’urgence ne peut pas durer éternellement

Quelques mises au point s’imposent.
Notre nouveau président a le mérite de faire des constats pertinents :
- la situation actuelle n’est pas satisfaisante. Il n’y a pas de risque zéro, mais il n’en demeure pas moins qu’un examen critique de ce qui n’a pas fonctionné est indispensable après tout attentat. Or, les gouvernements Hollande s’y sont toujours refusés. Une « task force » inter-services travaillant en circuit court avec le chef de l’État peut y aider.
- l’état d’urgence ne peut pas durer éternellement. « En même temps », les djihadistes ne sont pas prêts d’arrêter de nous frapper. Les outils les plus utiles de l’état d’urgence doivent donc être pérennisés d’une manière compatible avec le « rythme de croisière » d’un Etat de droit.
Le transfert à l’autorité administrative de certaines prérogatives de l’autorité judiciaire n’est un danger que pour ceux qui jouent à se faire peur. Le corps préfectoral est plus attentif au respect des droits des citoyens que les militants du Syndicat de la magistrature qui ont mis sur leur « mur des cons » le père d’une fille violée et assassinée par un récidiviste.

Lire la suite :
http://www.causeur.fr/loi-lutte-terrorisme-islamisme-45096.html/comment-page-3#comment-986588



"Murs des Cons": le père d'une victime de Guy Georges épinglé, une insulte aux victimes


35 réactions | 24325 lu
Temps de lecture Temps de lecture : 3 minutes

LE PLUS. Le "mur des cons", un défouloir honteux ? Parmi les photos des personnalités affichées dans les locaux du Syndicat de la magistrature figurait Jean-Pierre Escarfail, père d'une victime du tueur en série Guy George. Pour Marie-Ange Le Boulaire, victime du violeur en série Patrick Trémeau et auteur de "Le viol" (Flammarion, 2002), c'est tout simplement inacceptable.

Édité par Rozenn Le Carboulec 
Jean-Pierre Escarfail, président de l'APACS (Association pour la protection contre les agressions et les crimes sexuels), le 29/02/2008 (IBO/SIPA)
J-P. Escarfail, président de l'APACS (Association pour la protection contre les agressions et les crimes sexuels), le 29/02/2008 (IBO/SIPA)

À la découverte de la présence de Jean-Pierre Escarfail sur le "mur des cons", mon sang n’a fait qu’un tour ! Tout d’abord en pensant à Jean-Pierre qui a tant travaillé pour lutter contre la récidive mais aussi pour tous ceux et celles qui donnent de leur temps, de leur énergie bénévolement et qui ont fait de leur vie un combat pour aider les autres.

Même si Jean-Pierre a adopté une attitude "philosophique" afin de ne pas envenimer le débat politique, il n’en demeure pas moins que toutes les victimes et familles de victimes sont touchées, déconsidérées et humiliées.

Voilà pourquoi j’ai lancé une pétition de soutien à Jean-Pierre afin que nos combats soient respectés.

Il a travaillé pour que les lois évoluent 

Sa fille a été violée et tuée par Guy Georges, aujourd’hui il est traité de "CON" ! J’ai rencontré Jean-Pierre Escarfail en 1998. Sa fille Pascale a été violée et tuée par Guy Georges. Elle avait 19 ans.

Ensemble, avec d’autres victimes et parents de victimes, nous avons décidé de nous battre pour lutter contre la récidive et aider les victimes. Le combat de Jean-Pierre : faire en sorte que d’autres femmes ne subissent pas le même sort que sa fille.

Il a travaillé de nombreuses années pour que les lois évoluent, pour que les criminels sexuels soient pris en charge au niveau des soins et que leur dangerosité soit évaluée et prise en considération avant leur sortie de prison.

Il a œuvré pour que la France rattrape son retard en terme de fichier génétique des criminels sexuels, afin d’éviter à de nombreuses femmes d’être victimes d’agressions, de viols, de meurtres. Ce fichier permet d’arrêter au plus vite les criminels et les délinquants, dès lors qu’ils ont laissé des traces ADN sur leurs victimes ou sur les lieux de l’agression ou du crime. Il permet aussi d’innocenter des suspects.

Quel manque de respect pour cet homme !

Mercredi matin, nous découvrons que sa photo a été épinglée en grand et au centre du "mur des cons" du Syndicat de la magistrature.

Quelle honte, quel manque de respect pour cet homme, pour son combat, pour sa fille et pour toutes les victimes !

Jean-Pierre ne comprend pas pourquoi sa photo a été mise sur ce "mur des cons". Son association l’APACS – Association pour la protection contre les agressions et les crimes sexuels – est totalement apolitique et son combat a toujours été mené dans la dignité et l’apaisement.

En tant que présidente de l’Association nationale pour la reconnaissance des victimes, en tant qu’ex-victime d’un violeur en série, en tant qu’amie de Jean Pierre, je vous demande de lui apporter votre soutien en signant cette pétition.

Votre signature est également importante pour toutes les victimes qui se sentent humiliées par cet acte irrespectueux.

Merci de votre soutien.

Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...