22 novembre 2012

PISA dans les journaux


Étude Pisa sur les résultats des élèves : Vincent Peillon promet le pire

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0203086062400-etude-pisa-sur-les-resultats-des-eleves-vincent-peillon-promet-le-pire-621480.php

Par Marie-Christine Corbier | 23/10 | 19:15 | 8commentaires

Le ministre de l’Education nationale a annoncé ce mercredi à l’Assemblée nationale des résultats catastrophiques concernant l’étude Pisa de l’OCDE, qui doit sortir en décembre. L’OCDE parle de «spéculations».

Vincent Peillon - AFP
Vincent Peillon - AFP
Les résultats officiels ne sont pas encore connus, mais les grandes manoeuvres de communication ont déjà démarré. « Nous sommes sous le choc Pisa, pour l’instant, et ça va être encore pire », a lancé ce mardi le ministre de l’Education nationale, lors de son audition devant la commission élargie (Finances, Affaires culturelles et Education) de l’Assemblée nationale, à l’occasion des débats sur le budget de la mission de l'enseignement scolaire pour 2014.
Réalisée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’enquête PISA est devenue la principale évaluation internationale des systèmes éducatifs. La dernière date de 2009. La prochaine est annoncée pour le 3 décembre. Et Vincent Peillon a visiblement décidé de s’appuyer sur cette étude - qu’il promet catastrophique pour la France - pour mieux justifier les réformes qu’il mène pour l’école.

« Réussir tous ensemble »

« Le système scolaire, et c’est une spécificité française qui va nous être rappelée bientôt, il marche pas mal pour beaucoup d’élèves, ajoutait-il ce mardi. Mais il commence à très mal marcher pour une proportion de plus en plus importante d’élèves. Et c’est à ceux-là que nous devons nous adresser (les 15 à 25  % d’élèves qui ne réussissent pas, NDLR), parce que opposer la réussite des uns à celle des autres, c’est une erreur. » Pour le ministre, les pays qui réussissent le mieux sont «  ceux qui font réussir tous ensemble et qui élèvent le niveau de tous ». « On ne construit pas une élite efficace sur l’échec de 20 à 25  % (d’élèves) », a-t-il ajouté, en précisant que notre élite était « en train de diminuer sur les performances d’excellence ».
Le ministre de l'Education nationale avait déjà annoncé, le 10 octobre, sur Canal + , à propos de l’étude PISA à paraître en décembre  : «  La France décroche totalement, dans les performances de ses élèves. Sur dix ans. Et sur un certain nombre de compétences, ça devient dramatique. Ce n’est pas seulement la lecture. Ce sont les mathématiques. C’est la confiance des élèves en eux-mêmes (...) Et en plus, et ça c’est terrible pour nous tous, c’est le pays dans lequel les inégalités sociales et scolaires s’accroissent le plus. On laisse sur le côté 25  % de notre jeunesse. »

« Spéculations », selon l’OCDE

« Nous nous apprêtons à vivre un recul de deux places au classement Pisa où nous occupons déjà une place médiocre », a abondé, ce 23 octobre, à l’Assemblée, la députée UMP Annie Genevard. En s’appuyant sur des informations parues sur le site de Lexpress.fr en mai et en octobre. « Un enseignant coûte 2 millions d'euros sur toute sa carrière, soit un coût de 120 milliards » au vu des créations de postes envisagées, précise-t-elle. La députée doute de l’efficacité de ces postes et de « l’aspect quantitatif » de la politique du ministre. « C’est dépenser plus pour mieux faire, je l’espère, confie-t-elle aux « Echos ». Mais je n’en suis pas certaine. »
A l’OCDE, les annonces sur le positionnement de la France dans la future étude Pisa sont perçues comme autant de « spéculations ». « Nous n'avons pas encore terminé les études des tendances qui permettent de parler de hausse ou de baisse », confie Eric Charbonnier, expert sur l’éducation.

A la 18e place pour la compréhension de l'écrit
La Finlande est, avec la Corée, le pays le plus performant de l'OCDE en matière de compréhension de l'écrit, avec respectivement 536 et 539 points, selon les résultats des derniers tests Pisa de l'OCDE, réalisés en 2009 sur des élèves de quinze ans et publiés fin 2010. La France, elle, avec 496 pour les tests de compréhension de l'écrit, est passée, entre 2006 et 2009, de la douzième à la dix-huitième place des pays de l'OCDE.
Écrit par Marie-Christine CORBIER
Journaliste
mccorbier@lesechos.fr
Enregistrer un commentaire
Follow on Bloglovin
 

Archives (2011 à 2014)

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...